Test Paradise

Le par  |  0 commentaire(s)
Le sentiment de jouer à un jeu comme on les faisait il y a dix ans est renforcé par un gameplay réduit à sa plus simple expression. On est ici dans un point and click pur et dur, avec un curseur à promener sur l'écran jusqu'à ce qu'il rencontre une zone active. Le curseur se transforme alors en divers éléments : une loupe, par exemple sur un tiroir, pour " zoomer " c'est-à-dire activer un écran figurant l'intérieur du tiroir, un klaxon pour parler à un PNJ, une pince pour ramasser un objet et le glisser dans son inventaire, un écrou pour agir sur l'élément du décor au besoin en utilisant un objet de l'inventaire, enfin une flèche pour se déplacer dans la direction indiquée en changeant d'écran.

Paradise test page 4  Paradise test page 4

Du très basique, voire du préhistorique qui semble a priori mettre Paradise à l'abri de tout problème de maniabilité. Raté là encore. Il n'est pas rare en effet que le curseur mette du temps à s'animer et que, du coup, on rate une zone active. Et c'est parti pour de longues errances à se demander ce qu'on a bien pu manquer. Les chasseurs de pixels professionnels, ceux dont la souris ratisse méthodiquement chaque centimètre carré de l'image, seront aux anges. Les autres pourront simplement prendre leur mal en patience.

Paradise test page 4  Paradise test page 4

D'autant que parfois, la zone active sera bien camouflée, à l'image de cette énigme assez tôt dans le jeu où pour les besoins d'un puzzle vous devez remplir une jarre d'eau. Malgré les nombreuses retenues d'eau et même une fontaine qui ornent le hammam, Ann Smith ne sera autorisée à ramasser le précieux liquide qu'en un seul endroit, un coin de bassin.

Paradise test 4 page panoramique  Paradise test 4 page panoramique  Paradise test 4 page panoramique

Le découpage des décors laisse lui aussi à désirer, la réalisation ayant eu la fâcheuse idée de rompre occasionnelllement et bien sûr, sans prévenir, avec le système écran par écran pour proposer quelques images panoramiques. Une idée plastiquement intéressante que ces paysages d'un bloc s'étalant sur trois ou quatre écrans sans temps de chargement. Mais qui, à jouer, se révèlent pénibles.

En effet, le curseur de la souris n'y signale plus les déplacements possibles en se changeant en flèche : il suffit de cliquer sur le bord de l'écran pour que la caméra suive. Evident, sauf qu'avec l'habitude de l'écran par écran, ne voyant aucune flèche au premier balayage, on en arrive parfois à rebrousser chemin et à passer par la même occasion à côté de pièces ou recoins de la carte incontournables pour avancer. Je vous renvoie au deuxième paragraphe pour l'errance et tout ça.

../..
Dans le même style
  • Test Rhythm Paradise
    Beyoncé nous fait sa publicité dans des spots diffusés actuellement, Rhythm Paradise est enfin disponible en Europe. Les Japonais y jouent depuis juillet 2008 et ce avec beaucoup d'engouement. Le titre de Nintendo vous propose de tester ...
  • Test Viva Piñata Pocket Paradise
    Malgré un concept assez original et un enrobage attrayant, Viva Piñata n'aura pas eu la reconnaissance méritée sur Xbox 360. Elever des piñatas n'est pourtant pas un exercice inintéressant, mais l'accueil sera peut-être tout autre ...
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]