BSA   Campagne (filet)La désormais célèbre organisation mondiale qui regroupe plusieurs grands éditeurs ( Adobe, Apple, McAfee, Microsoft, Symantec, ... ) et revendique une mission de promotion d'un monde numérique légal et sûr, débute 2008 avec la publication d'une étude qualifiée d'indépendante, commandée auprès du cabinet IDC.


La lutte contre le piratage logiciel pour relancer la croissance ?
Selon cette étude, l'industrie informatique devrait employer en France plus de 505 000 personnes d'ici 2011 et engendrer près de 52 millions d'euros de dépenses et 51 millions d'euros de recettes fiscales.

Cette industrie de poids est toutefois pénalisée par la dérive du piratage logiciel comme le martèle régulièrement la BSA. Dans un pays où le taux de piratage de logiciels atteint les 45%, la BSA estime qu'une baisse de 10 points de ce taux engendrerait très précisément (?) 14 465 nouveaux emplois, 1,907 millions d'euros de recettes fiscales et 4,951 millions d'euros de dépenses liées au secteur. La contribution à l'économie française dans son ensemble (services associés, formation, maintenance, ...) serait ainsi de l'ordre de 6 millions d'euros.

" Quand un pays prend des mesures destinées à réduire le piratage de logiciels, tout le monde en profite. Avec des possibilités d'emplois meilleures et plus nombreuses, un climat des affaires renforcé et sécurisé, et des contributions économiques accrues de la part d'un secteur informatique déjà prospère, freiner le piratage de logiciels apporte des bénéfices tangibles pour les pouvoirs publics et l'économie locale ", déclare Éric Beaurepaire, porte-parole de BSA France.

CQFD avec des chiffres toujours aussi contestables et invérifiables pour la BSA qui en appelle aux pouvoirs publics pour lutter efficacement contre le piratage logiciel.