Rachat de SFR : le soutien de la Caisse des Dépôts à Bouygues diversement apprécié

Le par  |  1 commentaire(s) Source : BFM TV
Bouygues-Telecom-logo

L'offre relevée du groupe Bouygues s'appuie en partie sur de nouveaux investisseurs de poids comme la Caisse des Dépôts et Consignations. Un rôle que la Banque Publique d'Investissement n'a pas voulu jouer.

Pour faire grimper sa proposition de rachat de l'opérateur SFR à 13,15 milliards d'euros en numéraire, le groupe Bouygues a trouvé un appui avec la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC), prête à mettre 300 millions d'euros sur la table.

Jean-Pierre Jouyet, son président, avait laissé entendre quelques jours avant l'annonce de la nouvelle offre qu'il pourrait apporter son soutien à Bouygues malgré la mise en route de négociations exclusives entre Vivendi et Altice / Numericable.

logo-bouygues-telecom Et un soutien d'autant plus important qu'il s'agit d'un investisseur "sérieux" donnant du poids au projet de Bouygues mais dont on peut se demander si le gouvernement a joué un rôle dans cette décision, même si l'investissement prévu fait de la CDC un investisseur minoritaire.

Or BFM TV affirme que "ce dossier a été géré au plus haut niveau de l'Etat", sous la supervision d'Emmanuel Macron, secrétaire général adjoint de l'Elysée, et qui aurait poussé la CDC à apporter son appui.

Et cet appui est venu fort à propos alors que c'était la BPI (Banque Publique d'Investissement) qui devait jouer ce rôle. Cette dernière n'a cependant pas voulu tomber dans le piège d'une politisation de l'offre de Bouygues qui aurait été aussitôt perçue comme un coup de pouce de l'Etat alors que la proposition de Bouygues est arrivée après la décision de Vivendi de mener des négociations exclusives avec Numericable / Altice. "Sa crédibilité était en jeu", souligne la source de BFM TV, alors que plusieurs acteurs politiques ont affiché leur préférence pour le projet de Bouygues.

C'est donc la CDC qui a accepté de jouer ce rôle mais non sans quelques grincements de dents sur la façon dont cela s'est enchaîné : "il a suffi que le tout Paris mondain financier se mobilise pour que nous intervenions", indique une autre source. D'un autre côté, Martin Bouygues remue ciel et terre actuellement pour obtenir un maximum de garanties financières.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1697832
Vu l'intérêt stratégique que représente les télécommunications pour le pays, je trouve ça très bien que l'Etat soutienne Bouygues.

En effet, si Numericable rachète SFR, c'est pour faire un LBO et revendre sous peu à une entreprise étrangère qui aura beaucoup de cash, comme Verizon. Depuis le temps que les américains essaient de s'implanter en France...
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]