Tux lit un journalPour les ordinateurs de bureau à destination des particuliers, Linux n'est pas pour l'heure une véritable menace pour Windows, et Best Buy ne propose par exemple a priori pas à la vente de machines équipées d'une distribution Linux, même si l'on parle netbook.

Pourtant, Microsoft semble se méfier de Linux et craindre sa percée future sur le poste de travail. Les vendeurs Best Buy ont eu droit à une petite formation où Linux en prend pour son grade face à Windows 7. Un argumentaire pour pouvoir faire face à certaines demandes de clients et une formation à l'issue de laquelle le vendeur sera à même d'expliquer comment Windows 7 fournit une " meilleure expérience que Linux ", et mettre en avant les " bénéfices de Windows 7 sur un netbook ".

Cet argumentaire de vente a été révélé par un employé de la chaîne américaine de magasins qui a mis en ligne des captures d'un diaporama de formation. Microsoft n'a pour sa part ni confirmé ni démenti l'authenticité dudit document qui risque de faire réagir plus d'un utilisateur d'une distribution Linux.

Si avec une distribution Linux il est possible de faire presque tout ce qu'il est possible de faire avec une version grand public de Windows 7, c'est une réalité qui est passée sous silence, de même que la composante prix. Certes, on pourra concéder qu'un utilisateur novice se sent plus à l'aise avec Windows car quasi " formaté " à son utilisation, mais la transition vers un environnement Linux est aujourd'hui des plus aisées.

Le document de formation insiste en tout cas particulièrement sur les problèmes d'incompatibilité tant au niveau matériel que logiciel. Un système Linux n'offrirait ainsi que peu de compatibilité avec un iPod / baladeur MP3, avec diverses imprimantes, tandis que la prise en charge de la visioconférence sur les principaux réseaux de messagerie instantanée serait inexistante.  La compatibilité deviendrait limitée au niveau logiciel. Tout ceci est évidemment discutable, y compris au niveau de la visioconférence avec par exemple Kopete sous environnement KDE, alors que l'on pourra rappeler qu'une version Linux de Skype existe également.

Ce document pointe aussi du doigt le fait que sous Linux, les jeux ne sont pas de la partie. L'exemple donné est toutefois bien maladroit car World of Warcraft est une application répertoriée dans la base de données consacrée à WINE. D'autre part, il est indiqué que sous Linux il n'y a pas de support, alors que certaines distributions Linux notamment commerciales en fournissent bien un de manière officielle.

Des assertions sont encore plus litigieuses quand il est précisé que mettre à jour ou à niveau un système Linux n'est pas quelque chose de simple, alors que le système de paquetages présente tout de même de nombreux avantages. Quant au fait que Linux est plus sûr que Windows, ce serait un mythe avec par exemple aucune assurance qu'une vulnérabilité soit comblée, ou aucune possibilité de contrôle parental. Un dernier point que Mandriva appréciera.

Reste que la majorité du message véhiculé par un tel document risque de trouver écho auprès du commun des utilisateurs pour qui le mot Linux est encore synonyme de sinon problèmes, temps d'adaptation plus ou moins long en perspective. Microsoft semble vouloir les entretenir dans cette idée.

Neowin propose plusieurs captures du document de formation attribué à Microsoft :

BestBuySlide1 BestBuySlide2
BestBuySlide3 BestBuySlide4