Logo NokiaDernièrement, nous évoquions la fermeture de l'usine allemande de Nokia située à Bochum. Elle se traduisait par la mise à la porte de 2 300 personnes et la délocalisation des activités en Roumanie. Très rapidement, le groupe finlandais a fait face à une levée de boucliers des syndicats, du gouvernement, de la Commission européenne, de la Bourse et des consommateurs.

Les retours de bâton continuent pour le numéro mondial de la téléphonie mobile qui pourrait bientôt devoir rembourser une partie des subventions reçues pour son installation en Allemagne. En effet, selon le ministère de l'Économie de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Nokia n'aurait pas respecté ses engagements en termes d'emplois. L'usine de Bochum aurait ainsi employé entre 200 et 400 personnes de moins que les 2 860 que Nokia avait promis d'embaucher entre 2002 et 2005. Sachant que les 40 millions d'euros perçus de la part de l'état fédéral allemand pour l'installation étaient fonction du nombre d'emplois créés, il se pourrait qu'une partie soit réclamée à Nokia.

C'est ainsi qu'une enquête pour escroquerie aux subventions pourrait être ouverte d'ici peu par le parquet de Düsseldorf, la capitale de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, dans le but d'en récupérer une partie. Il serait question d'une vingtaine de millions d'euros.
Source : AFP