Arcep logoCe lundi, l'association UFC Que Choisir interpellait le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, sur l'abandon programmé des études de qualité des réseaux mobiles 2G et 3G pour ne se concentrer que sur la 4G.

Pourtant, avec ses mesures concernant la qualité des appels, les débits ou les échanges effectifs de SMS, les mesures du régulateur du secteur des télécommunications apporte des informations importantes pour des réseaux mobiles qui restent encore largement utilisés.

L'Autorité a répondu depuis qu'elle ne comptait pas cesser ses évaluations régulières et sur le terrain des réseaux mobiles 2G et 3G des opérateurs et qu'elle prévoyait même d'étendre en 2017 le nombre de mesures effectuées.

Ce sont ainsi 1 million de mesures qui seront réalisées l'an prochain, contre 600 000 en 2016, et en allant étudier la qualité des réseaux sur les axes ferroviaires et dans des villes de taille moyenne et des zones rurales. Sur ces points, les terminaux accrocheront "le meilleur réseau disponible à chaque endroit, c'est-à-dire très régulièrement la 2G ou la 3G, étant donné que les réseaux 4G sont en cours de déploiement", a indiqué l'Arcep dans un communiqué.

A l'AFP, le directeur général de l'Arcep, Benoît Loutrel, a indiqué que "on essaie de mieux investir les territoires, on double la taille de l'enquête pour aller dans les régions". Il n'y aurait donc pas de volonté de ne se concentrer que sur la 4G.

Le dernier rapport de l'Arcep sur la qualité de service de réseaux mobiles date de juillet 2016 et permet de comparer les performances des réseaux des différents opérateurs sur plusieurs aspects.

Source : AFP