Chine P2PPour l'heure, il n'est pas clairement précisé si des plates-formes comme YouTube seront régulées et accessibles pour les internautes chinois. Un responsable de la filiale de Google a récemment indiqué que ces restrictions pourraient être " un sujet d'inquiétude, selon les interprétations " que l'on en fait.

Tudou.com, qui clame être le plus grand portail vidéo chinois, n'a de son côté pas répondu à nos confrères d'AP. Ces nouvelles régulations, qui doivent rentrer en vigueur le 31 janvier, ont été approuvées par l'administration en charge de la Radio, de la Télévision et du Cinéma ainsi que par le ministre de l'information.

Dans le cadre de ces nouvelles règles, les sites Web qui fournissent des contenus vidéos ou bien qui permettent aux utilisateurs d'en mettre en ligne devront avoir une autorisation et être contrôlés par le gouvernement à un moment ou à un autre, même si la plupart des portails, même chinois, sont des propriétés privées.

Les contenus vidéos qui divulguent des secrets nationaux, touchent à la réputation de la Chine, déstabilisent la stabilité sociale du pays ou font la promotion de la pornographie seront interdites. Les fournisseurs de ces contenus devront les supprimer et/ou rapporter de tels contenus aux autorités. Les autorisations devraient être renouvelables tous les trois ans et ceux qui se rendront coupables d'enfreintes majeures à ces règles seront interdits de diffusion vidéo pendant cinq années au maximum.

Reste que la mise en place de telles mesures risque de poser des problèmes pour un portail comme youTube qui compte 10 heures de vidéos mises en ligne chaque minute. Même si les serveurs de la plate-forme de Google ne se situent pas en Chine, le pays asiatique peut tout à fait bloquer l'intégralité du site Web au niveau des FAI, ce qui empêcherait les internautes chinois de pouvoir y avoir accès.

Selon comScore, la Chine enregistre aujourd'hui 164 millions de surfeurs, et demeure donc la seconde population d'internautes derrière les Etats-unis ( 182 millions ).