Supercalculateurs : la France rattrape son retard

Le par  |  18 commentaire(s)
IBM Blue Gene

Pour un investissement de 25 millions d'euros sur quatre ans, le CNRS met à disposition de la recherche française 207 Teraflops avec l'aide d'IBM.

IBM Blue GeneSuite à un accord intervenu entre le CNRS ( Centre National de la Recherche Scientifique ) et le constructeur américain IBM, la France se dote, hors calculateurs utilisés à des fins militaires, du troisième calculateur au niveau mondial après les Etats-Unis et l'Allemagne (voir le classement).

De quoi réjouir la Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche soulignant en début de semaine que par cette acquisition, la France rattrape son retard en la matière.


De 6,7 Teraflops à 207 Teraflops pour le CNRS
IBM, qui est devant Hewlett-Packard le plus important fournisseur mondial de supercalculateurs, a concocté pour le CNRS une plate-forme intégrant deux architectures d'ordinateurs différentes mais complémentaires, avec une architecture dite massivement parallèle et une architecture plus généraliste dite SMP pour Symnetric Multi Processor. Cette association offre une puissance de calcul totale de 207 Teraflops, à savoir 207 000 milliards d'opérations à virgule flottante par seconde (voir schéma ci-dessous).

CNRS_IBM_Supercalculateur

Cette puissance de calcul colossale à laquelle les entreprises auront également accès, sera mise à pied d'oeuvre dès mars 2008 pour aborder des problèmes scientifiques complexes intéressant principalement les recherches en climatologie et les questions soulevées par le réchauffement climatique. Bien d'autres domaines bénéficieront toutefois de cet apport comme la chimie, la biologie, la physique fondamentale, l'astrophysique.
Complément d'information

Vos commentaires Page 1 / 2

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #194660
Enfin rattraper son retard, ça se fait pas en allongeant les billets pour avoir plus gros.

Pour vraiment le rattraper, il faudrait etre capable de le réaliser soi même (ou par des entreprises nationales, et notamment sans IBM)
Le #194665
En même temps, tu en connais beaucoup d'entreprises francaises capables de faire des supercalculateurs toi (ou même de simples PC)... de toutes façon quoi qu'il en soit, les composants arrivent de chine .
Le #194667
@ tuxthepenguin

en france on a bull.
Anonyme
Le #194669
tuxthepenguin

les francais ne sont pas des nazes... Niveau technologie et science, la france est tres bien placée... c'est juste qu'on ne leur donne pas les moyens de se développer, on préfère aller voir outre atlantique...

sinon ça tourne avec quoi?
Le #194670
"sinon ça tourne avec quoi?"

A ton avis
C'est pas le genre d'ordi à passer par la fenêtre
Le #194671
"rattrapper son retard" c'est se donner les moyens de rechercher plus, mieux et plus vite.
Donc c'est bien.
Et demander à ce que le supercalculateur soit franco-français, c'est... afficher son propre retard
Le #194672
Chitzitoune >bah le supercalculateur militaire (Tera-10) du CEA, c'est un bull, donc si on veut on sait faire.
Maintenant, je vois pas ou est le problème d'utiliser de l'ibm : ce sont les meilleurs dans ce domaine, autant prendre ce qu'il y a de meilleur, que d'engloutir des millions pour faire la même chose avec bull, et finalement prendre encore des années de retard.



"la France se dote, hors calculateurs utilisés à des fins militaires, du troisième calculateur au niveau mondial" >si j'en crois le site que vous donnez, c'est calculateurs militaires compris qu'elle est au troisième rang. à moins que les supercalculateurs militaires soient pas sur la liste, mais dans ce cas, pourquoi y'a celui du CEA ?


EDIT : deuxième remarque, il semblerait que la france ait actuellement non pas de 6,7 TFlops mais un peu plus de 50 : http://www-ccrt.cea.fr/fr/moyen_de_calcul/platine.htm
après, il devait être installé début 2007, je sais pas s'il l'a été.
Le #194673
@leblase:
"Et demander à ce que le supercalculateur soit franco-français, c'est... afficher son propre retard "

On a pas non plus un retard abyssal (même si il est flagrant)
Mais payer une boite étrangère pour faire le boulot, c'est nullement rattraper son retard, puisque finalement, c'est les autres qui le font. C'est tout au plus un concours de la plus grosse valise sur la table.


@Jules César:
Sinon, y'a aucun problème à utiliser du IBM hein, mais c'est juste que ça permet pas vraiment de rattraper son retard, au contraire, ça implique une dépendance (et donc forcement du retard) par rapport aux autres.
Le #194674
"Mais payer une boite étrangère pour faire le boulot, c'est nullement rattraper son retard, puisque finalement, c'est les autres qui le font. C'est tout au plus un concours de la plus grosse valise sur la table." >

le boulot en question c'est pas de jouer à kikalaplusgrosse, c'est de faire de la recherche fondamentale, notamment des simulations climatiques, et je peux te dire que pour ça, on s'en balance que ce soit du ibm, du nec ou du bull. C'est pour de la recherche fondamentale, les résultats seront publiés, que cette recherche se fasse ici ou aux états unis. Le seul truc c'est que ça va permettre aux labos français d'avoir de bons résultats, donc de bons crédits, donc que cette recherche va se faire (alors que aux usa en ce moment, les sous ils passent surtout dans le financement de la guerre en irak).

Mais je te l'accorde, on a du retard dans la fabrication de machines. Seulement ici c'est pas ce retard là qu'on cherche à combler (le jour ou bull sera au niveau d'ibm, on l'aura rattrapé, c'est dire que c'est pas demain la veille )
Le #194678
@Jules César :"le boulot en question c'est pas de jouer à kikalaplusgrosse, c'est de faire de la recherche fondamentale, notamment des simulations climatiques, et je peux te dire que pour ça, on s'en balance que ce soit du ibm, du nec ou du bull"


Tout dépend de la vision qu'on a de la recherche.

La recherche, c'est pas seulement des chercheurs dans une salle, c'est aussi avoir les connaissances pour fabriquer les outils, avoir les ressources nécessaires, pouvoir réaliser les expériences soit même, ....

La plupart du temps, en effet, on s'en fout un peu de qui sous traite le boulot. Le problème, c'est dans les cas plus rares (comme les guerres, vu que tu parles de guerre en irack), où d'un seul coup, bah les sous traitants, ils se mettent à brider (voir bloquer) leur employeurs car ils sont pas du bon pays (et la, d'un seul coup, on s'en fout plus du tout d'où vient les compétences)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]