Le nouveau permis à puce électronique n'aura finalement pas fait long feu... Présenté comme l'ambition du gouvernement de mieux lutter contre la falsification de papiers officiels, et de mettre un frein global à la fraude, le nouveau permis devait également permettre d'uniformiser le titre au niveau européen.

permis-conduire-electronique  Outre sa bande MRZ, une puce électronique permettant d'y ajouter des informations était intégrée au permis... Prochainement, ces permis à puce feront office de véritable "collector", puisque le ministère de l'Intérieur a purement et simplement décidé de leur abandon.

Dès janvier 2015, les nouveaux permis délivrés se présenteront toujours sous leur nouvelle forme de carte plastifiée, mais plus aucune puce électronique ne sera du lot.

Pierre-Henry Brandet, porte-parole de la Place Beauvau a ainsi indiqué " En ces périodes de contraintes budgétaires très fortes, il est impératif de se concentrer sur les priorités les plus urgentes." C'est donc l'argument financier qui est à l'origine de la disparition de cette puce.

Le cout annoncé du dispositif sur le budget de l'état serait de 2,40 € par carte, soit 16% du cout total. L'économie visée sur l'année serait de 6 millions d'euros, et l'absence de puce ne remet pas en question la sécurisation du nouveau permis " hautement sécurisé et donc très difficilement falsifiable grâce aux très nombreux autres paramètres de sécurité introduits par l'Imprimerie Nationale."

Officiellement, la puce permettait de stocker des informations visibles et peu détaillées sur le conducteur et le véhicule ( nom, prénom, adresse, plaque d'immatriculation, modèle du véhicule...). Il avait également été laissé entendre que la puce puisse être consultée directement par le conducteur auprès de bornes spécialisées afin de lui permettre d'accéder à des informations, notamment concernant les amendes en cours, le solde de points ou les délais de récupération...