drapeau Europe UELa Commission européenne revient à la charge sur le coût des terminaisons d'appel mobile. Elle vient de lancer une consultation publique, qui s'étendra jusqu'au 3 septembre 2008, sur le sujet en vue d'harmoniser les tarifs de gros  de transit d'un réseau à un autre en réception d'un appel au sein de l'Europe et à terme de réduire le coût supporté par les utilisateurs dans leurs factures téléphoniques.

Les tarifs de gros sont fixés par les régulateurs nationaux, avec de grandes disparités selon les pays, de 0,02 € par minute à Chypre à 0,18 € par minute en Bulgarie, et très élevés par rapport aux tarifs de terminaison d'appel fixe, de l'ordre de 0,0057 € par minute en moyenne en Europe.

Pour Viviane Reding, membre de la Commission européenne et responsable des télécommunications, " les différences de tarifs de terminaison d'appel entre les pays de l' UE, ainsi que les grands écarts entre les tarifs de terminaison d'appel fixe et les tarifs de terminaison d'appel mobile, constituent d'importants obstacles à la réalisation d'un marché européen unique des télécommunications favorable à la concurrence et aux consommateurs . C'est d'ailleurs le consommateur qui paie ces différences entre les politiques réglementaires nationales. "


Points de vue opposés
Et pour remédier à cette situation, Mme Reding veut procéder à une harmonisation sous trois ans, avec une prévision de baisse du coût des appels mobiles d'environ 70%. Cette correction doit également profiter à la concurrence, notamment pour les petits opérateurs devant payer des frais élevés aux plus grands opérateurs.

L'équilibrage des frais de terminaison d'appel doit également favoriser les interactions et les investissements en télécommunication entre opérateurs des différents pays. Un point de vue que peinent à partager les opérateurs mobiles, favorables à une régulation naturelle du marché par la concurrence.

Attaqués de toutes part, sur les tarifs du roaming voix avec l' Eurotarif, bientôt sur ceux du roaming data et SMS, ils ont du mal à digérer l'éventualité d'une future réglementation sur les terminaisons d'appel mobile, malgré l'argument selon lequel ces mesures pourraient relancer les revenus déclinants du trafic voix.

Les différents acteurs ont donc jusqu'au mois de septembre pour examiner les propositions de la Commission européenne, après quoi cette dernière publiera le texte définitif de sa recommandation au cours du mois d'octobre.