Tutoriel sur l'assemblage d'un serveur ?

Le
Schmurfle
Salut,

Auriez-vous une URL ou la référence d'un livre sur l'assemblage d'un serveur
(en français ou en anglais) ?
Je pense bien qu'il faut un peu de pratique mais ça peut me donner quelques
idées.

D'avance merci
Hervé -
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses Page 1 / 2
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le Gaulois
Le #313675

Auriez-vous une URL ou la référence d'un livre sur l'assemblage d'un serveur
(en français ou en anglais) ?
Je pense bien qu'il faut un peu de pratique mais ça peut me donner quelques
idées.


La différence entre un serveur et un ordinateur qui n'est pas serveur
est d'abord dans l'usage qu'on en fait puis dans le système
d'exploitation.

Il y a des gens qui utilisent comme serveur personnel ou même
comme serveur pour un usage peu critique dans une entreprise
un vieux Pentium-II ou un vieux portable.

Les grands fabricants d'ordinateurs comme IBM, HP-Compaq, DELL,
Fujitsu-Siemens proposent des gammes serveurs.

Les particularités de ces serveurs sont les suivantes :

- Ils sont plus chers qu'un PC banal : un serveur pas cher, ça ne fait
pas sérieux, "si c'est plus cher, il doit bien y avoir une raison".

- Certains modèles permettent une meilleure disponibilité, c'est à
dire qu'ils peuvent fonctionner même si certains éléments sont en
panne.

- Certains modèles sont dépannables plus facilement, parfois même
on peut remplacer certaines pièces sans éteindre l'ordinateur.

- Certains modèles sont presque aussi performants qu'un PC de gamer
,-)

- Certains modèles sont plus extensibles qu'un PC banal : le boîtier
est plus grand, il peut y avoir plus d'emplacements pour les
disques durs, plus d'emplacements pour des cartes PCI, etc.


Il y a certaines particularités techniques qui sont courantes
dans les serveurs et plus rares pour un PC banal.

- le SCSI : Il n'y a pas très longtemps la plupart des machines
des gammes serveurs étaient équipées d'une carte contrôleur SCSI
et de disques SCSI. Aujourd'hui, on trouve plutôt du SAS dans le
haut de gamme, ou du SATA (comme dans le PC de Monsieur Tout le
Monde) en entrée de gamme.

- le RAID : Sur un serveur dont l'usage est critique, les disques
fonctionnent nécessairement en RAID (1, 5 ou 0+1)

- les disques hot-plug : lorsqu'un disque est en panne, le RAID
permet de fonctionner de façon dégradé provisoirement, mais
ensuite, il faut pouvoir remplacer le disque facilement et
sans arrêter le serveur, d'où l'intérêt des disques hot-plug.
Il faut aussi que la carte contrôleur RAID soit capable de
renconstruire le contenu du disque qui vient d'être remplacé,
ce dont sont capables les vraies cartes contrôleur RAID
mais en général les solutions RAID logicielles n'en sont
pas capables et les gens viennent pleurer sur les forums
pour savoir comment reconstruire leur grappe RAID sans perdre
les données après le remplacement d'un disque.

- le BUS PCI-X : Le bus PCI n'est pas assez performant pour
un serveur (seulement 133 Mo/s). Les serveurs sont en général
équipé de 2 où 3 connecteurs PCI-X, 64 bits au lieu de 32 bits
et d'une fréquence double, triple ou quadruple, ce qui permet
d'utiliser correctement des grappes de disques RAID ou des
cartes réseau à très haut débit, sans que le bus système
viennent brider les performances. Dans l'avenir, le PCI-X
pourrait être remplacé par le PCI-E.

- les mémoires ECC : ce sont des mémoires qui ont des bits
supplémentaires dans lesquels on stock des données permettant
la détection et la correction d'erreur.

- les serveurs sont souvent multiprocesseurs.

Pour apprendre à construire des serveurs, je pense qu'il est bien
de maîtriser le SCSI et les techniques RAID. Sinon fabriquer
un serveur ce n'est pas très différent de fabriquer un PC banal.
Mais sur le plan mécanique, un particulier ou une entreprise
qui voudrait rivaliser avec IBM ou HP-Compaq pour se fabriquer
son serveur aurait du mal.

Certains accessoires peuvent être assez ruineux : la moindre cage
pour disques SCSI hot-plug à connecteur SCA coûte quelques
centaines d'euro
cf http://www.raidsonic.de/
et ça n'a pas la qualité des cages à disques d'IBM ou HP-Compaq.
Les accessoires SCSI ne sont pas donnés, le moindre câble
ou adaptateur coûte cher.

Pour une initiation au SCSI : voir http://byc.ch/scsi

Pour l'argument du "pas assez cher mon fils", ce n'est pas une
boutade. J'ai eu l'occasion il y a quelques années d'installer
chez un client de la SSII où je travaillais du matériel
Compaq : un "serveur" Prosignia et des postes bureautiques
Deskpro. Les différences entre les 2 étaient minces : c'était le
même chassis, le Prosignia était équipé d'une carte SCSI et
d'un disque SCSI (7200 tr/min) tandis que les Deskpro étaient
équipés de disques IDE. Le Prosigna était dépourvu de haut-parleur
alors que les Deskpro avaient un beau haut parleur elliptique
dans le genre de ce qu'on trouve dans les téléviseurs. Et
surtout, le bouton de reset du Prosignia était fait de telle
sorte qu'on ne pouvait pas appuyer dessus directement, il fallait
appuyer avec un crayon. Pour le reste, c'était kif-kif. Le disque
SCSI Seagate ST34520N n'était sûrement pas plus performant
que ceux des Deskpro et avoir du SCSI lorsqu'on a qu'un seul
disque ne présente pas beaucoup d'intérêt.

Autrement dit, un serveur d'entrée de gamme, c'est nettement
plus cher qu'un PC banal, mais ça n'apporte quasiment rien
par rapport à un PC banal sur lequel on aurait installé un
système d'exploitation en version serveur.

personnel
Le #313674
Le Sun, 01 Jul 2007 15:51:08 +0000, JKB a écrit :

Le 01-07-2007, à propos de
Re: Tutoriel sur l'assemblage d'un serveur ?,
Le Gaulois écrivait dans fr.comp.sys.pc :

Auriez-vous une URL ou la référence d'un livre sur l'assemblage d'un serveur
(en français ou en anglais) ?
Je pense bien qu'il faut un peu de pratique mais ça peut me donner quelques
idées.


La différence entre un serveur et un ordinateur qui n'est pas serveur
est d'abord dans l'usage qu'on en fait puis dans le système
d'exploitation.

Il y a des gens qui utilisent comme serveur personnel ou même
comme serveur pour un usage peu critique dans une entreprise
un vieux Pentium-II ou un vieux portable.

Les grands fabricants d'ordinateurs comme IBM, HP-Compaq, DELL,
Fujitsu-Siemens proposent des gammes serveurs.

Les particularités de ces serveurs sont les suivantes :

- Ils sont plus chers qu'un PC banal : un serveur pas cher, ça ne fait
pas sérieux, "si c'est plus cher, il doit bien y avoir une raison".

- Certains modèles permettent une meilleure disponibilité, c'est à
dire qu'ils peuvent fonctionner même si certains éléments sont en
panne.

- Certains modèles sont dépannables plus facilement, parfois même
on peut remplacer certaines pièces sans éteindre l'ordinateur.

- Certains modèles sont presque aussi performants qu'un PC de gamer
,-)

- Certains modèles sont plus extensibles qu'un PC banal : le boîtier
est plus grand, il peut y avoir plus d'emplacements pour les
disques durs, plus d'emplacements pour des cartes PCI, etc.


Sans oublier la ventilation bien meilleure, l'absence de nappe se
baladant dans le boîtier, les alimentations généralement redondante,
la mémoire ECC...

Il y a certaines particularités techniques qui sont courantes
dans les serveurs et plus rares pour un PC banal.

- le SCSI : Il n'y a pas très longtemps la plupart des machines
des gammes serveurs étaient équipées d'une carte contrôleur SCSI
et de disques SCSI. Aujourd'hui, on trouve plutôt du SAS dans le
haut de gamme, ou du SATA (comme dans le PC de Monsieur Tout le
Monde) en entrée de gamme.


SCSI U320 dans le haut de gamme, ou FC.
SAS (une hérésie, mais bon...) dans le milieu de gamme.
SATA en entrée de gamme (malheureusement).

- le RAID : Sur un serveur dont l'usage est critique, les disques
fonctionnent nécessairement en RAID (1, 5 ou 0+1)


Ou 6 ou 50 pour ce qui est vraiment sérieux.

- les disques hot-plug : lorsqu'un disque est en panne, le RAID
permet de fonctionner de façon dégradé provisoirement, mais
ensuite, il faut pouvoir remplacer le disque facilement et
sans arrêter le serveur, d'où l'intérêt des disques hot-plug.
Il faut aussi que la carte contrôleur RAID soit capable de
renconstruire le contenu du disque qui vient d'être remplacé,
ce dont sont capables les vraies cartes contrôleur RAID
mais en général les solutions RAID logicielles n'en sont


Gnî ? J'ai foiré des tas de volumes raid avec du raid hardware
(heureusement que je fais par dessus des sauvegardes sur bandes).
Pour les mêmes raisons, j'ai eu des soucis avec des contrôleurs de
raid hardware à la suite de pannes (disques lisibles que sur un
contrôleur de même modèle, même pas de même marque, de même modèle
!). Aujourd'hui, j'utilise du raid software sous Solaris et Linux
sans _aucun_ problème et avec une meilleur fiabilité pour une
utilisation simple. Maintenant, si on veut du performant, on prend
directement une baie de disque dédiée avec double contrôleur raid
intégré.

pas capables et les gens viennent pleurer sur les forums
pour savoir comment reconstruire leur grappe RAID sans perdre
les données après le remplacement d'un disque.

- le BUS PCI-X : Le bus PCI n'est pas assez performant pour
un serveur (seulement 133 Mo/s). Les serveurs sont en général
équipé de 2 où 3 connecteurs PCI-X, 64 bits au lieu de 32 bits
et d'une fréquence double, triple ou quadruple, ce qui permet
d'utiliser correctement des grappes de disques RAID ou des
cartes réseau à très haut débit, sans que le bus système
viennent brider les performances. Dans l'avenir, le PCI-X
pourrait être remplacé par le PCI-E.

- les mémoires ECC : ce sont des mémoires qui ont des bits
supplémentaires dans lesquels on stock des données permettant
la détection et la correction d'erreur.

- les serveurs sont souvent multiprocesseurs.

Pour apprendre à construire des serveurs, je pense qu'il est bien
de maîtriser le SCSI et les techniques RAID. Sinon fabriquer
un serveur ce n'est pas très différent de fabriquer un PC banal.
Mais sur le plan mécanique, un particulier ou une entreprise
qui voudrait rivaliser avec IBM ou HP-Compaq pour se fabriquer
son serveur aurait du mal.

Certains accessoires peuvent être assez ruineux : la moindre cage
pour disques SCSI hot-plug à connecteur SCA coûte quelques
centaines d'euro
cf http://www.raidsonic.de/


Les dernières que j'ai acheté chez VIP-Informatique, 75 euros.

et ça n'a pas la qualité des cages à disques d'IBM ou HP-Compaq.
Les accessoires SCSI ne sont pas donnés, le moindre câble
ou adaptateur coûte cher.


Oui, mais il se fait oublier par la suite.

Pour une initiation au SCSI : voir http://byc.ch/scsi

Pour l'argument du "pas assez cher mon fils", ce n'est pas une
boutade. J'ai eu l'occasion il y a quelques années d'installer
chez un client de la SSII où je travaillais du matériel
Compaq : un "serveur" Prosignia et des postes bureautiques
Deskpro. Les différences entre les 2 étaient minces : c'était le
même chassis, le Prosignia était équipé d'une carte SCSI et
d'un disque SCSI (7200 tr/min) tandis que les Deskpro étaient
équipés de disques IDE. Le Prosigna était dépourvu de haut-parleur
alors que les Deskpro avaient un beau haut parleur elliptique
dans le genre de ce qu'on trouve dans les téléviseurs. Et
surtout, le bouton de reset du Prosignia était fait de telle
sorte qu'on ne pouvait pas appuyer dessus directement, il fallait
appuyer avec un crayon. Pour le reste, c'était kif-kif. Le disque
SCSI Seagate ST34520N n'était sûrement pas plus performant
que ceux des Deskpro et avoir du SCSI lorsqu'on a qu'un seul
disque ne présente pas beaucoup d'intérêt.


Si. Cela dépend des applications et de l'OS qui tourne dessus.

Autrement dit, un serveur d'entrée de gamme, c'est nettement
plus cher qu'un PC banal, mais ça n'apporte quasiment rien
par rapport à un PC banal sur lequel on aurait installé un
système d'exploitation en version serveur.


Non. Je vais juste rajouter un exemple, ce n'est pas sur PC, mais
cela veut bien dire ce que cela veut dire.

Les cartes mères d'une U80 et d'une U420 Sun sont identiques à la
ROM près. Ce qui fait qu'il n'y a _aucun_ problème de fonctionnement
sur une U420, version serveur, alors qu'on ne peut pas en dire
autant sur les U80. Pour les Compaq, c'était la _même_ chose. Pour les
autres constructeurs, je n'en sais rien.

Cordialement,

JKB


Bonsoir!

J'vais encore me faire taper, mais bon, non pas sur la tête:-(

Je suis d'accord avec tous ce qui a été dit!
L'alimentation redondante en particulier, et les disques raid scsi!
( Il est amusant de voir que de vieille cartes scsi, vendu avec des
scanner epson étaient dépourvus de rom scsi, et donc ces cartes sont
reconnus et géré par linux comme des cartes scsi raid, sisi...)

J'aime beaucoup aussi le haut de gamme, de big blue(ibm), avec
multiprocesseurs, parallélisme et "ferme de calcul" : cluster, et
machines virtuelles , le tout dans un seul serveur en tranches,
complètement hot plug!En +, gentils, les "mens in black" d'ibm, m'ont
laissé faire joujou avec les armoires, et c'est du beau linge, bon bref!
Mais c'est bruyant, et vu le prix de ce haut de gamme, ça inspire, c'est
comme la formule 1.

Par contre, c'est pas que je suis pas d'accord, mais c'est que je trouve
dommage que les "nas" et les "box", centraux téléphoniques, ne soient
pas intégrés aux notions de serveurs!

J'aurais envie d'associer aux raisonnements précedents, le fait que ces
lilipuciens tournent 24h/24 et 7jours&7, et que l'on soit chez free,
chez orange, chez alice&neuf avec la gem box, on est avec des noyaux linux!

Et donc l'installation d'un serveur, tendrait au quotidien à être plus
soft que hard, car dépendant du fait que le client veut un serveur de
ci&de ça et point barre!

Donc, il est tout à fait possible d'envisager de nos jours, un serveur
silencieux, peu coûteux, fiable, et économique en énergie ce qui ne
gâte rien.
Dans ce cas, l'assemblage, sera réduit à sa plus simple expression!
Une carte mêre une alimentation et une clé usb ou flash memory...
Par contre la config soft demandera + de temps...

Voili, voilà, ce que j'en pense ou rien...

A+

jpierre



JKB
Le #313673
Le 01-07-2007, à propos de
Re: Tutoriel sur l'assemblage d'un serveur ?,
Le Gaulois écrivait dans fr.comp.sys.pc :

Auriez-vous une URL ou la référence d'un livre sur l'assemblage d'un serveur
(en français ou en anglais) ?
Je pense bien qu'il faut un peu de pratique mais ça peut me donner quelques
idées.


La différence entre un serveur et un ordinateur qui n'est pas serveur
est d'abord dans l'usage qu'on en fait puis dans le système
d'exploitation.

Il y a des gens qui utilisent comme serveur personnel ou même
comme serveur pour un usage peu critique dans une entreprise
un vieux Pentium-II ou un vieux portable.

Les grands fabricants d'ordinateurs comme IBM, HP-Compaq, DELL,
Fujitsu-Siemens proposent des gammes serveurs.

Les particularités de ces serveurs sont les suivantes :

- Ils sont plus chers qu'un PC banal : un serveur pas cher, ça ne fait
pas sérieux, "si c'est plus cher, il doit bien y avoir une raison".

- Certains modèles permettent une meilleure disponibilité, c'est à
dire qu'ils peuvent fonctionner même si certains éléments sont en
panne.

- Certains modèles sont dépannables plus facilement, parfois même
on peut remplacer certaines pièces sans éteindre l'ordinateur.

- Certains modèles sont presque aussi performants qu'un PC de gamer
,-)

- Certains modèles sont plus extensibles qu'un PC banal : le boîtier
est plus grand, il peut y avoir plus d'emplacements pour les
disques durs, plus d'emplacements pour des cartes PCI, etc.


Sans oublier la ventilation bien meilleure, l'absence de nappe se
baladant dans le boîtier, les alimentations généralement redondante,
la mémoire ECC...

Il y a certaines particularités techniques qui sont courantes
dans les serveurs et plus rares pour un PC banal.

- le SCSI : Il n'y a pas très longtemps la plupart des machines
des gammes serveurs étaient équipées d'une carte contrôleur SCSI
et de disques SCSI. Aujourd'hui, on trouve plutôt du SAS dans le
haut de gamme, ou du SATA (comme dans le PC de Monsieur Tout le
Monde) en entrée de gamme.


SCSI U320 dans le haut de gamme, ou FC.
SAS (une hérésie, mais bon...) dans le milieu de gamme.
SATA en entrée de gamme (malheureusement).

- le RAID : Sur un serveur dont l'usage est critique, les disques
fonctionnent nécessairement en RAID (1, 5 ou 0+1)


Ou 6 ou 50 pour ce qui est vraiment sérieux.

- les disques hot-plug : lorsqu'un disque est en panne, le RAID
permet de fonctionner de façon dégradé provisoirement, mais
ensuite, il faut pouvoir remplacer le disque facilement et
sans arrêter le serveur, d'où l'intérêt des disques hot-plug.
Il faut aussi que la carte contrôleur RAID soit capable de
renconstruire le contenu du disque qui vient d'être remplacé,
ce dont sont capables les vraies cartes contrôleur RAID
mais en général les solutions RAID logicielles n'en sont


Gnî ? J'ai foiré des tas de volumes raid avec du raid hardware
(heureusement que je fais par dessus des sauvegardes sur bandes).
Pour les mêmes raisons, j'ai eu des soucis avec des contrôleurs de
raid hardware à la suite de pannes (disques lisibles que sur un
contrôleur de même modèle, même pas de même marque, de même modèle
!). Aujourd'hui, j'utilise du raid software sous Solaris et Linux
sans _aucun_ problème et avec une meilleur fiabilité pour une
utilisation simple. Maintenant, si on veut du performant, on prend
directement une baie de disque dédiée avec double contrôleur raid
intégré.

pas capables et les gens viennent pleurer sur les forums
pour savoir comment reconstruire leur grappe RAID sans perdre
les données après le remplacement d'un disque.

- le BUS PCI-X : Le bus PCI n'est pas assez performant pour
un serveur (seulement 133 Mo/s). Les serveurs sont en général
équipé de 2 où 3 connecteurs PCI-X, 64 bits au lieu de 32 bits
et d'une fréquence double, triple ou quadruple, ce qui permet
d'utiliser correctement des grappes de disques RAID ou des
cartes réseau à très haut débit, sans que le bus système
viennent brider les performances. Dans l'avenir, le PCI-X
pourrait être remplacé par le PCI-E.

- les mémoires ECC : ce sont des mémoires qui ont des bits
supplémentaires dans lesquels on stock des données permettant
la détection et la correction d'erreur.

- les serveurs sont souvent multiprocesseurs.

Pour apprendre à construire des serveurs, je pense qu'il est bien
de maîtriser le SCSI et les techniques RAID. Sinon fabriquer
un serveur ce n'est pas très différent de fabriquer un PC banal.
Mais sur le plan mécanique, un particulier ou une entreprise
qui voudrait rivaliser avec IBM ou HP-Compaq pour se fabriquer
son serveur aurait du mal.

Certains accessoires peuvent être assez ruineux : la moindre cage
pour disques SCSI hot-plug à connecteur SCA coûte quelques
centaines d'euro
cf http://www.raidsonic.de/


Les dernières que j'ai acheté chez VIP-Informatique, 75 euros.

et ça n'a pas la qualité des cages à disques d'IBM ou HP-Compaq.
Les accessoires SCSI ne sont pas donnés, le moindre câble
ou adaptateur coûte cher.


Oui, mais il se fait oublier par la suite.

Pour une initiation au SCSI : voir http://byc.ch/scsi

Pour l'argument du "pas assez cher mon fils", ce n'est pas une
boutade. J'ai eu l'occasion il y a quelques années d'installer
chez un client de la SSII où je travaillais du matériel
Compaq : un "serveur" Prosignia et des postes bureautiques
Deskpro. Les différences entre les 2 étaient minces : c'était le
même chassis, le Prosignia était équipé d'une carte SCSI et
d'un disque SCSI (7200 tr/min) tandis que les Deskpro étaient
équipés de disques IDE. Le Prosigna était dépourvu de haut-parleur
alors que les Deskpro avaient un beau haut parleur elliptique
dans le genre de ce qu'on trouve dans les téléviseurs. Et
surtout, le bouton de reset du Prosignia était fait de telle
sorte qu'on ne pouvait pas appuyer dessus directement, il fallait
appuyer avec un crayon. Pour le reste, c'était kif-kif. Le disque
SCSI Seagate ST34520N n'était sûrement pas plus performant
que ceux des Deskpro et avoir du SCSI lorsqu'on a qu'un seul
disque ne présente pas beaucoup d'intérêt.


Si. Cela dépend des applications et de l'OS qui tourne dessus.

Autrement dit, un serveur d'entrée de gamme, c'est nettement
plus cher qu'un PC banal, mais ça n'apporte quasiment rien
par rapport à un PC banal sur lequel on aurait installé un
système d'exploitation en version serveur.


Non. Je vais juste rajouter un exemple, ce n'est pas sur PC, mais
cela veut bien dire ce que cela veut dire.

Les cartes mères d'une U80 et d'une U420 Sun sont identiques à la
ROM près. Ce qui fait qu'il n'y a _aucun_ problème de fonctionnement
sur une U420, version serveur, alors qu'on ne peut pas en dire
autant sur les U80. Pour les Compaq, c'était la _même_ chose. Pour les
autres constructeurs, je n'en sais rien.

Cordialement,

JKB

--
Le cerveau, c'est un véritable scandale écologique. Il représente 2% de notre
masse corporelle, mais disperse à lui seul 25% de l'énergie que nous
consommons tous les jours.


Schmurfle
Le #313646
Super le Gaulois. Ta réponse ne pouvait pas être plus détaillée !

Hervé -
"Le Gaulois" news:

Auriez-vous une URL ou la référence d'un livre sur l'assemblage d'un
serveur
(en français ou en anglais) ?
Je pense bien qu'il faut un peu de pratique mais ça peut me donner
quelques
idées.


La différence entre un serveur et un ordinateur qui n'est pas serveur
est d'abord dans l'usage qu'on en fait puis dans le système
d'exploitation.

Il y a des gens qui utilisent comme serveur personnel ou même
comme serveur pour un usage peu critique dans une entreprise
un vieux Pentium-II ou un vieux portable.

Les grands fabricants d'ordinateurs comme IBM, HP-Compaq, DELL,
Fujitsu-Siemens proposent des gammes serveurs.

Les particularités de ces serveurs sont les suivantes :

- Ils sont plus chers qu'un PC banal : un serveur pas cher, ça ne fait
pas sérieux, "si c'est plus cher, il doit bien y avoir une raison".

- Certains modèles permettent une meilleure disponibilité, c'est à
dire qu'ils peuvent fonctionner même si certains éléments sont en
panne.

- Certains modèles sont dépannables plus facilement, parfois même
on peut remplacer certaines pièces sans éteindre l'ordinateur.

- Certains modèles sont presque aussi performants qu'un PC de gamer
,-)

- Certains modèles sont plus extensibles qu'un PC banal : le boîtier
est plus grand, il peut y avoir plus d'emplacements pour les
disques durs, plus d'emplacements pour des cartes PCI, etc.


Il y a certaines particularités techniques qui sont courantes
dans les serveurs et plus rares pour un PC banal.

- le SCSI : Il n'y a pas très longtemps la plupart des machines
des gammes serveurs étaient équipées d'une carte contrôleur SCSI
et de disques SCSI. Aujourd'hui, on trouve plutôt du SAS dans le
haut de gamme, ou du SATA (comme dans le PC de Monsieur Tout le
Monde) en entrée de gamme.

- le RAID : Sur un serveur dont l'usage est critique, les disques
fonctionnent nécessairement en RAID (1, 5 ou 0+1)

- les disques hot-plug : lorsqu'un disque est en panne, le RAID
permet de fonctionner de façon dégradé provisoirement, mais
ensuite, il faut pouvoir remplacer le disque facilement et
sans arrêter le serveur, d'où l'intérêt des disques hot-plug.
Il faut aussi que la carte contrôleur RAID soit capable de
renconstruire le contenu du disque qui vient d'être remplacé,
ce dont sont capables les vraies cartes contrôleur RAID
mais en général les solutions RAID logicielles n'en sont
pas capables et les gens viennent pleurer sur les forums
pour savoir comment reconstruire leur grappe RAID sans perdre
les données après le remplacement d'un disque.

- le BUS PCI-X : Le bus PCI n'est pas assez performant pour
un serveur (seulement 133 Mo/s). Les serveurs sont en général
équipé de 2 où 3 connecteurs PCI-X, 64 bits au lieu de 32 bits
et d'une fréquence double, triple ou quadruple, ce qui permet
d'utiliser correctement des grappes de disques RAID ou des
cartes réseau à très haut débit, sans que le bus système
viennent brider les performances. Dans l'avenir, le PCI-X
pourrait être remplacé par le PCI-E.

- les mémoires ECC : ce sont des mémoires qui ont des bits
supplémentaires dans lesquels on stock des données permettant
la détection et la correction d'erreur.

- les serveurs sont souvent multiprocesseurs.

Pour apprendre à construire des serveurs, je pense qu'il est bien
de maîtriser le SCSI et les techniques RAID. Sinon fabriquer
un serveur ce n'est pas très différent de fabriquer un PC banal.
Mais sur le plan mécanique, un particulier ou une entreprise
qui voudrait rivaliser avec IBM ou HP-Compaq pour se fabriquer
son serveur aurait du mal.

Certains accessoires peuvent être assez ruineux : la moindre cage
pour disques SCSI hot-plug à connecteur SCA coûte quelques
centaines d'euro
cf http://www.raidsonic.de/
et ça n'a pas la qualité des cages à disques d'IBM ou HP-Compaq.
Les accessoires SCSI ne sont pas donnés, le moindre câble
ou adaptateur coûte cher.

Pour une initiation au SCSI : voir http://byc.ch/scsi

Pour l'argument du "pas assez cher mon fils", ce n'est pas une
boutade. J'ai eu l'occasion il y a quelques années d'installer
chez un client de la SSII où je travaillais du matériel
Compaq : un "serveur" Prosignia et des postes bureautiques
Deskpro. Les différences entre les 2 étaient minces : c'était le
même chassis, le Prosignia était équipé d'une carte SCSI et
d'un disque SCSI (7200 tr/min) tandis que les Deskpro étaient
équipés de disques IDE. Le Prosigna était dépourvu de haut-parleur
alors que les Deskpro avaient un beau haut parleur elliptique
dans le genre de ce qu'on trouve dans les téléviseurs. Et
surtout, le bouton de reset du Prosignia était fait de telle
sorte qu'on ne pouvait pas appuyer dessus directement, il fallait
appuyer avec un crayon. Pour le reste, c'était kif-kif. Le disque
SCSI Seagate ST34520N n'était sûrement pas plus performant
que ceux des Deskpro et avoir du SCSI lorsqu'on a qu'un seul
disque ne présente pas beaucoup d'intérêt.

Autrement dit, un serveur d'entrée de gamme, c'est nettement
plus cher qu'un PC banal, mais ça n'apporte quasiment rien
par rapport à un PC banal sur lequel on aurait installé un
système d'exploitation en version serveur.



Eric Rossé
Le #313643
Le Sun, 01 Jul 2007 16:58:04 +0200, Le Gaulois écrivait:

Autrement dit, un serveur d'entrée de gamme, c'est nettement
plus cher qu'un PC banal, mais ça n'apporte quasiment rien
par rapport à un PC banal sur lequel on aurait installé un
système d'exploitation en version serveur.


Une remarque en passant : il n'est pas nécessaire d'installer
un SE en version serveur pour transformer un pc banal en
serveur : même équipé de XP édition familiale, un pc aura
un comportement serveur si on y installe un logiciel type
sgbd, serveur web, serveur d'application,...

Thierry B.
Le #313642
--{ Eric Rossé a plopé ceci: }--

Une remarque en passant : il n'est pas nécessaire d'installer
un SE en version serveur pour transformer un pc banal en
serveur : même équipé de XP édition familiale, un pc aura
un comportement serveur si on y installe un logiciel type
sgbd, serveur web, serveur d'application,...


Sauf que, si je ne m'abuse, XP heaume edition bride le
nombre de connexions IP entrantes... En dehors de toute
autre considération, bien entendu.


--
Ni fmbl ni fcold ne sont l'endroit approprié pour quoi que ce
soit. C'est une buvette ici, on parle de tout et de rien (ah merde,
tout usenet est comme ça en fait). -- JYB --

Nicolas George
Le #313641
Le Gaulois wrote in message
La différence entre un serveur et un ordinateur qui n'est pas serveur
est d'abord dans l'usage qu'on en fait puis dans le système
d'exploitation.
<snip>


Tout ce long message, et tu n'as même pas évoqué une particularité pourtant
fondamentale qu'on trouve sur les serveurs et pas sur les autres machines :
les boîtiers rackables.

Ascadix
Le #313638
Thierry B. viens de tapoter sur son clavier ....

--{ Eric Rossé a plopé ceci: }--

Une remarque en passant : il n'est pas nécessaire d'installer
un SE en version serveur pour transformer un pc banal en
serveur : même équipé de XP édition familiale, un pc aura
un comportement serveur si on y installe un logiciel type
sgbd, serveur web, serveur d'application,...


Sauf que, si je ne m'abuse, XP heaume edition bride le
nombre de connexions IP entrantes... En dehors de toute
autre considération, bien entendu.


Ben oui ..tu te trompe ..

ya 2 bridages :

- couche IP : bridage avec le SP2 à 10 SYNC simultanés
- "couche" SMB ( client-server de ficheir Windows ) .. sessions entrantes :
illimité en serveur, 10 en Pro, 5 en home.

Mais tu peut y coller un apache si tu y tient ..il tiendra le choc ( bon
..sur un ouinouin j'aurais une nette préférence pour un IIS ..mais je sais
plus si on l'a avec la vHome )


--
@+
Ascadix
adresse @mail valide, mais ajoutez "sesame" dans l'objet pour que ça arrive.


Thierry B.
Le #313602
--{ Ascadix a plopé ceci: }--

XP heaume edition bride le nombre de connexions IP entrantes
^^^^^^^^^^^^^^^



Ben oui ..tu te trompe ..
^^^^^^^^^^^^


- couche IP : bridage avec le SP2 à 10 SYNC simultanés
^^^^^^^ ^^^^^^^^^^^^^^^^^^


- "couche" SMB ( client-server de ficheir Windows ) .. sessions entrantes :
illimité en serveur, 10 en Pro, 5 en home.
^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^


Jusque là, j'ai du mal à suivre.

Mais tu peut y coller un apache si tu y tient ..il tiendra le choc ( bon
..sur un ouinouin j'aurais une nette préférence pour un IIS ..mais je sais
plus si on l'a avec la vHome )


Tout ça me rappelle le bridage des NT workstations dénoncé avec
brio par Tim O'Reilly quand les clients ont commencés à se plaindre.
A l'époque ORA vendait un serveur web, descendant de winhttpd, et
dont je ne me rappelle plus le nom (la vieillesse est un naufrage)
qui tournait très bien dans 98. Sous la pression de M$, certains
de ces clients ont upgradé en NTws, et ont découvert que leur
serveur web ne tenait plus la cadence des connexions...

*paf*

--
Ya pas pire vieux con, qu'un vieux con qui s'y connais, car non
seulement il râle, mais en plus il a raison.
--{ LC (connaisseur) in f.m.b.l }--


Thierry B.
Le #313601
--{ Thierry B. a plopé ceci: }--

Tout ça me rappelle le bridage des NT workstations dénoncé avec


http://tim.oreilly.com/articles/ntwks4.html


--
YMMV.

Publicité
Poster une réponse
Anonyme