Test Dead Space

Le par  |  0 commentaire(s)
Dead Space - pochette

Encore assez peu présent sur les consoles nouvelle génération, le survival-horror renaît avec une nouvelle licence issue de Redwood Shores Studio : Dead Space. Piochant à droite et à gauche dans des productions de qualité, le titre émet un contexte et une ambiance propice au mystère, à l’inconnu, à la méfiance, voire à la folie. Bref, l’aventure que propose le soft promet de ne pas vous laisser indemne, tant l’immersion est puissamment développée. Les ténors de l’horreur vidéoludique n’ont qu’à bien se tenir !

Pourtant pas si attendu que cela au sein de la communauté de joueurs, Dead Space étonne par sa qualité, ses bonnes idées et son ambiance hors du commun. Les développeurs de Redwood Shores Studio ont su piocher savamment les idées dans des productions cinématographiques telles que l’excellent Event Horizon et le cultissime Alien, ou encore certains softs  tels que Doom 3, Cold Fear et Echo Night Beyond, afin de concevoir un produit cohérent qui ne respire pas pour autant le repompage de bas étage. Contrairement à Resident Evil et autres Silent Hill qui dominent le marché du survival-horror, Dead Space se caractérise par une peur plus subtile puisqu’orientée sur un impitoyable moment d’enfermement, de solitude, qui rappellera dans une certaine mesure l’ambiance de la saga Metroid.

Pour situer les faits, vous incarnez Isaac Clarke, ingénieur de son état, qui se verra confronté à un destin abominable. En effet, lui et votre équipage doivent se rendre sur le vaisseau USG Ishimura, expédié dans l’espace dans le but d’étudier les matières d'une planète inconnue, afin d'y dénicher d'éventuelles formes de vie. Or, les communications avec l’équipe de scientifiques ont été perdues alors qu’elle étudiait minutieusement les fragments recueillis. C’est alors que votre escouade arrive sur place, prenant conscience qu'elle est seule dans une épave en état de dysfonctionnement avancé. Dès les premières minutes, le jeu vous placera directement dans l’ambiance : vous êtes forcé de visiter les recoins de ce rafiot peu recommandable, fourmillant de bruits étranges et inquiétants. Vous vous retrouverez bien vite livré à vous-même, équipé d’une combinaison de protection et d’un cutter laser, afin d'errer dans d’éternels couloirs peu éclairés et parfois affreusement étroits, engendrant ainsi un grand moment de solitude couplé à une frayeur à rendre paranoïaque. Dans un silence d’or, nous écoutons alors le moindre bruit, prêt à utiliser les quelques munitions en notre possession.

Dead Space   1 Dead Space   2

Vous l’aurez compris, Dead Space cherche à instaurer une ambiance propice à la peur de l’inconnu, les monstres mettent d’ailleurs du temps à se manifester au début de l'aventure. Ce n’est qu’après quelques écoutes de transmissions recueillies ici et là dans des couloirs, caisses et autres coffres que vous comprendrez que les scientifiques sont tombés sur des parasites qui infectent les humains, provoquant des mutations abominables. Nous retrouvons donc trait pour trait l’ambiance d’Alien et son contexte à la fois horrible et diablement obscur. Les ennemis se voulant extrêmement vifs et caractérisés par leur sadisme sans précédent, la peur vous envahit indéniablement, emprisonnant toute votre attention dans la folie de l’USG Ishimura.

En contrepartie d’une mise en abîme du joueur au sein d’une aura forte et puissamment menée, le scénario de cette production se montre quant à lui un tantinet classique, poussif et répétitif. Les douze chapitres que comprend le jeu s’enchaînent globalement de la même façon, puisque vos deux équipiers rescapés se contentent de vous donner des missions destinées à parcourir les méandres de ce cercueil d’acier afin de débloquer des mécanismes destinés à s’enfuir de cette irrémédiable folie. Vous passerez donc votre temps à courir après des objectifs de cet acabit, enchaînant les éventuelles pannes et autres retournements de situations prévisibles à des kilomètres, tout en vous frottant à un bestiaire étonnamment percutant et diversifié. Bref, heureusement que le caractère du jeu est bien ancré afin de faire digérer les clichés de la trame scénaristique, sinon il est clair que cet élément aurait nuit à sa qualité générale.

Dead Space   3 Dead Space   4
Dans le même style
  • Test Dead Space 3
    Dès le premier volet, Dead Space s'est imposé comme une référence du genre survival horror. Le deuxième opus a confirmé cette consécration méritée. C'est donc logiquement que Dead Space 3 était attendu par tous les aficionados de ...
  • Test Dead Space 2
    Malgré le succès de ses nombreuses séries vidéoludiques comme FIFA ou encore Les Sims, Electronic Arts a pris le risque en 2008 de s’aventurer dans le domaine des survival-horror. De cette décision est née la saga Dead Space qui ...
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]