Bill_Gates_HarvardD'après les derniers chiffres fournis par l'USDL ( United States Departement of Labor ou Département du Travail des États-Unis ), 2 millions d'emplois dans les domaines scientifiques seront à pourvoir en 2014. Constatant que le nombre de diplômés étasuniens dans les matières scientifiques a chuté de 15 % entre 1985 et 2005, Bill Gates craint une pénurie de salariés très qualifiés qui pourrait nuire à la productivité du pays et se traduire par de nombreuses délocalisations. Selon lui, la place des USA en tant que leader mondial de l'innovation est donc menacée.


Bill Gates fait de la politique sans l'air d'y toucher
Ce mercredi, devant le Congrès américain, il a ainsi plaidé en faveur d'un assouplissement de la politique d'immigration pour les employés très qualifiés. Bill Gates propose d'augmenter les quotas de visas H-1B ( BAC +3 minimum ) qui leur sont réservés, de délivrer plus de cartes vertes et d'allonger la période pendant laquelle les jeunes diplômés étrangers sont autorisés à rester au pays de l'Oncle Sam.

Prenant pour exemple Microsoft, il indiquait ainsi : " Beaucoup d'entreprises américaines, dont Microsoft, ont été forcées d'installer des salariés à l'étranger plutôt qu'aux États-Unis, où ils seraient restés sans notre politique d'immigration contre-productive. L'an dernier, Microsoft n'a pas pu obtenir des visas H-1B pour un tiers des candidats étrangers très qualifiés que nous voulions engager. "
Source : AFP