Demonoid_logoAlors que le Web est en deuil de TorrentSpy qui a décidé de tout simplement jeter l'éponge et que l'industrie du disque réclame 1,6 millions d'euros à The Pirate Bay, c'est un retour pour le moins inattendu que vient d'opérer le tracker BitTorrent Demonoid que l'on croyait définitivement perdu pour " la cause P2P ".

Le cas Demonoid a été évoqué à plusieurs reprises dans nos colonnes. L'un des plus gros annuaires de liens torrent après TPB notamment, s'était attiré les foudres de la CRIA (Canadian Recording Industry Association) qui défend les droits de l'industrie du disque sur le sol canadien. D'abord basé aux Pays-Bas, Demonoid pensait en effet avoir trouvé refuge au Canada après l'expropriation ordonnée à l'initiative d'une association de lutte contre le piratage, la BREIN. Mais même au Canada, Demonoid a fini par devenir indésirable avec un filtrage exigé par la CRIA à l'encontre de ses ressortissants.


Retour après presque 6 mois d'absence
Acculé par la CRIA, Demonoid avait fini par fermer ses portes avec pour dernier message : " La CRIA a menacé la société qui nous loue les serveurs et il nous est ainsi impossible de maintenir le site en ligne. Désolé pour ces désagréments et merci pour votre compréhension. "

Finalement, cette fermeture ne sera pas définitive et le retour de Demonoid est annoncé. Le site a même déjà repris du service par intermittences mais les prochains jours promettent toutefois d'être émaillés par les aléas de la maintenance. TorrentFreak rapporte que cette nouvelle vie de Demonoid se fera avec un nouvel administrateur, le précédent ayant décidé non sans une pointe de nostalgie de tourner la page. A priori, mais cela reste à confirmer, Demonoid s'est également trouvé une nouvelle patrie avec l'Ukraine tandis que l'interface reste gérée depuis les Etats-Unis.