Kim Dotcom continue de soigner sa communication sur le Web. Depuis qu'il est sur Twitter, l'homme tente de redorer son image et se poser en victime. Suivi par plus de 110 000 abonnés sur Twitter, Kim Dotcom n'est pour sa part abonné qu'à un seul compte, celui de Barack Obama.

Dans un clip vidéo et une chanson de circonstance, c'est directement au président des États-Unis que Kim Dotcom s'adresse, non sans au préalable en appeler à un soutien des internautes avec pour credo : " la guerre pour l'Internet a commencé ", " Hollywood contrôle les politiques ", " le gouvernement est en train de tuer l'innovation ".

Kim-Dotcom-TwitterEn anglais dans le texte avec un savoureux accent allemand et à quelques mois de l'élection présidentielle aux États-Unis, il scande dans son refrain : " quand est-il de la liberté d'expression, qu'est-il arrivé au changement, Monsieur le Président ? "

Toujours aussi mégalo, Kim Dotcom a fait rêve à la Martin Luther King. Il demande l'unité des internautes contre tous ces gens qui choisissent de " criminaliser l'innovation ", " sinon ils feront ce qu'ils veulent ", faisant référence à des " marionnettes d'Hollywood ".

Une œuvre musicale qui laisse tout de même dubitatif... L'affaire MegaUpload peut sembler disproportionnée sous certains aspects, tout comme l'auto-intronisation de Kim Dotcom en tant que grand défenseur des libertés sur Internet :