Nouveau round entre Patricia Santangelo et la RIAA

Le par  |  15 commentaire(s)
patricia-santangelo-riaa.png

Nous vous en parlions déjà en décembre dernier, Mme Santangelo n'a pas froid aux yeux.

Nous vous en parlions déjà en décembre dernier, Mme Santangelo n'a pas froid aux yeux. Aujourd'hui, l'industrie du disque espère toujours une bataille des plus faciles contre la mère et ses enfants. Cinq majors du disque, représentées par la RIAA, ont lancé une plainte dans un tribunal fédéral ce mercredi contre le fils et la fille de Patricia Santangelo.

La RIAA a indiqué que Michelle Santangelo, 20 ans, a reconnu avoir téléchargé des morceaux sur l'ordinateur familial et que son frère, Robert, âgé de 16 ans, a été impliqué selon le témoignage de son meilleur ami. L'accusation estime qu'ils ont, à eux deux, distribué plus de 1 000 chansons, comme " Pretty Fly ( For a White Guy ) " du groupe Offspring, " MMMBop " des Hanson and " Beat It " de Michael Jackson.


Un combat inégal '
" Pour résumer, chacun des accusés a participé à des violations substantielles des droits d'auteur puis a rejeté son implication sur la base de propos sans fondement, les deux étant défendus par Patricia Santangelo clamant de manière répétée leur innocence et accusant fermement les plaignants d'aller en justice pour des litiges aussi frivoles " explique la plainte.

Jordan Glass, l'avocat de la défense, selon des propos rapportés par nos confrères d'Associated Press, conteste les allégations de l'industrie du disque. Il a précisé être présent lors de la déposition de Michelle Santangelo et ne se souvient pas l'avoir entendu " admettre ou reconnaître le fait d'avoir téléchargé ".

Patricia Santangelo, qu'un juge fédéral avait considéré en décembre dernier comme quelqu'un de " totalement illettré, informatiquement parlant " avait été mise en avant à cette époque, lorsqu'elle avait refusé de se plier face à la RIAA lui demandant 7 500 dollars pour cette affaire de téléchargement de musique illégal.

Des sympathisants de la cause qu'elle défend l'ont alors aidée à se payer un avocat, elle a également martelé son innocence et celle des enfants à la télévision. Selon elle, elle n'a jamais eu connaissance du fait que ses enfants téléchargeaient ou pas, et s'ils l'ont fait, des risques qu'elle et ils encouraient. Du côté de la RIAA, on réclame un jugement, des dommages et intérêts ainsi que le remboursement des frais de dossier liés à cette affaire judiciaire s'apparentant à la lutte entre David et Goliath.
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #139814
Le RIAA c'est vraiment la mafia
Le #139817
le R c'est pour Recording ' je croyais que c'était pour Racket !
bah mince alors !
Le #139830
Tiens ca m'étonne qu'ils n'aient pas encore abandonnés les poursuites...
D'habitude ils demandent les 5000 à 7500$ avec menace de procès, si l'autre refuse de payer, ils abandonnent pcq ils n'ont pas de preuves... (une ip ce n'est qu'une ip...et vu le nombre de ratés qu'ils ont eu...)
Le #139834
une ip (fixe ou dynamique) = ton nom et ton adresse si ton fai donne les infos donc personne n'est à l'abri.
Le #139835
oui et non. Phoenix a raison. Mais la RIAA n'as pas ces infos.
Il jouent sur la peur des gens. Ils savent que si les gens résistent, ils l'ont profond parce qu'ils ont rarement des preuves. (Rarement parce que parfois le gars se révèle être un psycho avec des montagnes de divx et de chansons gravées chez lui avec des tera de musiques et qu'en plus il les vend à des gogos ... .)
Le #139853
Il parait qu'il existe maintenant du P2P chiffré '
Si c'est le cas, il faudrait juste le communiquer davantage ... les renseignements des fai et autres organisations ne serviraient plus à grand chose ...
Cette industrie devient malsaine. Entretenir son business en faisant peur aux particuliers ... faire des exemples ... c'est vraiment petit.
Le #139857
Le fait de plaider "je ne savais pas que c'était mal" je trouve ça franchement ridicule.

Un poil de bon sens suffit pour savoir que le téléchargement via le P2P d'oeuvre musicale est illégale.

Pas vu, pas pris OK mais le risque est forcement connu.

Prendre les gens pour des cons en se faisant passer pour un imbécile qui "ne savait pas que c'était illégal" c'est une insulte à l'intelligence de la justice.

Voler, c'est mal, tout le monde le sait.

Alors après, que le systeme actuel soit obsolète, qu'il pratique des prix délirants et une chasse aux sorcière stupide pour masque son refus d'évoluer et de changer, completement d'accord.

Mais cette ligne de défense n'est pas recevable à mon sens, encore que dans ce domaine aux E.U, tout soit possible.
Le #139903
nan mais lhistoire qu'elle conaissait pas les risques encourus c'est pas ca quelle utilise comme argument de defense.
ca cest plus anecdotique qu'autre chose.

cest plutot le fait qu "elle n'a jamais eu connaissance du fait que ses enfants téléchargeaient ou pas" qui est son argument principal.

cest ecrit dans la meme phrase que le fameux "je savais pas les risques"
(qui n'est pas la meme chose que "je savais pas que cest pas bien", ne lui fais pas dire ce qu'elle n'a pas dit, il y a une nuance entre les 2)
Le #139937
"Robert, âgé de 16 ans, a été impliqué selon le témoignage de son meilleur ami"

heu ça veux dire qu'il a été balancé par son ami ou que son ami a annoncé à la presse que que robert, bob pour les intimes, était impliqué'
Le #139951
A c'est beau l'amitié...
De toute façon toutes ces démonstrations de force ainsi que la loi DAVSI vont propulser des solutions de P2P chiffrées qui ne diront plus qui partage quoi.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]