Plongée dans la refonte de sa stratégie mobile, Nokia n'a pas vraiment le temps de souffler et ses efforts de réorganisation ne suffisent pas à convaincre les observateurs que le fabricant peut remonter la pente. En présentant des résultats financiers trimestriels affichant un gros recul de son activité, le groupe amplifie les craintes des agences de notation sur sa solvabilité à long terme.

La société est déjà sortie au deuxième trimestre de l'année de la catégorie d'investissement pour passer au premier cran de la catégorie spéculative dans la classification des notes financières des agences, soulignant la dégradation de la confiance dans la société à survivre à long terme.

Fitch Ratings logo Après l'annonce des résultats du deuxième trimestre, avec un recul à deux chiffres du chiffre d'affaires et une perte trimestrielle dépassant le milliard d'euros, sans grand espoir d'amélioration à court terme, l'agence de notation Fitch Ratings réagit aussitôt en dégradant une nouvelle fois la note financière à long terme de la société, la faisant passer de BB+ à BB- ( soit deux crans en arrière ), avec perspective négative.


L'agence ne voit pas de signes d'amélioration
Logo NokiaElle indique que la note reflète le sentiment des observateurs que Nokia est encore loin de pouvoir renverser la vapeur de la spirale descendante qu'elle connaît et qu'un retour à un état d'équilibre n'est pas acquis à court ou moyen terme.

Toujours en reconnaissant la force que constitue la trésorerie du fabricant, évaluée à 4,2 milliards d'euros et qui a surpris favorablement les analystes, Fitch Ratings estime que la position va être malmenée ces deux prochaines années sous l'effet des dépenses liées aux réorganisations, et pire encore si Nokia ne parvient pas à rétablir sa marge opérationnelle, passée à -9,1%, contre -3,1% au trimestre précédent.

L'agence estime que Nokia n'a pas actuellement la gamme de produits capable de ramener la situation financière à un équilibre et elle suggère qu'un lancement de produits Windows Phone 8 est essentiel mais que la pression de concurrence sur le marché va rendre très difficile la reprise de parts de marché dans les smartphones, sans compter la difficulté supplémentaire liée au fait que la gamme Lumia actuelle ne pourra pas migrer vers Windows Phone 8 ( elle aura droit à Windows Phone 7.8 à la place ).

Fitch Ratings se montre donc pessimiste sur les trimestres à venir, d'où sa perspective négative, et ce malgré les efforts de restructuration comprenant des réductions de coûts.