La rumeur déclenchée par une dépêche de l'agence Reuters concernant le rachat du fabricant BlackBerry par le géant Samsung et qui a conduit à une progression subite de 30% du cours du fabricant canadien procède-t-elle d'une tentative de manipulation du cours ?

Blackberry passport Les gendarmes boursiers US et canadien, représentés par la SEC (Securities and Exchange Commission) et l'OSC (Ontario Securities Commission), ont ouvert une enquête pour observer l'activité de trading autour du temps de l'annonce et déterminer si des investisseurs ont tenté de faire un bon coup financier en lâchant l'information aux journalistes et en récupérant les gains de la montée du cours ensuite.

Il s'agit en fait d'une enquête standard déclenchée en cas de hausse significative et subite du cours d'une société et rien ne dit qu'un investisseur est visé en particulier ou que Reuters risque d'être inquiétée. Les poussées de fièvre de cours en bourse sont fréquentes lors de la fuite d'informations dans la presse au sujet de possibles acquisitions.

Le Wall Street Journal note que le cours était en progression de 4% avant la dépêche de Reuters et a pris subitement 30%, avant de retomber rapidement d'autant lorsque BlackBerry a publié un dementi, suivi peu après par Samsung.

A noter que Reuters a maintenu son information en la corrigeant pour indiquer que des contacts informels entre représentants des deux entreprises avaient bien eu lieu.