Science : un coléoptère piloté comme un drone

Le par  |  2 commentaire(s)
scarabée drone

Verra-t-on un jour de petits insectes transformés en outils d'espionnage ? C'est ce que laisse penser la dernière recherche d'une équipe de scientifiques de l'Université de Californie à Berkeley et de l'Université technologique de Nanyang.

Deux équipes de chercheurs ont ainsi réussi à prendre le contrôle d'un coléoptère et à le piloter comme un drone. La prouesse a été réalisée grâce à un équipement créé sur mesure constitué d'un microcontrôleur, d'un émetteur-récepteur sans fil et d'un jeu de six électrodes directement reliées aux lobes optiques et aux muscles de l'insecte.

coléoptère drone L'étude remonte à 2009, lorsqu'une équipée sud-coréenne réussissait à déclencher le battement d'ailes d'un scarabée grâce à une stimulation électrique. Depuis, le projet a fait du chemin et il est désormais possible de contrôler la direction que prend l'insecte.

Le coléoptère porte l'ensemble de l'électronique sur son dos, le tout ne pesant que 1,5 gramme. C'est une batterie lithium-ion de 3,9 volts qui alimente l'ensemble.

Grâce à une télécommande, les chercheurs sont capables de stimuler les différents muscles de l'insecte pour l'obliger à changer de direction en vol. Il est possible d'ajuster la précision du virage en influant sur l'intensité de la stimulation électrique renvoyée.

L'étude devrait permettre de mieux comprendre les fonctions neuromusculaires chez les insectes volants dans un premier temps. Mais on devrait également voir là les prémices du développement d'insectes cyborgs, contrôlés à distance avec plusieurs objectifs en tête.

  

Ce type de contrôle est actuellement plus avancé que la conception et la miniaturisation à l'extrême des drones et autres robots. Il sera ainsi plus facile d'équiper des insectes de ce type d'équipement que de créer des robots à taille identique.

On peut ainsi penser que ces insectes cyborgs seront équipés de caméras, de micros, de balises GPS et autres connexions sans fil pour mener des opérations de surveillance, espionnage, mais aussi, et pourquoi pas pour venir en aide à des victimes piégées dans des décombres .

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1836813
C'est une drône d'idée !
Le #1836820
Pauvre bête ... même plus la liberté d'exister en paix c'est vraiment désastreux
Le #1836821
pas plus que l'exploitation de la vache ou du cochon, à mon avis. Mais effectivement, asservir les autres espèces est une brillante démonstration de la nature humaine....

Le #1836822
graveen a écrit :

pas plus que l'exploitation de la vache ou du cochon, à mon avis. Mais effectivement, asservir les autres espèces est une brillante démonstration de la nature humaine....


Les animaux comme les vaches et les cochons ont encore un semblant d’existence, ils peuvent marcher, dormir et interagir entre eux. Cette bête n'a même plus le contrôle de son cerveau et donc de son corps ...

Ps : Je ne défend pas pour autant l'exploitation du bétail qui est a mon sens cruel également mais j'ai l'impression que l'être humain continu sa course vers le summum de la connerie et de la cruauté en toute impunité
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]