SAIP : voici pourquoi l'application d'alerte attentat n'a pas fonctionné correctement

Le par  |  54 commentaire(s) Source : Le Monde
Application-SAIP

L'application SAIP d'alerte attentat voulue par le gouvernement n'a signalé la tragédie de Nice que plus de deux heures après l'événement, la faute à une cascade de dysfonctionnements malheureux.

Diffusée juste avant le début de l'Euro 2016, l'application SAIP (Système d'Alerte et d'Information des Populations) n'a pas fonctionné comme prévu lors du drame de Nice le 14 juillet, ne signalant l'événement que plus de deux heures après les faits, au lieu d'une alerte qui aurait dû se déclencher en quelques minutes.

Au lendemain du drame, le prestataire, Deveryware, a été prié de s'expliquer auprès du ministère de l'Intérieur sur les "dysfonctionnements constatés", rapporte le journal Le Monde, tandis qu'une autre réunion doit avoir lieu ce 21 juillet.

Selon le journal, le raté du lancement de l'alerte au soir du 14 juillet à Nice est lié à une "succession de précipitations, de mauvaise communication et de malchance". Il évoque un développement de l'application réalisé en deux mois seulement pour que son lancement coïncide avec le début de l'Euro 2016.

SAIP application attentat

Si les tests à petite échelle ont bien fonctionné, le délai court de création de l'application SAIP n'aurait pas permis à Deveryware de mettre en place un système de redondance pour garantir le fonctionnement du service en cas de panne d'un serveur.

Deuxième erreur, l'hébergement du service sur un serveur simple s'est faite chez Numergy...sans indiquer la nature spécifique du service. Face à ce dispositif fragile pour un service sensible, un peu de malchance s'est greffée avec une rupture d'un câble de fibre optique de l'hébergeur à l'occasion de travaux le 13 juillet, mettant en place la plate-forme.

Le système était de nouveau opérationnel le 14 juillet mais une "erreur d'affichage" a laissé croire que le service était actif alors qu'il aurait dû être redémarré. Quand la Préfecture des Alpes-Maritimes fournit l'information de l'attentat, les ingénieurs se retrouvent obligés de redémarrer le système "en urgence absolue", d'où le retard de plus de deux heures de l'alerte, au lieu des 15 minutes promises. Le journal indique que des mesures ont depuis été prises pour qu'un tel incident ne se reproduise pas.

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 6

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1912266
Bref, l'histoire de n'importe quel projet informatique : le donneur d'ordre veut toujours plus, toujours plus vite, et au final on a le choix entre livrer de la merde ou se faire rafler le contrat...
Le #1912269
C'est malheureux en effet.
Le #1912270
Sur le coup, et au vu du caractère vital de l'application, le donneur d'ordre était plutôt bien avisé d'imposer un fonctionnement optimal du produit avant un événement tel que l'euro et compte tenu des attentats
Le #1912272
Bref, c'est du socialisme !
Le #1912277
Magic2016 a écrit :

Bref, c'est du socialisme !


Laisse moi planter le décor, je vote FN et ce que tu dis n'a absolument aucun sens.
En quoi être socialiste à avoir avec un tel soucis ?

N'importe qui aurait voulu cette application fonctionnelle avant l'euro.
Et aurait foutu une énorme pression pour que ça soit en place.
La seule chose qu'on peut reprocher à notre merveilleux gouvernement c'est qu'ils auraient du laisse plus de temps et donc commencer cette application avant.
Le #1912283
Oui bon OK. Mais elle aurait servi à quoi en fait ?

Le camion a roulé à 80km/h sur 2km. Ça n'a pas duré 2 heures non plus.
Le #1912284

Application livrée à l'état d'urgence
Le #1912285
skynet a écrit :

Sur le coup, et au vu du caractère vital de l'application, le donneur d'ordre était plutôt bien avisé d'imposer un fonctionnement optimal du produit avant un événement tel que l'euro et compte tenu des attentats


Pipeau, elle a rien de vital cette appli : une fois l'alerte donnée, même très rapidement après, c'est déjà fini... A moins d'avoir la météo ou le Bison futé des attaques, useless...
Le #1912286
bugmenot a écrit :

skynet a écrit :

Sur le coup, et au vu du caractère vital de l'application, le donneur d'ordre était plutôt bien avisé d'imposer un fonctionnement optimal du produit avant un événement tel que l'euro et compte tenu des attentats


Pipeau, elle a rien de vitale cette appli : une fois l'alerte donnée, même très rapidement après, c'est déjà fini... A moins d'avoir la météo ou le Bison futé des attaques, useless...


Toujours en train de dénigrer les choses.
Le #1912287
bugmenot a écrit :

skynet a écrit :

Sur le coup, et au vu du caractère vital de l'application, le donneur d'ordre était plutôt bien avisé d'imposer un fonctionnement optimal du produit avant un événement tel que l'euro et compte tenu des attentats


Pipeau, elle a rien de vitale cette appli : une fois l'alerte donnée, même très rapidement après, c'est déjà fini... A moins d'avoir la météo ou le Bison futé des attaques, useless...


L'alerte est à double usage, prévenir ceux sur le lieu et prévenir de ne pas accéder sur la zone.
Après oui le délai et le manque d'information rend le dispositif désuet et bien trop lent à agir. Si le réseau ne sature pas.

@ Rymix
Non, c'est de bon sens.
Une application reposant sur l'accès à l'Internet mobile dans des moments de surcharge ne sert à rien. Sans oublier le délai ou laps de temps auquel je fais référence pour activer l'alerte.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]