Traité "simplifié" : pas si simplifié pour la Pologne

Le
luc bernard
Nicolas Sarkozy, attendu jeudi à Varsovie pour promouvoir son projet de
"traité simplifié" pour l'Union européenne, avait averti, lors du G8 :

"Les Polonais ont un rôle à jouer. Mais l'Europe, c'est aussi
l'apprentissage du compromis".

Le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski répond ce jour :

"La Pologne est prête au compromis [mais] accepter le système de
vote prévu par le traité constitutionnel actuel, et donc être relégué à
la pire situation de toute l'Union européenne, serait une capitulation.
Or une capitulation n'a jamais été un compromis".

Le projet de Constitution européenne prévoyait que, pour être adopté, un
texte devait recueillir la "double majorité", c'est-à-dire le soutien
d'au moins 55% des Etats représentant au moins 65% de la population
européenne. Ce compromis était bien moins favorable à la Pologne que le
traité de Nice de 2000, qui lui donnait presque autant de poids que
l'Allemagne avec une population deux fois moindre. D'où le peu
d'empressement des Polonais devant le projet de Nicolas Sarkozy, qui
devrait conserver les mêmes équilibres en termes de pondération des voix
que le TCE, pourtant rejeté.

Le Premier ministre polonais réclame aussi plus de subsidiarité pour les
Etats :

"il faut une délimitation nette entre ce qui appartient à l'Union
et ce qui appartient aux Etats-nations. Jusqu'à présent, nous n'avons
rien fait en ce sens. Le principe de subsidiarité est une réalité
fictive, le partage de compétences est confus. Sans oublier les
nouvelles compétences de la Cour européenne, qui se prononce en général
contre les prérogatives des Etats-nations."
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Fustigator
Le #15629771
Vitae forma vocatur luc bernard 2007 10:16:32 -0400, in littera soc.culture.belgium(et aliis) vere scripsit quod sequitur:



Nicolas Sarkozy, attendu jeudi à Varsovie pour promouvoir son projet de
"traité simplifié" pour l'Union européenne, avait averti, lors du G8 :

"Les Polonais ont un rôle à jouer. Mais l'Europe, c'est aussi
l'apprentissage du compromis".

Le Premier ministre polonais Jaroslaw Kaczynski répond ce jour :

"La Pologne est prête au compromis [mais] accepter le système de
vote prévu par le traité constitutionnel actuel, et donc être relégué à
la pire situation de toute l'Union européenne, serait une capitulation.
Or une capitulation n'a jamais été un compromis".

Le projet de Constitution européenne prévoyait que, pour être adopté, un
texte devait recueillir la "double majorité", c'est-à-dire le soutien
d'au moins 55% des Etats représentant au moins 65% de la population
européenne. Ce compromis était bien moins favorable à la Pologne que le
traité de Nice de 2000, qui lui donnait presque autant de poids que
l'Allemagne avec une population deux fois moindre. D'où le peu
d'empressement des Polonais devant le projet de Nicolas Sarkozy, qui
devrait conserver les mêmes équilibres en termes de pondération des voix
que le TCE, pourtant rejeté.

Le Premier ministre polonais réclame aussi plus de subsidiarité pour les
Etats :

"il faut une délimitation nette entre ce qui appartient à l'Union
et ce qui appartient aux Etats-nations. Jusqu'à présent, nous n'avons
rien fait en ce sens. Le principe de subsidiarité est une réalité
fictive, le partage de compétences est confus. Sans oublier les
nouvelles compétences de la Cour européenne, qui se prononce en général
contre les prérogatives des Etats-nations."



Il a raison.
Au lieu de pondre un texte aussi long qu'obscur, que la Constitution
européenne soit un texte clair et surtout pratique où les
délimitations des pouvoirs soient nets et sans discussion.

--
Fusti
Publicité
Poster une réponse
Anonyme