Serious Games : un autre genre du jeu vidéo ?

Le par  |  0 commentaire(s)

Le Serious Game tire donc à profit certain genre du jeu vidéo : la simulation et les jeux de gestion sont sans doute les plus simples références, les mécanismes sont identiques pour tous et facilement transposable dans le domaine où le nouveau serious game tient à entrer en action : marketing, relations humaines, management, formation, etc... Mais on l'a vu aussi, le FPS, style très apprécié des joueurs, peut lui aussi être facilement détourné pour être utilisé à des fins plus "sérieuses", plus "utiles" que joués dans un salon le casque sur les oreilles. Les jeux d'aventure, les point'n click et les nombreuses énigmes stimulent les aptitudes du cerveau, le jeux de course de voiture peuvent se transformer en des titres sur la circulation routière. Qui aujourd'hui n'est pas passé dans un simulateur de conduite avant de prendre le volant d'une voiture dans le cadre du permis ? Le cheminement n'est ici pas très explicite, mais revient à dire, pour l'essentiel, que nos jeux vidéo sur lesquels nous nous divertissons à des fins très simplistes finalement, sont les bases sur lesquelles se reposent les développeurs pour qu'ils créent, à leur tour, des scénarios pédagogiques.

Conscio technologies Rail Simulator

C'est ici toute la différence qui existe entre un jeu vidéo et un Serious Game. Le Serious Game fait dans le divertissement tout en gardant un aspect très formel. Le scénario n'est plus ici futile, "il faut sauver le monde de l'attaque alien". Le Serious Game, et selon le contexte où il est employé, use d'objectifs plus concrets, prend pied dans la réalité et a des buts précis : informer, instruire, entraîner et exercer. L'apprentissage par le divertissement n'est pas une nouveauté en soi, il est juste plus présent dans des milieux où on ne l'attendait pas. Les loisirs numériques étant courant parmi la population d'aujourd'hui, les évaluations, les formations ont du s'adapter et sortir des carcans un peu vieillots. Apprendre en s'amusant n'est donc plus réservé aux plus jeunes, le monde de l'entreprise s'ouvre à cette nouvelle donne. Les plus grandes institutions seraient sans doute même les précurseurs. La Nasa, avait par exemple, avant la fin du programme Constellation annoncé par Obama, créé un serious game pour ses astronautes et autres acteurs du programme. Une simulation, surtout dans le domaine de l'espace, est plus facile à gérer par le biais de l'informatique qu'en grandeur nature...

ArcelorMittal  Building World Hilton Garden Inn - Virtual Heroes, Inc

Les Serious Game ne sont pas pour autant l'apanage des entreprises. Ils se retrouvent encore dans les jeux vidéo eux-mêmes, ceux vendus comme tel mais considérés surtout comme des applications. On pense en premier au célèbre Dr Kawashima. Le neurologue a mis en application des exercices dédiés à la stimulation du cerveau, les développeurs ont apporté la touche de divertissement propre à notre univers. Wii Fit, lui, a pris soin de nos corps, en intégrant des exercices physiques, nos Miis, des conseils diététiques et une balance personnifiée. Ces titres là jouent sur notre capital santé. D'autres indirectement, travaillent nos réflexes, nos déductions... Les jeux vidéo ne sont pas des univers fermés fonctionnant en huit-clos. Les mécanismes qui les animent sont au contraire très ouverts et peuvent être à l'origine d'autres applications. Il existe comme un échange de savoir-faire. Sans chauvinisme aucun, on pourrait même être fier que notre secteur, tant décrié parfois, soit aussi à l'origine de produits dont la vocation peut-être considérée comme plus "sage".

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Questions / Réponses high-tech
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]