5G : l'UFC Que Choisir s'agace des risques de dérives dans la communication des opérateurs

Le par Christian D.  |  0 commentaire(s)
5g

L'association de consommateurs regrette que l'Arcep ne soit pas plus stricte sur les futures cartographies de couverture 5G des opérateurs, notamment pour différencier les débits attendus en fonction des bandes de fréquences disponibles.

Déjà partisane d'un moratoire sur la 5G, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir a prévenu qu'elle serait attentive à ce que la communication des opérateurs ne dérive pas vers de fausses promesses, alors que les débits pourront fortement varier selon les bandes de fréquences utilisées.

Les consommateurs pourront ainsi atteindre des débits de 30 Mbps ou 1 Gbps en 5G selon que les opérateurs exploitent dans leur zone la bande 700 MHz ou 3,5 GHz, dont les fréquences viennent d'être attribuées.

L'association a déjà plusieurs fois averti sur la disparité de la réalité de la 5G et le danger que les opérateurs ne fassent aucune distinction dans leur communication face à une expérience qui sera donc très différente selon la zone couverte.

Arcep 5G frequences

D'où son agacement de constater que l'Arcep, régulateur du secteur des télécommunications, ne semble pas avoir pris en compte ce contexte dans la gestion des cartes de couverture 5G en "ne différenciant pas la 5G selon sa qualité."

Dans un éditorial, Alain Bazot, président de l'UFC-Que Choisir regrette ainsi que le régulateur ne s'en remette qu'à un "code de bonne conduite" et non à un ensemble de mesures contraignantes "sur la base d'un même cahier des charges permettant la comparaison".

Et puisque la 5G ne verra pas le jour en France avant le mois de décembre a minima, l'association de consommateurs appelle l'Arcep à revoir sa copie et de prendre des mesures qui éviteront bien des déceptions chez les consommateurs ensuite, au risque de faire un flop.

Complément d'information

Vos commentaires

icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar