Etats-Unis et Canada au secours de RIM au Moyen Orient

Le par  |  2 commentaire(s)
rim logo

Alors que l'Arabie Saoudite prévoit de bloquer dès ce vendredi les services Blackberry sur son territoire, les gouvernements américain et canadien font pression pour tenter de trouver une solution.

rim logoLa secrétaire d'Etat Hillary Clinton a annoncé que des experts ont été réunis pour tenter de trouver une réponse à la menace de blocage des services Blackberry en Arabie Saoudite et aux Emirats Arabes Unis, affirmant le soutien des gouvernements américain et canadien envers le fabricant Research in Motion.

Si l'on reconnaît le droit de s'interroger autour des questions de sécurité, on ne laissera pas passer le " droit légitime à un accès et une utilisation sans entraves " des services Blackberry. Ce n'est donc pas uniquement un débat sur les seuls aspects sécuritaires qui se jouent mais bien aussi  sur celui de la censure dans ces pays.

Cependant, le Moyen Orient n'est pas seul à demander un accès aux flux de données chiffrées des Blackberry ou à s'inquiéter des questions de sécurité. L'Inde, l' Indonésie, l'Algérie et désormais le Liban, qui vient d'annoncer qu'il allait évaluer le risque pour la sécurité nationale de l'utilisation des terminaux Blackberry, veulent également changer les règles du jeu, sans forcément aller jusqu'à la menace d'un blocage.


RIM joue les équilibristes
Selon des sources officieuses, le dialogue entre le gouvernement américain et l'Arabie Saoudite, qui constitue le cas le plus urgent, aurait progressé sur plusieurs points ce vendredi matin, RIM ayant apparemment accepté d'assouplir ses positions malgré les répliques cinglantes de l'un de ses dirigeants ces derniers jours.

Et même si le Moyen Orient ne représente qu'une faible part de ses clients, sa position stratégique concernant les activités professionnelles internationales constitue un point qui ne peut être écarté par le refus de transiger...même si l'aspect sécurité est précisément le premier argument de RIM auprès de ses clients.

Mais pour beaucoup d'observateurs, il sera difficile de revenir en arrière et de fournir le type de surveillance étroite dont rêvent beaucoup de gouvernements. Il reste que ces pressions sur RIM arrivent à un mauvais moment, celui du lancement de Blackberry OS 6 qui doit faire la démonstration du dynamisme de la société et de sa capacité à faire face à une concurrence qui mise beaucoup sur l'ergonomie de l'interface.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #674081
Et une loi universelle contre les cons, ce n'est toujours pas prévu ? Ah bon... Dommage...
Le #674451
Eh bien, que RIM se passe de l'Arabie Saoudite plutôt que de son système de cryptage. Nous n'aurons qu'à nous passer des Saoudiens (j'ajoute que les Indonésiens ont déclaré ne pas vouloir interdire Blackberry).
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]