Sega Pluto : la console avortée et oubliée refait surface

Le par  |  6 commentaire(s) Source : The Verge
Sega Pluto

Le monde du jeu vidéo est rempli de succès et d’échecs, mais aussi de projets avortés. Ainsi, c’est un mythe qui refait surface depuis quelques jours sur la toile : la console Sega Pluto.

Après 14 ans, on pensait que la Sega Pluto tomberait dans l’oubli total et pourtant, elle refait surface aujourd’hui par l’intermédiaire d’un ancien employé de Sega qui souhaite briser le silence sur un projet longtemps suspecté et jamais officialisé par la marque.

Sega Pluto Il y a plus de 10 ans, quand SEGA faisait encore partie des fabricants de consoles et de jeux, la politique de la société était loin de celle actuellement pratiquée par les ténors.

Ainsi, les consoles se voyaient davantage optimisées, agrémentées d’accessoires et déclinées en diverses versions plutôt que totalement mises au rebu au profit d’une plateforme totalement neuve. Une façon de fidéliser les joueurs, d’étendre la durée de vie des plateformes vendues à prix d’or pour l’époque, mais avouant également les moyens limités de l’industrie du jeu de l’époque.

Sega Pluto (2) Ainsi, SEGA s’était lancé dans la mise à jour de sa plateforme Saturn en lui ajoutant un port cartouche annonçant certainement d’une rétrocompatibilité avec les titres Megadrive, mais également d’un modem 28.8Kbps. Pour l’occasion, le capot permettant d’accéder au disque était retravaillé pour ne pas avoir à proposer de bouton d’ouverture, mais un système de pression.

"Super Magnetic", l’utilisateur se déclarant ancien employé de SEGA ayant posté ces images sur Assemblergames.com la décrit comme " une bête... certainement la console la plus lourde que j’ai eue en mains."

Sega Pluto (3) La Pluto présentée fonctionne, mais l’utilisateur se dit incapable de tester les jeux du fait que la console soit régionalisée au format USA NTSC, mais aussi du fait qu’il ne dispose pas d’une ligne internet bas débit.

Malheureusement pour les passionnés, inutile de se ruer sur Ebay pour chercher à se procurer un exemplaire de la machine, il n’en existerait que deux exemplaires au monde. L’autre exemplaire aurait été achetée par un utilisateur du site Destructoid sur un marché aux puces pour 1$ il y a 5 ans de cela.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1270682
Celui qui a achete le modele a 1$, a fait une super affaire.


Le #1270692
Dommage que Sega ne fasse plus dans le hardware. J'ai adoré toutes les consoles qu'il ont faites (à l'exception de la Saturn, que je n'ai pas eu).

Leur Dreamcast était parfaite. Vraiment dommage que ce soit avec cette console qu'ils aient du tirer leur révérence...
Le #1270752
Belle machine.

A noter, le port cartouche de la Saturn n'est absolument pas destiné à une rétrocompatibilitée avec la Megadrive (l'hardware ne le permet pas), il sert à recevoir des cartouches de RAM (pour certain jeu SNK entre autre) ou de sauvegarde (pour étendre cette dernière et la rendre moins sensible à la durée de vie de la pile) ainsi que d'autre périphériques ... et de manière moins officielle, adaptateur (pour jeux étrangers) ou Pro Action Replay.
Le #1270762
Doublec, tu m'a doublé lol
Le #1270772
orakaa a écrit :

Dommage que Sega ne fasse plus dans le hardware. J'ai adoré toutes les consoles qu'il ont faites (à l'exception de la Saturn, que je n'ai pas eu).

Leur Dreamcast était parfaite. Vraiment dommage que ce soit avec cette console qu'ils aient du tirer leur révérence...


Elle avait pourtant une tare fondamentale : en s'associant avec M$ pour la certification Win CE/CD-ROM, elle a aussi embarqué les bugs de M$, dont celui qui permettait de dumper un GD-ROM (format compressé, contra-rotatif, donc illisible sur un lecteur CD de PC) et celui qui permettait de jouer sur la gravure de l'image ISO du dump (format CD-ROM) : non seulement aucun jeux PC n' exploité cette certification win CE pour se retrouver sur cette console, mais surtout les studios s'en sont vite détournés car trop simple à pirater.
Par contre M$ a bien appris de cette collaboration avec Sega, il suffit de voir à quel point la xbox 180 était un clone testosteronisé de la dreamcast ...
Le #1271222
bandix400 a écrit :

orakaa a écrit :

Dommage que Sega ne fasse plus dans le hardware. J'ai adoré toutes les consoles qu'il ont faites (à l'exception de la Saturn, que je n'ai pas eu).

Leur Dreamcast était parfaite. Vraiment dommage que ce soit avec cette console qu'ils aient du tirer leur révérence...


Elle avait pourtant une tare fondamentale : en s'associant avec M$ pour la certification Win CE/CD-ROM, elle a aussi embarqué les bugs de M$, dont celui qui permettait de dumper un GD-ROM (format compressé, contra-rotatif, donc illisible sur un lecteur CD de PC) et celui qui permettait de jouer sur la gravure de l'image ISO du dump (format CD-ROM) : non seulement aucun jeux PC n' exploité cette certification win CE pour se retrouver sur cette console, mais surtout les studios s'en sont vite détournés car trop simple à pirater.
Par contre M$ a bien appris de cette collaboration avec Sega, il suffit de voir à quel point la xbox 180 était un clone testosteronisé de la dreamcast ...


Franchement dans le genre "je connais rien et j'étale ma science -fiction-" tu es vraiment le meilleur !!!

Le support GD-Rom n'a JAMAIS été "contre rotatif", c'est quoi cette invention de narvalo ?.... c'était un disque CD-ROM étendue avec 2 sessions, la première à l'intérieur du disque contenant une video "mettez ce jeu dans une DC gnagnagna..." parfaitement lisible par un pc directement. et la 2eme avec une particularité au niveau de la TDM empêchant sa détection naturelle par un lecteur CD/DVD de pc ( pouvait cependant être contournée ). la capacité totale du disque était de 1GB grâce à une technique proche de l'overburning ( en contrepartie les disques étaient TRÈS sensible aux rayures car contenant moins de secteurs de correction d'erreur )

La protection était complétement axée sur le media, il n'y avait aucun cryptage ou même aucun fichier signé car cela était encore illégal à l'époque. Pour obtenir les data du jeu il y avait 2 solutions :

1) dumper sur un PC avec une manip de swap et le bon lecteur ( chaud ! mais réalisable )

2) utiliser un disque gravé double session avec du code permettant d'envoyer les datas vers le port série ou le le BBA ( pour les chanceux qui en avait un... heu moi ? naaaaan )

la réalisation d'une gravure était facile à réaliser grâce à un logiciel de gravure désormais disparue : Discjuggler . Il avait la particularité de pouvoir créer un disque avec 2 session data distincte.... mais avants cela il fallait arranger le jeu pour le faire tenir sur un CD de 700MB et là c'était rigolo ( downsampling des video / suppression des langues inutiles etc... )

Enfin pour répondre à ta dernière connerie ( il faut appeler un chat un chat ) Tu m'explique en quoi un Celeron 733Mhz ( x86 CISC ) de xbox est un clone de HITACHI SH4 ( RISC ) de dreamcast, et une Geforce4 dee xbox est un clone de powerVR de dreamcast ???


Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]