Les transfusions sanguines plus mauvaises que bénéfiques ?

Le
droit_tj
Dans une dépêche titrée « Les transfusions sanguines causeraient pl=
us
de mal que de bien » (1), l’Agence France Presse rapporte les
résultats de deux études américaines selon lesquelles le sang perd sa
capacité à transporter l’oxygène dans les minutes qui suivent son
prélèvement et devient alors potentiellement mauvais pour les
patients, avec des risques d’infarctus et d’accidents cardio-
vasculaires (2).

Car, comme l’explique un article bien détaillé du New Scientist (3),
qui s’appuie sur nombre d’études menées durant la décennie pass=
ée, ce
n’est pas tant le risque souvent évoqué d’agents infectieux qui est=
le
plus mauvais pour le patient que le sang lui-même. De nombreux experts
s’accordent à dire que le risque posé par le sang transfusé est bie=
n
plus grand que les infections transfusionnelles : « Probablement 40 à
60 % des transfusions sanguines ne seraient pas bonnes pour les
patients. » Entre autres, cette étude en chirurgie cardiaque sur 9 000
patients est pertinente : chez ceux qui ont été transfusés le risque
de mourir dans l’année suivant l’opération a été multiplié pa=
r trois
et celui de mourir dans les 30 jours par six, comparativement à ceux
qui n’ont pas reçu de transfusion sanguine. Le chirurgien ayant mené
cette étude britannique conclut qu’il n’y aurait presque aucune étu=
de
de qualité qui montrerait que la transfusion sanguine serait
bénéfique, en dehors de la situation où le patient perd son sang au
point de mourir, mais que beaucoup d’autres montrent qu’elle est
mauvaise pour nous. Non seulement le sang affecte le système
immunitaire du patient avec les conséquences évidentes sur la
contraction d’infections qui s’en suit, mais encore le sang conservé
perd rapidement de ses qualités, en quelques heures seulement. Une
étude a constaté que les patients ayant reçu du sang prélevé depu=
is
plus de deux semaines avaient 70 % plus de risques de mourir dans
l’année que ceux qui ont bénéficié d’un produit sanguin plus r=
écent.

(1) Les transfusions sanguines causeraient plus de mal que de bien,
AFP, 8 octobre 2007 :
http://afp.google.com/article/ALeqM5hJ0lLfszZio7V23LAT3yKQf1LNkw.

(2) Marie-Laure Moinet, Transfusions sanguines à risque, La Recherche,
décembre 2007, n° 414 :
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=6412.

(3) Rachel Nowak, Blood transfusion found to harm some patients, New
Scientist, 26 April 2008 :
http://www.newscientist.com/article/mg19826533.500-blood-transfusions-found=
-to-harm-some-patients.html?full=true.
Questions / Réponses high-tech
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Eataine
Le #19082561
wrote:
Entre autres, cette étude en chirurgie cardiaque sur 9 000
patients est pertinente : chez ceux qui ont été transfusés le risque
de mourir dans l’année suivant l’opération a été multiplié par trois
et celui de mourir dans les 30 jours par six, comparativement à ceux
qui n’ont pas reçu de transfusion sanguine.



ne pourrait-on pas plus simplement imaginer que les patients n'ayant pas
reçu de transfusion étaient dans un meilleur état que ceux qui nécessitaient
une transfusion?
Publicité
Poster une réponse
Anonyme