Facebook_LogoUn message publié il y a peu sur Facebook, réseau communautaire revendiquant plus de 400 millions de membres à travers le monde, a attiré l'attention du gouvernement et de la presse en Serbie. Et pour cause puisqu'il menaçait de mort l'actuel président serbe Boris Tadic, rappelant qu'une voiture blindée ne protège plus d'un franc-tireur lorsque l'on en sort.

Entendant mettre la main sur l'individu ou l'organisation à l'origine de cette menace de mort, le ministre serbe de l'Intérieur Ivica Dacic a annoncé qu'il allait se tourner vers le ministère américain de la justice afin d'obtenir une aide de la part des responsables de Facebook.

En Serbie, où le réseau social connaît une certaine croissance, le recours à Facebook pour proférer des menaces devient monnaie courante. On peut citer la récente condamnation, en février dernier, d'un homme à quinze mois de prison pour avoir menacé un journaliste qui enquêtait sur les violences au sein de la communauté hooligans, mais également la mise sous protection policière d'un adolescent de douze ans affichant ouvertement ses positions pro-européennes.

Source : AFP