Test Split/Second Velocity

Le par  |  0 commentaire(s)
Split Second Velocity - Logo

Après avoir réalisé le très bon Pure, Black Rock Studio avait en tête de poursuivre son offensive dans le secteur automobile, une offensive matérialisée sous la forme d’un jeu de course. Ces jeux sont excessivement nombreux et se démarquer de la concurrence est devenu de plus en plus difficile. Pour ce faire, le studio anglais a fait appel au spectaculaire.

D’apparence, Split/Second : Velocity a tout du classique jeu de course. Néanmoins, Black Rock Studio a abandonné le thème de la nature au profit d’un contexte urbain plus intense, plus dangereux. Le jeu nous pousse en fait à participer à une série télévisuelle regroupant les meilleurs cascadeurs du monde entier. L’adoption de ce format sert de prétexte à de violentes courses sportives.

On pourra même noter la présence d’un court résumé au début de chaque nouvelle saison composée de six courses. Au total, nous pourrons participer à soixante-douze événements. Ces courses varient bien entendu en fonction de leur contexte géographique mais aussi du mode de jeu adopté. Ces modes vont de la classique course de classement à la course contre la montre.

Split Second Velocity - Image 20 Split Second Velocity - Image 21

D’autres modes plus exotiques comme le mode Survival exigeront des joueurs anticipation et calme. Comme son nom l’indique, ce mode met à contribution les réflexes du joueur qui devra éviter des barils explosifs ou des missiles air-sol dans le seul et unique objectif d’engranger un maximum de points. Grâce à un sans faute, ce score est maximal.

Les courses dites classiques ressemblent à un Mario Kart dans le sens où ces dernières reposent sur l’utilisation judicieuse d’options offensives. Mais contrairement au jeu de Nintendo, ces bonus offensifs sont obtenus au travers de nos bonnes performances sportives. Elles vont de l’aspiration au saut en passant par le dérapage.

Split Second Velocity - Image 17 Split Second Velocity - Image 18

Ces figures de style nous permettent de remplir la barre de Powerplay divisée en trois parties. Mais ces bonus, le joueur ne peut les utiliser à tout moment car ils dépendent intrinsèquement du décor. En effet, nous pourrons seulement neutraliser la concurrence à l’aide d’éléments décoratifs du jeu qui varient heureusement en échelle et en efficacité.

Plus la barre de Powerplay est remplie, plus l’élément invoqué est susceptible de changer le cours et le tracé d’une course. Cela implique aussi de connaître par cœur le placement et le fonctionnement de ces attaques car elles peuvent s’avérer à double tranchant. Il est aussi question de timing, le pouvoir neutralisant d’un baril explosif est maximal à courte distance.

Split Second Velocity - Image 19 Split Second Velocity - Image 14

Cette barre sert aussi à débloquer temporairement des raccourcis que nos adversaires pourront très bien emprunter. Il faudra veiller à employer ces couloirs secrets dans la plus grande solitude. Le choix des véhicules est déterminant et varie en fonction du tracé et du mode de jeu. Il existe trois types de véhicules : les voitures de course, les muscles cars et les trucks.

Ils se différencient sur leurs capacités à accélérer, à déraper ou encore leur résistance vis-à-vis des attaques extérieures. La motivation pour le joueur sera de débloquer l’ensemble des ces véhicules dotés d’une maniabilité élevée. Split/Second Velocity est un jeu accessible qui ne demande aucune connaissance mécanique particulière.

Split Second Velocity - Image 15 Split Second Velocity - Image 16

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]