TMS : les maux de l’informatique

Le par  |  5 commentaire(s)
tms tms

Souvenez-vous des « Tiens-toi droit ! », « Assis-toi correctement », « Ne t’avachis pas comme ça ! » dits sur tous les tons pendant l’enfance. Nous aurions pu croire qu’avec l’âge, personne ne viendrait plus corriger notre mauvaise posture, et bien détrompez-vous ! Encore peu connus du public, les TMS pour Troubles Musculo-Squelettiques, rattrapent nos vilaines habitudes à coup de mal de dos et autres douleurs délicieuses aux noms barbares.

Définition
Les chiffres sont impressionnants, d’après le groupement d’intérêt public créé au sein de la sécurité sociale, Eurogip, 40 millions de personnes en Europe seraient concernées par les TMS. En France, c’est un fait, ces troubles représentent les trois-quarts des maladies professionnelles. Mais que se cache t-il derrière ce mystérieux mal ? Pour mieux comprendre, voyons ce que nous dit la définition de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail. D’après l’AFSSET les TMS (Troubles Musculo Squelettique) sont « des blessures ou des troubles du système musculo-squelettique, qui résultent de l’exposition à divers facteurs de risque présents dans le lieu de travail qui ont soit contribué au développement des troubles soit aggravé une condition préexistante ».

Il faut savoir que les TMS ne sont pas un phénomène récent. Déjà présents au 19ème siècle, les premières victimes de ces troubles ont été les fanas du tricot, puis les personnes exerçant des métiers impliquant nombre de gestes répétitifs comme dans l’industrie agroalimentaire, de l’automobile, les services aux personnes, le domaine agricole…tous les secteurs et tous les employés sont touchés. En effet, jusqu'à récemment les cadres semblaient avoir été épargnés par ces troubles mais ils sont aujourd’hui rattrapés de part leur grand usage de l’informatique. Les TMS ne s’arrêtent pas non plus à l’univers du travail, sachez qu’ils sont également connus des sportifs comme les joueurs de tennis souffrant du « tennis-elbow », des musiciens, des gamers acharnés et même des accros aux conversations SMS. Personne n’est épargné. En 2000, les TMS représentaient 62% de l’ensemble des maladies professionnelles recensées par la CNAMTS (Caisse National d’Assurance, Maladie pour les Travailleurs Salariés) et près de 75% aujourd’hui. Reconnus dans le tableau 57 des maladies professionnelles du régime général et dans le tableau 39 du régime agricole en France, les TMS sont devenus la maladie professionnelle la plus répandue en Europe et progressent au rythme inquiétant de 20% par an ces dix dernières années.

Voici donc comment sont récompensées nos longues heures de labeur… par des douleurs dues à des gestes répétitifs, à des poses statiques et longues, des efforts excessifs, des angles extrêmes d’articulation, du stress et des facteurs psychosociaux. Ces troubles affectent les tissus mous à savoir, les muscles, les tendons et les nerfs. Les TMS des membres supérieurs sont les plus connus à ce jour. En première ligne, le poignet souffrant du tristement célèbre SCC (Syndrome du Canal Carpien), le coude avec sa douloureuse épicondylite (la tendinite du coude) et le dos endurant les pénibles lombalgies. D’autres troubles existent mais le seul symptôme des TMS étant la douleur, ils restent difficilement repérables ou mal identifiés.

Les troubles musculo-squelettiques gagnent donc à être connus et reconnus car ils représentent un enjeu important que se soit pour la Sécurité Sociale, les entreprises ou bien encore les travailleurs. Face à une évolution rapide dans tous les secteurs d’activité, une semaine nationale a été organisée en mars dernier  par la CNAMTS sur le thème « Prévention des TMS : les entreprises s’engagent » afin d’éveiller les sociétés à ce problème. Par ailleurs, le 22 octobre dernier les TMS étaient le thème principal de la sixième édition des débats de l’Eurogip.


Le travail sur écran
L’avènement des nouvelles technologies a changé notre mode de travail. De la secrétaire aux cadres, presque tout le monde aujourd’hui utilise un ordinateur. D’ailleurs, d’après une étude de la CREFAC (Centre d’Etude et de Formation pour l’accompagnement des changements), 70% des salariés travaillent sur écran et 38% des français utilisent un ordinateur tous les jours. Ce n’est donc pas anodin si les TMS s’invitent aujourd’hui dans nos bureaux. Cependant, comme l’indique François Cail, physiologiste pour l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), « Il est difficile d’avoir des statistiques précises sur les TMS reconnus pour le travail sur écran. Selon les chiffres de la CNAMTS 5 à 10 % des TMS reconnus du tableau 57 seraient attribués au travail sur écran ».
Vidéos High-Tech et Jeu Vidéo
Téléchargements
Vos commentaires
Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #189099
Sympa, mais on dirait que c'est motivé par une publicité pour les accessoires de business-man plutôt que par le bon sens de simplement travailler confortablement
Le #189105
Bidule200 >

t'es trop lucide toi, on te l'a fait pas à toi ! Tu lis tout de suite entre les lignes, quelle perspicacité !! moi je dis Bravo avec un grand B !! Il fallait la voir la pub déguisée, c'était pas évident... pffff... pitoyable !

C'est vraiment tout ce que tu as trouvé à dire sur cet article ? Tu as aussi peu d'imagination que ça ? C'est quand même hallucinant de voir une telle paranoïa... Bref, crois ce que tu veux, par contre évite d'écrire des choses que tu crois savoir ou que tu penses avoir cernées, car je peux te garantir que tu es très loin de la réalité ! L'auteur de cet article a passé qq heures pour essayer de faire une bonne synthèse sur le sujet et c'est vraiment pas cool comme remerciement en retour...
Le #189154
je n'ai pas vraiment eu le temps de tout lire , j'ai juste pour l'instant survoler "clavier" et "souris"....

je voulais juste vous faire part de ma surprise de ne pas voir de commentaire à propos des claviers ergonomiques, et surtout des trackballs qui sont d'excellentes alternatives à ces satanées souris (que moi je relègue au moyen âge de l'informatique!).

Les claviers ergonomiques comme mon Natural keyboard de la "firme de Redmond" ( pour pas trop faire de pub ;-) ), permettent d'éviter de se forcer à rapprocher les coudes comme l'obligent les claviers normaux, et à rechercher en permanence à obtenir une parallèle non naturelle entre nos deux avant bras.
Ces claviers courbés permettent une position bien plus naturelle des avant bras et poignets ... les épaules sont détendues et reposées!

http://www.google.fr/search?hl=fr&q=natural+keyboard&btnG=Rechercher&meta=

Dommage qu'il n'y ai que cette affreuse firme qui développe ces outils indispensables à notre santé.

Et mon "Trackball Explorer" de la même marque (vous inquiétez pas , je suis pas un défenseur de Billou , bien au contraire , je suis 100% Linux sur mes pc y compris au boulot! donc je réduit cette entreprise juste à une bonne firme de hard-ware! )

Pourquoi je vous parle de mon matos comme ça?
Par ce qu'il y'a quatre ans, j'ai du affronter le regard de dédain et les réflections désobligeantes d'un médecin urgentiste qui me reprochait de venir anormalement encombrer ses urgences nocturne, et à raison en plus!
Cela faisait quelques mois que je m'étais mis à l'informatique et au surf internet de manière très assidue (pour rester gentil), avec quelques petites douleurs passagères de temps à autres , mais pas suffisamment fortes pour que je m'inquiète outre mesure.
Cette nuit là , à la sortie d'un excellent concert, je ne pouvais plus rentrer chez moi avec ma voiture car tout mon bras droit était traumatisé/bloqué/sans force et avec bcp de douleurs articulaires!
Bien entendu impossible de passer les vitesses avec mon bras gauche vous imaginez bien...
il m'a juste donné un anti-douleur assez puissant et j'ai pu reprendre la route mais dans des conditions tout de même rocambolesques.... Démarrage en seconde puis passage en 5ème !(route de campagne ouf!)

Je travaillais à cette époque dans un camion exposition itinérant, ou nous avions 5 bornes inter-actives équipée de trackball, et c'est là que j'ai compris l'intérêt de ces équipements.

Le bras reste totalement fixe et parfaitement reposé sur le bureau tandis que seules les doigts interagissent.
cet équipement est assez gros(pas trop nomade par contre .. :-S )et vous permet de bien reposer votre main, en fait il comble parfaitement la paume de la main! Certains ne parlent plus de souris mais de rat vu sa taille.
Mais cet encombrement n'est pas important vu qu'une fois posé sur le bureau ou l'accoudoir du canapé en mode home cinéma, il ne bouge plus ! pas besoin de sans fil, le fil lui même ne devient plus une gène et est suffisamment long ... au contraire opter pour un trackball sans fil est vide de sens! au moins en usage normal.

Et les résultats son là, j'ai plus jamais eu c'est affreux TMS qui m'ont un moment fait envisager une probable opération tellement les douleurs étaient fortes! j'me disais les jours qui suivirent cette nuit là alors que les douleurs ne faiblissaient pas, ou très peu "me*de! trop tard j'risque fort de passer sur le billard ce coup là!"

évidement il y'a trackball et trackball!
Ceux de mon bouleau dataient un peu et étaient franchement perfectibles, mais celui que je possède depuis, est une vrai bombe...
Je l'ai prété à un pote informaticien qui a des broches dans la colonne vertébrale, au début il doutait, trois jours plus tard il ne voulait plus me le rendre ... ;-) le lendemain il passait commande ...
mais amis de passage qui utilise mon pc que 5 à 10 min restent déconcerté , à ce moment là je ressort une souris normale , mais ma compagne pas informaticienne du tout c'est elle habituée en une à deux heures seulement , alors que moi j'ai mis qd même deux jours à m'y faire.
aujourd'hui pour elle comme pour moi il est hors de question de revenir à la souris!

En fait je pense que pour convaincre tous ceux qui souffrent ou ne veulent pas souffrir de TMS, il suffit de lire les commentaires des utilisateurs de ce produit abordable qui malheureusement faute de relais et de bonne connaissance des médecins spécialisés, n'est plus en production ou en tous cas n'est plus vraiment dispo en France ! Du coup moi j'en ai acheté deux autres (30euros pièce, ça en économisera bcp plus pour la sécurité social ! ;-) ) en prévision des décennies à venir!

http://www.ldlc.com/critiques/PB00012628-1/microsoft-trackball-explorer.html

http://www.ciao.fr/Avis/Microsoft_Trackball_Boule_de_commande__28982

il y'a probablement d'autres trackball intéressant , mais faute de connaissance du grand public les constructeurs ne s'y risque pas trop !

Sinon pour en revenir au clavier, je vais probablement passer le pas et quitter les claviers azerty/qwerty qui datent d'une époque ou la mécanique des machines à écrire nous obligeait a cette disposition néfaste, pour aller vers un clavier de type Dvorak

http://fr.wikipedia.org/wiki/Clavier_Dvorak

http://forum.hardware.fr/hfr/HardwarePeripheriques/Claviers-Souris/clavier-ergonomique-dvorak-sujet_13960_1.htm

encore un petit peu cher , et c'est normal vu la faible demande !

bon aller ... bonne continuation à tous ...
Le #189158
j'oubliais :

généralement les track ball mettent la boule sous le pouce ce qui génère de sacré crampe à ce dernier et ne permet pas une rapidité et une précision aussi élevé qu'à la souris...

là crosoft à inversé les choses ... la boule se commande avec l'index et le majeur , le pouce qd à l'ui s'occupe du clique gauche clique droit et molette ... surprenant au départ , excellent au bout de quelques heures!

l’annulaire et l’auriculaire de leur coté s'occupe des deux touche précedent/suivant, reconnu d'office sous OPERA firefox explorer sous windows et à configurer simplement sous linux ... pas besoin du driver d'origine!

au final c'est plus rapide et maniable que le mulot ! <img src="/img/emo/cool.gif" alt="8:" /> <img src="/img/emo/cool.gif" alt="8:" />

à qd un concurent digne de ça ?
Le #190317
Salut,

Il est essentiel de sensibiliser l'ensemble des salariés travaillant sur "informatique" à ces pathologies. Mais quand la maladie fait son apparition, on se retrouve un peu tout seul car personne ne veut s'engager.

Travaillant en SSII depuis 1985 je souffre depuis 2 ans de lombalgies chroniques combinées à une rotation externe de la hanche, tout ça étant très accentué par la position assise. Que ce soit l'employeur, la médecine du travail, le médecin, le rhumato, personne ne veut entendre parler de TMS liés à l'activité professionnelle et tout le monde se renvoie la balle.
Moi ce que je constate c'est que les WE et à plus forte raison pendant les congés, mes douleurs s'estompent.
Mais comme personne ne veut rien entreprendre, je suis en rééducation [kiné] toutes les semaines depuis 18 mois au-moins, et quand ça devient trop insupportable, en arrêt maladie le temps que ça se calme. Le coût pour la société, je vous le laisse imaginer, sans parler qu'au fil du temps, aller travailler est de plus en plus galère.

Etant au début de la quarantaine, je n'envisage pas très positivement mon devenir si rien ne change. Mais comme au delà des discours, la seule chose qui compte, c'est combien ça coûte, on n'est pas prêt de s'en sortir.
Le plus préoccupant dans l'affaire c'est que je ne suis pas un cas isolé. Je connais plusieurs collègues souffrant de ce genre de pathologies et eux aussi abandonnés par le "système". Vive le respect de l'être humain.

Alors un petit conseil à tous les plus jeunes : adoptez au minimum une bonne position devant vos PC et soignez votre hygiène de vie (alimentation, activité physique) sinon, vous ne ferez pas de beaux vieux
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]