Les salariés français sont les plus démotivés d'Europe

Le par  |  12 commentaire(s)
salarié démotivé

D'après une récente étude réalisée par l'Ipsos et Logica par les Echos, les salariés français seraient les plus démotivés d'Europe. Salaire trop faible, pression, stress, le climat en entreprise est devenu délicat.

Il ne serait que 7 % à apprécier leur travail, à se lever du bon pied le matin prêts à rejoindre avec joie et motivation leur société, leur travail. Les Français ne sont pas réputés pour leur optimisme notable et cette nouvelle étude souligne encore un peu plus que, comparée à nos voisins européens, la tendance est majoritairement au pessimisme.

40% des sondés avouent connaître une baisse de motivation, un manque d'entrain. Aussi, les Français se placent en dernière position quant à leur appréciation globale sur leur travail. Le moral des salariés de l'hexagone est en berne et on ne s'étonne plus, finalement, de croiser autant de visages fermés le matin aux heures de pointe.

Les cadres sont les plus mis en avant par cette étude, des mots sont mis sur leur mal-être : surcharge de travail, manque de rémunération, salaire insuffisant et stress. La moitié d'entre eux (51%) s'attriste de passer trop de temps au bureau. Trop d'investissement pour peu de profit, voilà le point central de cette démotivation générale.

salarié démotivéSans surprises, le salaire est montré du doigt. Les cadres estiment qu'ils ne sont pas suffisamment rémunérés pour le travail qu'ils fournissent. Un sentiment partagé par l'ensemble des classes de salariés. 52 % des salariés sont préoccupés par ce point, contre 31 % chez les Allemands. Le salaire est également la première motivation dans la volonté de changer d'entreprise.

Le salaire est déterminant dans le choix d'un poste. Viennent ensuite la localisation du poste, puis la perspective d'évolution.

Mais tout n'est pas complètement noir : 86 % des interrogés restent attachés et fiers de leur métier. Il suffit d'entendre les salariés d'Arcelor Mittal au micro de Benoït Duquesne sur France 2 pour comprendre leur amour pour la sidérurgie malgré un contexte sinistré...

 

Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #939021
Et ça nous a couté combien ce sondage pour qu'on nous apprenne ce que l'on sait déjà ?
Anonyme
Le #939041
En même temps, les français sont les plus râleurs d'Europe.

Nb: Ce sondage ne m'a rien coûté par contre.
Le #939071
c sur que si le sondage est fait le matin dans le metro parisien, y'a pas beaucoup de gens heureux vu les gueules qu'ils tirent. Ca me surprend toujours quand je viens à Paris.
Le #939081
Si on faisait moins de social en France, les salariés seraient moins démotivés, car se lever avec l'idée que le voisin qui bosse pas s'en sort aussi bien que vous ...................................
Le #939101
Oui.

Il y a un tas de raison à cette "démotivation" et je ne suis pas sur que le salaire pas assez élevé (malgré ce soit parait-il la première réponse donnée) soit réellement la première cause. Disons plutôt que c'est la raison la plus facile, la plus simple à identifier, la plus évidente à décrire, la plus vite comprise, celle qui vient à l'esprit (c'est le fruit du matraquage idéologique à sens unique, quotidien, qui ne sait parler que de chiffres, de moyens, ...). Et disons qu'augmenter son salaire fonctionne comme une compensation relative : 1/ on souffre d'une maladie et 2/ augmenter le salaire permet d'acheter plus de médicaments. Ce qui n'est pas la panacée, non plus !

La raison principale à cette démotivation est d'entendre sans cesse des tiers, d'autres gens, des "experts" , des "spécialistes", soit disant des "autorités" , des gens que vous ne connaissez ni d'Eve ni d'Adam mais dont vous savez qu'ils ne craignent rien à se tromper, venir tout expliquer, tout savoir, tout régler, devant une caméra, etc.

Bref, c'est de ne plus rien maîtriser de sa vie, de tout se faire voler, y compris ses idées, ses espérances, y compris même ses empreintes biométriques , c'est dire ! Et c'est aussi que cela se produise sans AUCUN combat sensé (je précise "sensé" car les "combats", les défilés, carnavals avec pancartes et barbecues, ça ne manque pas, mais ils sont conduits par des aveugles tout aussi responsables du désastre).

Et l'entreprise recueille et reproduit le pire du système dans lequel elle fonctionne.

Cela dit, savoir cela ne sert à rien (sauf si on es d'accord). Reste à identifier les moyens de s'en sortir individuellement et ensemble. Voilà (désolé pour le com un peu long mais il me tenait à coeur de dire tout cela )
Le #939111
androme a écrit :

Si on faisait moins de social en France, les salariés seraient moins démotivés, car se lever avec l'idée que le voisin qui bosse pas s'en sort aussi bien que vous ...................................


Voilà une bonne idée pour aggraver le moral...
Le #939121
Ne pas oublier que les salariés Français sont les plus productifs d'Europe et dans le peloton de tête dans le Monde. Ceci explique peut être cela car leur productivité ne profite qu'aux patrons et actionnaires.
Le #939131
C'est quoi le rapport entre ce sondage et GNT ???
Le #939151
androme a écrit :

Si on faisait moins de social en France, les salariés seraient moins démotivés, car se lever avec l'idée que le voisin qui bosse pas s'en sort aussi bien que vous ...................................


si vraiment tu envies la situation de ton voisin pourquoi tu fais pas pareil que lui...
Le #939181

La remarque d'androme n'est pas de l'envie, mais un constat.

Cà ne serait pas plutôt au voisin de nous imiter et de se lever le matin pour aller chercher un travail ?
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]