Hier, la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet a publié une note d'analyse. Via un ensemble d'études provenant de sources diverses, la Hadopi a dressé un bilan positif de son action. De quoi plaider en sa faveur alors que son devenir est menacé en fonction du futur locataire de l'Élysée qui aura été choisi lors des prochaines élections présidentielles.

Pour l'actuel locataire de l'Élysée, cette note d'analyse permet de valider un " bilan indiscutable ". Dans un communiqué sur les résultats de la Hadopi, Nicolas Sarkozy se réjouit de " résultats remarquables tant dans la lutte contre le pirate que l'encouragement de l'offre légale ", clame le " succès de la réponse graduée " et sa diffusion à l'étranger.


Indiscutable ?
Le président-candidat loue les vertus pédagogiques de la Hadopi avec la " réponse graduée ". La note de la Hadopi a indiqué que 95 % des internautes ayant reçu un premier avertissement pour du téléchargement illégal en P2P ne récidive pas une deuxième fois. Reste que les chiffres couvrent une période allant d'octobre 2010 à décembre 2011 pour un total de 755 015 abonnés.

Hadopi-logoPar ailleurs, ne pas se faire reprendre par la patrouille une deuxième fois ne signifie pas forcément que les habitudes ont changé dans le sens souhaité, même si Nicolas Sarkozy souligne " l'impact du changement du comportement des internautes sur le piratage des œuvres qui a reculé en France dans des proportions considérables ".

LeFigaro.fr a publié une analyse... critique de la note de la Hadopi en pointant du doigt les aléas de la méthodologie employée. En élargissant le spectre temporel et en intégrant d'autres sites de téléchargement direct et de streaming ( aussi connus pour véhiculer des contenus illégaux ) omis par la Hadopi, LeFigaro.fr montre que les internautes semblent bien s'être reportés vers eux au détriment du P2P.

Un autre aspect du " bilan incontestable " de la Hadopi mis en avant par Nicolas Sarkozy est le " développement, concomitant à la baisse du piratage, de l'offre légale de musique et de films, auquel a également contribué la labellisation par la Hadopi des sites légaux ". Le fameux label PUR ( Promotion de Usages Responsables ).

Finement, LeFigaro.fr remarque le choix d'une échelle logarithmique dans un graphique présenté par la Hadopi, ce qui a pour effet " d'écraser les variations entre les sites " et " d'amplifier l'audience des petites plates-formes ". Qui plus est, on peut se demander si le succès de Spotify par exemple n'est pas plus en relation avec son partenariat avec Facebook plutôt qu'avec son discret label PUR.

Hadopi-audience-plateformes-legales Lefigaro.fr-audience-plateformes-legales-echelle-linéaire
 
Échelle logarithmique ( Hadopi ) et linéaire ( LeFigaro.fr )