Santé et mobile : vers un risque reconnu par l'OMS ?

Le par  |  0 commentaire(s)
OMS logo

Jusqu'à présent, les industriels rejetaient le risque de danger sanitaire des radiofréquences en s'appuyant sur la position de l'OMS suggérant l'innocuité. En reconsidérant le classement des émissions de radiofréquences, c'est un monde de certitudes qui vacille.

OMS logoLa question du danger des radiofréquences émises par les téléphones portables est un sujet débattu depuis longtemps et qui s'est intensifié ces dernières années. Si les industriels ont pu longtemps s'appuyer sur une position de l' OMS ( Organisation Mondiale de la Santé ) ne reconnaissant que des effets thermiques à forte exposition, ce point de vue a été depuis contesté par plusieurs études faisant émerger d'autres effets à des expositions beaucoup plus faibles et pouvant potentiellement augmenter le risque d'apparition de certaines tumeurs.

La position de l'OMS était la carte maîtresse de l'industrie pour rejeter les inquiétudes concernant un effet sanitaire. Mais celle-ci vient de perdre de son aura sous le coup d'un réexamen d'études de référence par le CIRC ( Centre international de Recherche sur le Cancer ), réuni à Lyon, et qui vient de décider de classer les radiofréquences émises par les mobiles dans une catégorie 2B qui n'exclut plus la possibilité d'un danger sanitaire.


Prise en compte d'un risque éventuel hors effet thermique
Cette catégorie, sans reconnaître l'existence formelle d'un danger, suggère que des études complémentaires sont nécessaires. Si cela ne modifie pas profondément l'état des connaissances, qui conduisait déjà à mener des investigations pour clarifier les résultats de certaines études parues ces dernières années, c'est en revanche un signal fort soulignant que le temps des certitudes est passé et que les arguments du danger sanitaire ne peuvent plus être évacués.

Il s'agit notamment d'évaluer si les émissions électromagnétiques des mobiles, sur le long terme, sont capables d'augmenter le risque d'apparition de divers cancers. La tâche n'est pas facile, les causes d'apparition de tumeurs pouvant être multiples tandis que le recul à plus de 10 ou 15 ans d'exposition est encore mal connu.

Toujours est-il que ce nouveau positionnement devrait avoir des conséquences économiques non négligeables et pourrait être le point de départ de nouvelles réglementations plus strictes, ne s'arrêtant plus aux seuls effets thermiques, comme c'est le cas actuellement.

Complément d'information
  • Dossier Radiofréquences, mobiles et santé
    Les téléphones portables ont envahi très rapidement notre quotidien, laissant peu de temps pour envisager les risques de ces sources de rayonnements électromagnétiques de faible intensité placées régulièrement à proximité ...

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]