Test Afro Samurai

Le par  |  1 commentaire(s)
Afro Samurai - pochette

Si l'on est un temps soit peu amateur de mangas, difficile de ne pas avoir entendu parler d'Afro Samurai. Adapté en animé en 2007, la licence a rencontré un bref succès auprès des aficionados de seinen (manga pour jeunes hommes), notamment par la réalisation technique et l'approche très dynamique et violente qui forment l'essence de la production. Fort de cette renommée, Namco Bandai nous propose une adaptation vidéoludique du lourd cheminement d'un samurai éreinté par sa destinée. L'atmosphère de l'animé sera-t-elle pour autant conservée ?

Créé par Takashi Okazaki, le manga Afro Samurai a par la suite été adapté en animé, sous la forme de cinq O.A.V. via le studio Gonzo (à l'origine d'animés reconnus tels que Hellsing, Full Metal Panic, Gantz, Last Exile, ou encore Black Cat) et réalisé par Kizaki Famutomo (à qui l'on doit notamment Balistik et Ghost in the Shell : Stand Alone Complex). Bien qu'enrichit d'un film d'animation intitulé « Resurrection », l'adaptation vidéoludique d'Afro Samurai se focalise uniquement sur les cinq épisodes sus-nommés.

Se calant dans un Japon féodal post-apocalyptique mêlé de technologies de pointe, Afro Samurai présente une aura assez malfaisante, dérangeante. Les prémices de l'histoire offrent d'ailleurs une certaine immoralité, accentué par une féroce violence. Cela commence d'ailleurs par la mort du père d'Afro, décapité de sang froid par Justice, un vieux cow-boy aux allures de zombie. La raison de ce sanguinaire affrontement se matérialise en deux bandeaux : le bandeau numéro 1 étant jugé comme le Saint Graal du monde, permettant d'acquérir les pouvoirs d'un dieu. Évidemment, tout le monde convoite ce bout de tissu afin de parvenir à de sombres desseins. Seulement, il est nécessaire de posséder le bandeau numéro 2 pour défier l'actuel détenteur des pouvoirs divins. Afro, hanté par une vengeance implacable envers le meurtrier de son père, passera sa vie à traquer le bandeau numéro 2 - et se confronter à tous ses aspirants - dans l'unique but de hacher menu le vil Justice.

Afro Samurai - 1 Afro Samurai - 2

S'il y a une chose que l'on peut reprocher à Afro Samurai, c'est un certain manque de scénario et surtout une incohérence particulière dans son déroulement. En effet, l'animé a déjà tendance à déstabiliser le public via quelques flash-backs finalement peu explicatifs et surtout mal positionnés. Ainsi, certains passages frisent l'incompréhension la plus totale, de sorte que l'on a l'impression d'avoir raté quelques minutes de visionnement. La production de Namco Bandai s'inspirant partiellement de l'animé, force est de constater que les joueurs auront quelques peines à bien comprendre le déroulement de l'histoire, aussi minimaliste soit-elle. Qui plus est, le jeu tronque encore davantage certaines scènes telles que l'enfance d'Afro, n'expliquant pas pertinemment la mort de son père et les véritables pulsions qui le forcent à combattre avec une telle violence. Certes, certains dialogues précisent quelques éléments, mais ceux et celles qui n'ont pas pris connaissance de l'œuvre originale risquent de patauger allègrement dans l'incompréhension.

Toujours est-il que notre anti-héros par excellence s'armera du katana de son défunt père afin de venger sa défaite. Mais pour cela, il faudra tout d'abord traquer le porteur du bandeau numéro 2. Dans ce but, il sera prêt à tout, même - et surtout - à tuer. Vous l'aurez compris, la vie de notre chevelu ne sera faite que de violence, douleur et surtout d'une solitude exacerbée. N'ayant que très peu de contacts, Afro n'a pas tardé à se créer une entité imaginaire, Ninja Ninja. Globalement du même acabit que notre héros, ce dernier se présente comme sa face cachée, la matérialisation de ses sentiments originaux. Ninja Ninja apporte donc une profondeur aux dialogues et surtout une once d'humour via ses paroles crues, déplacées, voire complètement perverses.

Afro Samurai - 3 Afro Samurai - 4

Dans le même style
  • Test Samurai Warriors 4
    Quatre ans après le troisième volet, Samurai Warriors 4 fait son apparition. Le titre, toujours développé par le studio japonais Omega Force, ne change pas la recette inhérente à l'ensemble des épisodes. Toutefois, le résultat ...
  • Test Sengoku Basara Samurai Heroes
    Une envie de refaire l'histoire du Japon dans la peau de héros tout sauf crédibles ? Capcom vous en offre la possibilité avec Sengoku Basara Samurai Heroes, ne réinventant certes rien mais qui le fait très bien.
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #452871
Il est vrai que sous sa mise en scène efficace et son perpétuel ballet de coups, on se lasse tout de même assez vite notamment à cause d'un gameplay trop simpliste.
Au moins c'est joli à regarder et prenant à entendre.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]