Test No More Heroes 2 : Desperate Struggle

Le par  |  2 commentaire(s)
No More Heroes 2 Desperate Struggle - image

Je ne sais pas pour vous, mais j'attendais personnellement avec impatience de pouvoir manier de nouveau le Beam Katana, l'arme de prédilection de Travis Touchdown. Vous savez, cet otaku assoiffé de sang qui était parvenu, après de mémorables rencontres, à devenir l'assassin numéro un de Santa Destroy dans le premier No More Heroes. Bonne nouvelle, il nous revient dans une aventure plus trash que jamais. La Wii s'en souviendra encore longtemps.

Malgré des graphismes qu'on aurait pu accuser de terrorisme tellement le clipping et l'aliasing attentaient à notre rétine, la galerie de personnages tous plus barrés les uns que les autres de No More Heroes avait fait pencher la balance en sa faveur. Le créateur de cette bombe vidéoludique, Suda 51, n'est cependant plus que producteur sur ce second opus sous-titré "Desperate Struggle" (Lutte Désespérée dans la langue de Patrick Chirac). Est-ce un mal, perd-on fatalement en identité ? Nous vous répondrons en toute quiétude que non, au contraire. Bien que l'effet de surprise soit effectivement passé, la recette du premier volet a été intelligemment bonifiée, et certains points critiquables et critiqués de No More Heroes ne le sont plus... totalement.

No More Heroes 2 Desperate Struggle - test (1) No More Heroes 2 Desperate Struggle - test (5)

L'expérience du premier épisode avait été légèrement tronquée pour l'Europe, notre version interdisant aux ennemis de disparaître autrement que dans une gerbe de pixels. Les amateurs de giclées d'hémoglobine seront aux anges (ou aux démons dans ce cas), No More Heroes 2 nous arrive dans une mouture absolument pas censurée. Et ça ne vaut pas uniquement pour la présence de sang lors des décapitations de vos adversaires. Sachez-le, les répliques de Travis et les dialogues du jeu dans l'ensemble sont parfois, pour ne pas dire souvent, très crus et truffés de sous-entendus (la traduction française est d'ailleurs excellente). On en vient à suspecter des connotations sexuelles partout (la Wiimote animée en haut à droite de l'écran, ne vous fait-elle pas penser à un pénis ou ai-je l'esprit décidément trop mal tourné ?). Les gros plans sur les arrière-trains ou les poitrines généreuses du beau sexe sont légion, mais comme c'est assumé et que ce fan-service fait entièrement partie du délire orchestré par Grasshopper Manufacture, ça ne choque pas. Évidemment, cette remarque n'est point du tout valable pour les joueurs n'ayant pas atteint 18 ans, et ça tombe bien car No More Heroes 2 ne leur est pas destiné.

Dans le même style
  • Test No More Heroes
    Le dernier titre de Suda 51 est enfin arrivé dans nos contrées mais dans une version censurée. Mais pas question de sabrer le contenu du jeu, la censure a juste transformer le sang rouge giclant pas une couleur noire, nettement moins ...
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #654751
Je n’aime vraiment pas cette licence
Que ce soi le 1
Le 1 en HD
Le 2

Et vue les ventes (pour les 3 versions) apparemment je ne sui pas le seul
Le #656241
Bonsoir Narcisse d\'oyo. Tu as évidemment parfaitement le droit de ne pas apprécier cette série, mais sa relative impopularité ne provient pas, à mon sens, de sa qualité mais plutôt de la méconnaissance du public à son égard. Car qu'un jeu soit bon ou prête à polémique, on l'achète si le buzz autour est conséquent ou s'il attise au moins notre curiosité.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]