Tux lit un journalCette semaine, Microsoft a annoncé dans le cadre de son programme baptisé DreamSpark, l'accès gratuit pour des millions d'étudiants dans les domaines techniques et scientifiques, à des outils logiciels de développement et de conception Web. Parmi ces derniers, Visual Studio 2008 Pro et Design Expression Studio. L'AFUL a accueilli comme il se doit cette initiative du leader mondial du logiciel propriétaire.

Pour l'AFUL, DreamSpark est perçu comme une " opération de la dernière chance ", une forme de réponse de Microsoft confronté à la popularité grandissante mais peu visible, des logiciels libres dans des secteurs (bases de données, serveurs Web, langages, etc.) où il a du mal à s'imposer. Preuve est donc apportée qu'en cas de " concurrence effective ", le géant américain ne peut prétendre aux énormes parts de marché qu'il détient avec ses systèmes d'exploitation et sa suite bureautique Office. L'AFUL pointe ainsi du doigt la vente liée et " l'enfermement des utilisateurs via des formats de fichiers fermés ".


Un cadeau empoisonné
La manoeuvre de Microsoft que l'AFUL n'est pas loin de qualifier de désespérée, présente néanmoins de " réels risques " selon l'association. Elle souligne ainsi que " gratuit ne veut pas dire libre " et que " l'apparent cadeau d'aujourd'hui est destiné à engendrer les dépendances de demain, tant techniques qu'économiques ". Donner pour mieux recevoir en somme car " gratuit un jour, ne veut pas dire gratuit toujours. "