Un article paru sur le site Rue89 raconte le témoignage d'un journaliste entré au service technique de Free Mobile au lancement de son offre en janvier 2012. Ce dernier évoque l'état de fébrilité et quasi-improvisation qui y a régné, avec une politique du secret vis-à-vis des clients concernant les divers problèmes rencontrés.

Formation hasardeuse, impréparation des outils de relation client (CRM) un mois avant le lancement, puis problèmes techniques et bugs en série sur lesquels il ne faut pas communiquer avec les clients et identification des dysfonctionnements par les remontées des utilisateurs dans les forums sur Internet, qui font pour le coup réellement office de béta-testeurs involontaires.

Logo Free MobileLe témoignage poursuit sur les conseillers placés en première ligne sans formation préalable et laissés sans encadrement, sans compter des documents internes erronés. Le journaliste évoque également une ambiance de travail particulière, avec beaucoup de suspicion et de surveillance, prétexte à des brimades et la menace permanente de se voir signifier la fin de la période d'essai pour des motifs futiles, sans prise en compte de la situation difficile du moment.

Et lorsqu'elle tombe, c'est de façon relativement humiliante, avec la remise de son équipement et badge à un responsable devant tout le monde et accompagnement vers la sortie, une attitude déjà rapportée dans d'autres témoignages.

Au final, le démarrage, vu de l'intérieur, s'est avéré tout aussi compliqué que de l'extérieur, avec le détail de l'ampleur des insuffisances en plus, alors que rien ne filtrait vers l'extérieur. Anticipant le risque d'une diffamation, Rue89 affirme avoir vérifié l'identité du journaliste ( non révélée ) et son embauche chez Free Mobile.

Et conclut par une réponse de l'intéressé : Free a " émis les plus grandes réserves sur la méthode utilisée, d'un journaliste qui signe sous pseudo ", a affirmé " ne pas reconnaître le service client de Free " décrit dans l'article et tient à rappeler que Free Mobile a créé 1000 emplois dans la région parisienne.

Source : Rue89