Le Samsung Galaxy S III est déjà disponible en Europe et le sera bientôt aux Etats-Unis. Apple en profite donc pour adapter sa plainte contre Samsung pour violation de brevets auprès de l'ITC ( International Trade Commission ) en vue d'en bloquer la distribution sur le marché US.

Puisque la réunion des CEO le 21 mai dernier n'a pas permis de dégager un accord amiable, les deux sociétés sont toujours en conflit ouvert et ne laissent rien passer en attendant le procès qui les départagera.

Sans surprise non plus, Samsung assure que la plainte d'Apple n'est pas fondée et que le groupe coréen défendra son smartphone comme il se doit. Il assure notamment que cela n'empêchera pas le lancement du Samsung Galaxy S III à la date prévue aux Etats-Unis.


HTC aussi sous pression
Samsung Galaxy S IIIHTC, également visé par Apple, a vu le lancement de l'un de ses smartphones reporté de quinze jours du fait de vérifications de la part de l'ITC après une décision favorable au groupe de Cupertino. Au moment où le fabricant taiwanais annonce que ce contre-temps appartient au passé, c'est une nouvelle plainte qui vient d'être déposée par Apple, demandant l'arrêt de la distribution des derniers smartphones Android du taiwanais et faisant une nouvelle fois trébucher le cours en bourse de HTC et le conduisant à son plus bas depuis deux ans.

La guerre des brevets continue donc sans trêve depuis deux ans et si cette guerre d'usure peut être supportée par Samsung, leader mondial des ventes de smartphones ( et plus généralement de mobiles depuis le premier trimestre 2012 ), elle finit par avoir de lourdes répercussions sur les fabricants de plus petite taille.

Sans compter qu'Apple n'est pas le seul à demander des comptes aux fabricants de terminaux Android. Microsoft s'en est fait une spécialité, lui permettant de profiter de la croissance de la plate-forme mobile par des droits de licence exigés des fabricants comme des assembleurs.