Netflix ne souhaite ainsi communiquer aucun chiffre officiel, ni pour le marché français ni pour aucun des cinq pays européens dans lesquels la plateforme s'est installée récemment ( Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg et Suisse). Mais les explications de l'américain laissent entendre un semblant d'échec, et un rappel à la réalité qui se confronte aux ambitions de grandeurs annoncées trois mois en arrière.

Netflix_Langues_Sous-titres La plateforme évoque ainsi une phase de "pédagogie" en France, indiquant que le marché n'est peut-être pas encore tout à fait près pour adhérer massivement à ses services, et qu'il faudra finalement plus de temps que prévu pour capter les 10 % de la population d'ici 2 à 5 ans.

"Comme on le constate à chaque lancement, nous avons encore du travail pour bien installer Netflix sur le marché" partage Joris Evers, vice-président chargé de la communication du service en Europe qui rappelle au passage que la situation n'est pas isolée et qu' "il faut toujours un certain temps pour atteindre ce moment où les gens prennent conscience des bénéfices de la télévision à la demande."

Reste que Netflix était plus loquace lors de son arrivée dans l'hexagone, et qu'à ce moment, la plateforme n'hésitait pas à communiquer des chiffres : Plus de 100 000 utilisateurs en 15 jours.

Désormais, ce sont les cabinets d'étude qui annoncent les chiffres de Netflix. Digital TV Research précise ainsi : " Netflix aurait séduit entre 200 000 et 250 000 foyers".

À peine plus du double du score effectué en 15 jours, alors que l'offre était associée à un mois gratuit... Comparé aux 600 000 abonnés de CanalPlay, Netflix a donc bel et bien du chemin à faire.

Mais tout n'est pas perdu pour Netflix, puisque le principal frein à son expansion aujourd'hui se situe dans l'absence de la plus importante forme de diffusion possible : les Box Internet. Ainsi, Netflix mise sur les partenariats pour installer son application directement sur les box des opérateurs français et toucher directement beaucoup plus de monde.

Netflix devra également miser sur l'apport de toujours plus de contenu, puisque le catalogue actuel reste faible, y compris comparé aux chaines cryptées, avec des séries ou films datés. Les quelques exclusivités de Netflix ne lui permettent actuellement pas de séduire le public, et il devient ainsi critique pour la plateforme de proposer davantage de contenu original. Dans cette optique, la plateforme promet un doublement de ses programmes disponibles d'ici septembre prochain... mais la route sera longue, et la concurrence s'organise.

Enfin, dernier argument de Netflix pour évoquer un succès en demi-teinte : les débats qui ont perturbé sa sortie dans l'hexagone, notamment celui concernant le financement de la création audiovisuelle. Une image négative s'est ainsi dégagée de Netflix avant sa sortie, participant de fait aux scores modestes de la plateforme. Non seulement les abonnés n'ont pas souscrit à ses services, mais le buzz a profité aux plateformes concurrentes.

Reste que face aux critiques, Netflix n'a pas eu les épaules pour faire taire ses détracteurs avec un service exemplaire et un contenu aussi impressionnant que celui pourtant promis. Effectivement, Netflix aura beaucoup de travail à faire dans les mois à venir, à commencer par sa propre remise en question.