Test Bulletstorm

Le par  |  1 commentaire(s)
Test Bulletstorm

Envie d'un FPS où la démesure est permise ? De multiplier les shoots à la tête pour voir exploser des crânes dans une effusion de sang ? Envie d'entendre des personnages au langage franc et direct ? Bulletstorm réveille le côté "bourrin" du FPS en proposant une aventure proche du grand défouloir. Ce n'est donc pas pour rien s'il est interdit au moins de 18 ans...

La démo nous avait livré un aperçu, mais un léger aperçu de ce que le jeu a au final à proposer. Après avoir parcouru le titre, il nous apparaît clairement que nous n'avions pas eu droit au meilleur résumé du jeu qui soit. Ayant mis l'accent sur le côté "bourrin" de ce FPS, la démo avait mis de côté un scénario, un background et quelques autres détails révélant Bulletstorm. Donc, si vous vous êtes essayés à la démo, sachez que le titre d'Epic Games a tout de même autre chose à proposer aux joueurs, même si l'aspect bourrin représente effectivement 100% du jeu. Seulement, le titre n'est pas seulement bête et méchant, il sait également comment happer son joueur et le conserver bien au chaud, pris au jeu des skillshots et des dialogues colorés.

Bulletstorm (44) Bulletstorm (43)

Bulletstorm vous fait rejoindre une bande de mercenaires patibulaires, portés sur l'alcool, particulièrement virulents, qui se rendent compte, en début de partie, combien ils se sont fait manipuler par un abjecte colonel. La fine équipe aurait tué des centaines d'innocents, persuadée de sa bonne action. Retournement de situation, les mercenaires suivent malgré eux les décisions de leur chef au sang chaud, Gray, ce même "héros" que vous allez incarner, ce qui les conduit tout droit à la mort pour certains, à l'amputation de cerveau pour d'autre, bref, à la catastrophe. Gray ne compte cependant pas en rester là et se lance à la poursuite du colonel, prêt à lui faire la peau. Voilà pour ce qui est de l'histoire rapidement résumée. People Can Fly, le studio de développement, se charge de la mise en scène du scénario avec beaucoup de soin et vous offre une histoire qui, sans être exceptionnelle, vous intéressera tout de même.

Bulletstorm (42) Bulletstorm (41)

Vous finirez donc par échouer sur une planète assez jolie mais peuplée d'étranges autochtones. Dans un premier temps, votre aventure se vivra à deux, votre compagnon étant d'une assez méchante humeur après que votre décision d'attaquer le colonel l'ait transformé en cyborg. Puis vous ferez rapidement connaissance d'une jeune femme audacieuse et téméraire. Votre équipe sera ainsi formée et c'est à trois que vous affronterez les hordes d'ennemis.

Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #756071
Bonjour !
Après lecture de votre article , je me dis tout de même que c'est toujours pour attirer le chalant , que s'écrivent la plupart des critiques :
Un jeu violent , interdit au -de 18ans.
En réalité , très peu de jeux sont "violent" , dans le sens où ils font appel à nos peurs primales ou enfantines , voir exacerbent des sentiments refoulés.
Non , sauf certains comme Manhunt ou Soldier of Fortune ... voir cette article (http://www.jeuxvideo.com/dossiers/00014149/les-20-jeux-les-plus-gore-du-jeu-video-8eme-the-punisher-pc-ps2-xbox-013.htm).
Alors il serait juste de mettre un bémol à la rédaction d'un contenu"mature" sur ce genre d'article.
A moins que vous n'ayez des parts dans la société de production dudit jeu
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]