Santé, ondes et mobiles : véritable danger ou marketing ?

Le par  |  7 commentaire(s) Source : Prudence et téléphone portable
interdiction mobile

Quand des scientifiques réunissent leur signature pour lancer un appel à la prudence concernant l'usage des mobiles, on peut se dire qu'ils sont en possession d'éléments nouveaux orientant leur réflexion. En fait, pas du tout.

interdiction mobileC'est un appel à la prudence concernant l'usage des téléphones portables qui a été lancé le 15 juin sous le titre pompeux : " Appel de 20 experts internationaux rassemblés par David Servan-Schreiber concernant l'utilisation des téléphones portables ".

Avec le soutien des telles sommités, on est en droit de se dire que ces personnes ont des éléments nouveaux sur la question épineuse de l'effet des ondes électromagnétiques sur l'organisme humain qui sont, sinon décisifs, du moins indicateurs d'une tendance dans un sens ou dans l'autre. La question de de l'éventualité de l'augmentation du risque de tumeur ( neurinome de l'acoustique, principalement ) liée à un usage intense du mobile sur une longue période cherche toujours sa réponse.

Or, à la lecture du fameux appel et de la bibliographie de référence, rien de tout cela. Il ne s'agit que d'une sélection d'articles plus ou moins récents et plutôt orientés dans le sens d'effets négatifs. Pourtant, l'un des problèmes rencontrés actuellement concerne la difficulté d'obtenir un effet ( ou une absence d'effet ) comparable entre plusieurs laboratoires indépendants et donc de valider l'existence de ces effets nocifs éventuels.


Alerte ou opération de communication ?
Rien dans la bibliographie publiée ne sort du cadre de ce qui est connu et peut servir d'argumentaire aux deux camps. L'appel ne se fonde donc sur aucun élément nouveau susceptible de modifier le consensus. Quant aux recommandations, ce sont ni plus ni moins que celles préconisées par le ministère de la Santé et la Fondation Santé et Radiofréquences, en se fondant sur l'idée qu'aucun effet nocif n'a été recensé, en dehors d'un effet thermique à forte intensité mais que cela ne dispense pas de prendre quelques précautions en attendant d'avoir plus d'information, notamment sur les sujets à risque que sont les enfants ou les femmes enceintes.

Cette position ne signifie pas en effet pour autant qu'il n'existe pas de risques, mais que ceux-ci ne sont pas encore suffisamment identifiés pour imposer une réglementation.

En conclusion, et malgré les titres quelque peu alarmistes vus ça et là, il n'y a strictement rien de nouveau dans cet appel, qui a pour unique mérite de rappeler qu'un usage raisonnable du téléphone portable est recommandé.

Et puisque le but n'est pas l'information scientifique, bien que la caution de personnalités semble indiquer le contraire, on peut légitimement se demander quel est le but de cette posture. Encore plus quand on sait que M. Servan-Schreiber vient de sortir un ouvrage sur des méthodes douces de prévention du cancer...
Complément d'information
  • Santé / Mobile : pas de gros danger des ondes, pour l'ICNIRP
    Alors que l'OMS a modifié le classement des radiofréquences émises par les mobiles de "sans aucun danger" à " sans danger mais demandant des éclaircissements ", l' ICNIRP ne trouve toujours pas de preuve d'un effet néfaste sur la ...
  • Santé et stations relais : pas de danger ?
    Depuis novembre 2002, les opérateurs mobiles japonais, NTT DoCoMo, KDDI Corporation et SoftBank Mobile Corporation, ont collaboré sur l'étude des effets des émissions d'ondes électromagnétiques.

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #254021
"un usage raisonnable du téléphone portable est recommandé"
Vu les tarifs appliqués en France, ce n'est pas très difficile...
Le #254081
Si David Servan-Schreiber ne m'inspire pas la moindre confiance je reste quand même sur mes gardes sur ce sujet...
J'ai tendance à voir le marketing dans l'autre sens, c'est à dire du coté des entreprises multi-milliardaires qui sont impliquées dans ce marché plutôt que de la part d'un pseudo-scientifique en quête de publicité.

Ce débat me rappelle un peu celui de l'amiante...
pendant des années les industriels comme Bouygues et compagnie connaissaient le danger de l'amiante et avaient déjà des solutions de rechange, mais celles-ci coutaient un peu plus chère à produire...
Et en ce qui concerne le lobbying, il suffit d'aller voir les sites des producteurs d'amiante (pardon, de chrysotile) qui se permettent encore d'affirmer qu'il n'y a aucun danger à utiliser leurs produits, allant jusqu'à parler du "lobby antichrysotile"...

http://www.proamiante.com/utilisation-chrysotile/actualitesDetails.cfm?noActualite=31

Le #254161
Cela viendrait expliquer l'augmentation des tumeurs au cerveau ces dernières années,
Le #254171
poip je ne pense pas, rien n'a été démontré aujourd'hui mais le problème reste sur le long terme où on ignore véritablement les effets.
Le #254391
En même temps, le fameux Servan-Schreiber est mondialement connu pour son expertise dans le domaine, puisqu'il est...... psychiatre
Le #254531
myzok

Pour ma part, une quatrième oreille vient de faire son apparition sur mon front. C'est vrai que les 20 h de communications par jour y sont peut être pour quelque chose. En attendant, c'est bien pratique pour ne pas surchauffer une oreille, et, qui sait, peut être utiliser un deuxième téléphone. Pour cela il me faut attendre une deuxième bouche.
Le #254551
la véritable question est plutôt de savoir si qcq'un aura le courage de déclarer dangereuse (en le prouvant) les technologies wireless. Vous imaginez les conséquences ?
je ne crois pas un seul instant qu'une autorité prendra ce risque.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]