Vacation

Le
METIS
Bonjour,
je suis confronté au problème suivant :
L'administration de l'Education nationale paye un vacation
pour un travail dont la dénomination est "jury professionnel
d'examen de BTS".
L'intitulé pour la rétribution est :
"Epreuve orale indemnité par vacation
(1 vacation = 4heures)" 53euros.

Il se trouve que l'organisation du l'épreuve ne permet pas
de passer plus 4 candidats par demi journée (temps
d'installation, audition, temps de délibération).
Comme le candidat dispose d'un temps d'oral de 30mn,
l'Education nationale paye tout simplement 4x30mn=2h, c'est
à dire uniquement et strictement, juste le temps
d'audition!!
Pour donner une comparaison, c'est un peu comme si on payait
les chauffeurs de bus en ville, seulement quand ils roulent
effectivement(;o)))

C'est une attitude tout à fait indécente, le mot est faible.
Mais chercher à être considérer normalement est sans doute
illusoire.
La question est, y a-t-il un cadre juridique qui couvre ce
genre comportement ?

Merci pour vos avis.

--
<|[;o)) Michel
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos réponses
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Jeffbie
Le #16088491
En ce jour sacré de Saint lgor, METIS a béni ce groupe de ceci :

je suis confronté au problème suivant :
L'administration de l'Education nationale paye un vacation pour un travail
dont la dénomination est "jury professionnel d'examen de BTS".
L'intitulé pour la rétribution est :
"Epreuve orale indemnité par vacation
(1 vacation = 4heures)" 53euros.



Il se trouve que l'organisation du l'épreuve ne permet pas de passer plus 4
candidats par demi journée (temps d'installation, audition, temps de
délibération).
Comme le candidat dispose d'un temps d'oral de 30mn, l'Education nationale
paye tout simplement 4x30mn=2h, c'est à dire uniquement et strictement, juste
le temps d'audition!!
Pour donner une comparaison, c'est un peu comme si on payait les chauffeurs
de bus en ville, seulement quand ils roulent effectivement...(;o)))



C'est une attitude tout à fait indécente, le mot est faible.
Mais chercher à être considérer normalement est sans doute illusoire.
La question est, y a-t-il un cadre juridique qui couvre ce genre comportement
?



C'est la manière dont s'y prend l'Education Nationale pour décourager
les enseignants du privé de venir aux jurys. Cela leur permet donc de
rester entre enseignants du public et de bidouiller les épreuves pour
sortir avec de meilleurs résultats que les établissements privés.

Aller MALGRE CELA aux jurys est un acte militant contre leur attitude
et mérite rémunération en conséquence par l'établissement privé que tu
représentes. Ca se négocie très bien quand on explique clairement les
enjeux dans ces écoles ...

--
Quand on y réfléchit, les aspirations des pauvres ne sont pas
très éloignées des réalités des riches.
METIS
Le #16088421
Jeffbie wrote:
C'est la manière dont s'y prend l'Education Nationale
pour décourager les enseignants du privé de venir aux
jurys. Cela leur permet donc de rester entre enseignants
du public et de bidouiller les épreuves pour sortir avec
de meilleurs résultats que les établissements privés.



==> Ah oui, je vois le point de vue.
Mais là, je suis désigné Jury, membre représentant des
professionnel. C'est encore autre chose car je ne suis pas
enseignant du privé.
Ces jurys de BTS (graphisme) sont composés de 3 profs et 1
professionnel de l'édition ou des arts graphiques,
publicité, multimédia, etc.

Et alors pour ce qui es de l'impact, nous mettons en général
de l'huile pour faire glisser la note vers le haut car je
trouve les profs souvent très sévères...

Aller MALGRE CELA aux jurys est un acte militant contre
leur attitude et mérite rémunération en conséquence par
l'établissement privé que tu représentes. Ca se négocie
très bien quand on explique clairement les enjeux dans
ces écoles ...



==>Pour ce qui est de négocier, j'ai déjà téléphoné, discuté
avec le Rectorat.
J'ai aussi fait intervenir un ami qui est permanent d'un des
gros syndicat de l'Education nationale...
Il m'a affirmé que ce n'était pas la peine de se fatiguer.
Les réponses de plusieurs Académie est "c'est comme ça, si
les pro ne sont pas contents, ils n'ont qu'à pas venir,
c'est pas un problème..."

C'est à se demander qui a décidé de notre présence...!

Merci pour ton explication ceci dit.

--
<|[;o)) Michel
Jeffbie
Le #16088401
La vie est morose de nos jours,
heureusement que METIS nous a distrait de :

C'est la manière dont s'y prend l'Education Nationale
pour décourager les enseignants du privé de venir aux
jurys. Cela leur permet donc de rester entre enseignants
du public et de bidouiller les épreuves pour sortir avec
de meilleurs résultats que les établissements privés.


==> Ah oui, je vois le point de vue.
Mais là, je suis désigné Jury, membre représentant des professionnel. C'est
encore autre chose car je ne suis pas enseignant du privé.
Ces jurys de BTS (graphisme) sont composés de 3 profs et 1 professionnel de
l'édition ou des arts graphiques, publicité, multimédia, etc.



Mais cela va exactement dans le même sens ! Je dirais même "en pire"
car les professionnels ne sont même pas manipulables par le jeu des
autorisations d'enseigner, par exemple ...
Donc, les professionnels sont imprévisibles, et non canalisables.

Au final, tous ceux qui empêchent les enseignants du public de
magouiller en rond ne leur convient pas. Cela ne les empêche évidemment
pas d'avoir souvent l'air sympathiques et conviviaux ! Mais LEURS
établissements doivent FORCEMENT être les meilleurs et donc avoir les
meilleurs résultats ...
Cela va même BEAUCOUP PLUS LOIN ! Les organisateurs des épreuves
peuvent très facilement défavoriser un établissement privé désigné en
faisant en sorte que ses étudiants passent avec des jurys réputés très
durs pendant que les autres auront les jurys plus "cools" : chaque
examinateur fait l'objet de statistiques personnelles sur ses notations
... Ce n'est pas non plus par hasard que le règlement impose qu'un jury
soit comopsé d'un examinateur du public et d'un du privé : cela permet
des appréciations qui vont au-delà de la moyenne des notes accordées !

Et alors pour ce qui es de l'impact, nous mettons en général de l'huile pour
faire glisser la note vers le haut car je trouve les profs souvent très
sévères...



Oui, il y a aussi des maniaques ...

Aller MALGRE CELA aux jurys est un acte militant contre
leur attitude et mérite rémunération en conséquence par
l'établissement privé que tu représentes. Ca se négocie
très bien quand on explique clairement les enjeux dans
ces écoles ...





==>Pour ce qui est de négocier, j'ai déjà téléphoné, discuté avec le
Rectorat.
J'ai aussi fait intervenir un ami qui est permanent d'un des gros syndicat de
l'Education nationale...
Il m'a affirmé que ce n'était pas la peine de se fatiguer.



Et il a raison sur le fait que cela ne vaut pas la peine. Les dés sont
pipés dès le Ministère et les enseignants désignés à l'organisation des
jurys professionnels (commissions orales) ne le sont pas par hasard !

Les réponses de plusieurs Académie est "c'est comme ça, si les pro ne sont
pas contents, ils n'ont qu'à pas venir, c'est pas un problème..."



Evidemment ! lol

C'est à se demander qui a décidé de notre présence...!



La loi ! Tout cela relève de l'hypocrisie ambiante pour éviter le
retour des guerres "écoles privées / école publique" !!!
C'est ça, l'effet mammouth.

--
Il y a pire que le bruit des bottes : le silence des pantoufles.
METIS
Le #16088261
Jeffbie wrote:
[...]
Donc, les professionnels sont imprévisibles, et non
canalisables.



==> Heu oui, peut-être en général, mais dans mon cas, j'ai
été l'objet de quelques messes basses, bon, je ne m'étends
pas.

... Mais LEURS établissements
doivent FORCEMENT être les meilleurs et donc avoir les
meilleurs résultats ...



==>C'est de cela que la personne qui organise l'examen s'est
assuré en me prenant.
En mon âme et conscience bien sûr.
L'idée était que les candidats de l'école choisie comme
centre d'examen ne soit pas mal considérée et saquée par les
profs jury envoyés de grandes villes comme Marseille,
Toulouse, etc.

Cela va même BEAUCOUP PLUS LOIN !
Les organisateurs des
épreuves peuvent très facilement défavoriser un
établissement privé désigné en faisant en sorte que ses
étudiants passent avec des jurys réputés très durs
pendant que les autres auront les jurys plus "cools" :



==>Oulala... Mais les candidats ici, viennent d'école sous
contrat assez éloignées. C'est dans un rayon de 3 à 400Km...
Ce serait machiavélique et organisé à ce point ?

==>Bon, donc pour la question de départ :
pouvons-nous discuter sur un plan juridique, le principe de
ne payer que les heures d'audition dans le terme vacation=4h
où l'on ne peut matériellement écouter que 4 candidats (30mn
d'oral par candidat), donc 2h ?

--
<|[;o)) Michel
Jean-Claude
Le #16088091
METIS a écrit :
Bonjour,
je suis confronté au problème suivant :
L'administration de l'Education nationale paye un vacation
pour un travail dont la dénomination est "jury professionnel
d'examen de BTS".
L'intitulé pour la rétribution est :
"Epreuve orale indemnité par vacation
(1 vacation = 4heures)" 53euros.




Bonjour,

réponse naïve : ne pouvez-vous travailler que le temps pour lequel vous
êtes rétribué (peut-être pas si naïve finalement) ? A savoir l'audition ?
Vous venez les mains dans les poches sans installation, vous auditez 30
min., vous repartez sans délibérer.

Jean-Claude
Guillaume
Le #16087971
METIS a écrit :
==>Bon, donc pour la question de départ :
pouvons-nous discuter sur un plan juridique, le principe de
ne payer que les heures d'audition dans le terme vacation=4h
où l'on ne peut matériellement écouter que 4 candidats (30mn
d'oral par candidat), donc 2h ?




Ce serait un peu comme payer des vendeurs qui feraient du SAV et du
téléphone au lieu de vendre, alors ?
Ok, je sors.

Pour être plus précis, s'agit il d'une rémunération, ou d'une indemnité
? Dans les second cas, difficile de prétendre qu'elle ne puisse être
forfaitaire...
METIS
Le #16087051
Guillaume wrote:
Pour être plus précis, s'agit il d'une rémunération, ou
d'une indemnité ? Dans les second cas, difficile de
prétendre qu'elle ne puisse être forfaitaire...



==>Il est inscrit que c'est une Rétribution.
Dessous, il est écrit :
Nature de l'épreuve
Epreuve orale indemnité par vacation
(1 vacation = 4heures)

--
<|[;o)) METIS
http://www.graphM.com
Pour m'écrire en privé, mettez-moi des oranges...
METIS
Le #16087041
Jean-Claude wrote:
réponse naïve : ne pouvez-vous travailler que le temps
pour lequel vous êtes rétribué (peut-être pas si naïve
finalement) ? A savoir l'audition ? Vous venez les mains
dans les poches sans installation, vous auditez 30 min.,
vous repartez sans délibérer.



==> J'ai pensé le faire un moment...
Mais ma conscience professionnelle m'en empêche.
Je suis avec 3 professeurs, nous formons un jury de 4
personnes.
Je ferais ce que tu indiques, ça ne dérangerait personne,
les profs sont de cet avis. Mais personne au rectorat ne le
verait, donc ça ne servirait à rien. Donc on fait le boulot
quand même.
Et comme m'a dit une secraitaire au rectorat, "si ça ne vous
convient pas, vous n'êtes pas obligé de venir..."

C'est une attitude méprisante comme je n'ai encore jamais vu
(et je n'ai pas 26 ans, plutôt le contraire(;o))).

--
<|[;o)) METIS
http://www.graphM.com
Pour m'écrire en privé, mettez-moi des oranges...
Thierry VIGNAUD
Le #16086791
On Thu, 5 Jun 2008 22:30:52 +0200, "METIS"
Bonjour,
je suis confronté au problème suivant :
L'administration de l'Education nationale paye un vacation
pour un travail dont la dénomination est "jury professionnel
d'examen de BTS".
L'intitulé pour la rétribution est :
"Epreuve orale indemnité par vacation
(1 vacation = 4heures)" 53euros.

Il se trouve que l'organisation du l'épreuve ne permet pas
de passer plus 4 candidats par demi journée (temps
d'installation, audition, temps de délibération).
Comme le candidat dispose d'un temps d'oral de 30mn,
l'Education nationale paye tout simplement 4x30mn=2h, c'est
à dire uniquement et strictement, juste le temps
d'audition!!
Pour donner une comparaison, c'est un peu comme si on payait
les chauffeurs de bus en ville, seulement quand ils roulent
effectivement...(;o)))

C'est une attitude tout à fait indécente, le mot est faible.
Mais chercher à être considérer normalement est sans doute
illusoire.
La question est, y a-t-il un cadre juridique qui couvre ce
genre comportement ?



Le décret 56-585 modifié, qui fixe l'indemnisation des jurys de concours de la
fonction publique, précise bien que l'indemnisation comporte la durée
d'audition augmentée du temps de délibération du jury.

Extrait de son article 14 :
"La vacation comprend au moins quatre heures d'examen oral (explication,
interrogation), plus le temps nécessaire pour arrêter les notes et pour la
délibération du jury.
Pour les séances qui durent moins de quatre heures et au moins trois heures,
il est compté trois quarts de vacation ; pour les séances qui durent moins de
trois heures et au moins deux heures, une demi-vacation, et pour les séances
qui durent moins de deux heures et au moins une heure, un quart de vacation."

http://www.legifrance.gouv.fr/./affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000876917


Emetteurs radio et TV :
http://pagesperso-orange.fr/tvignaud
METIS
Le #16086191
Thierry VIGNAUD wrote:
...
Pour les séances qui durent moins de quatre heures et au
moins trois heures, il est compté trois quarts de
vacation ; pour les séances qui durent moins de trois
heures et au moins deux heures, une demi-vacation, et
pour les séances qui durent moins de deux heures et au
moins une heure, un quart de vacation."

http://www.legifrance.gouv.fr/./affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000876917



==> Grand merci, ça du précis !!!

--
<|[;o)) METIS
http://www.graphM.com
Pour m'écrire en privé, mettez-moi des oranges...
Publicité
Poster une réponse
Anonyme