Apple a une nouvelle fois étonné en annonçant souhaiter emprunter plutôt que de piocher dans sa cagnotte estimée à 160 milliards de dollars, tout comme elle l'avait fait l'année dernière pour satisfaire ses actionnaires.

Apple invitation logo Lors de la présentation de ses résultats financiers, Apple a annoncé souhaiter allouer 30 milliards de dollars supplémentaires à son programme de rachat d'actions, pour un total de 90 milliards de dollars. En marge de l'opération, la firme souhaite également revoir les dividendes à la hausse.

D'ici la fin de l'année 2015, Apple aura ainsi reversé 130 milliards de dollars à ses actionnaires. De quoi les fidéliser et balayer les craintes face l'avancée d'Android sur le marché du mobile. Et pour rémunérer ses actionnaires, Apple aura recours à l'emprunt, mais comme toujours, il y a une bonne explication à cela.

Apple a donc émis des obligations et s'est endetté à hauteur de 12 milliards de dollars. Une situation étrange qui s'explique par le fait qu'une grande majorité des fonds d'Apple est localisée à l'étranger dans des paradis fiscaux. Pour éviter une fiscalité trop lourde, Apple a tout intérêt à ne pas conserver plus d'un tiers de sa fortune aux USA, ce qui l'oblige à avoir recours à l'endettement qui se révèle financièrement plus beaucoup plus intéressant.

Apple n'est d'ailleurs pas la seule société à avoir recours à cette manipulation, d'autres géants de divers secteurs la pratiquent régulièrement parmi lesquelles Microsoft ou encore Nike. La pratique n'est pas condamnable légalement, mais elle reste vivement critiquée par le fisc.

Source : Bloomberg