Europe logo proAprès avoir été à la traîne sur le déploiement 4G par rapport à d'autres zones géographiques, l'Europe veut se rattraper sur la future 5G et faire cette fois partie de ceux qui définiront et déploieront rapidement les infrastructures nécessaires.

Les opérateurs télécom se disent prêts à jouer le jeu mais à la condition que les décideurs européens assouplissent les règles de la Neutralité du Net qu'ils jugent trop restrictives pour leur activité et risquant de peser négativement sur leur stratégie d'investissement.

Plusieurs grands opérateurs européens, parmi lesquels BT, Deutsche Telekom, Telecom Italia et Vodafone, ont rédigé un manifeste dans lequel ils se disent prêts à s'engager à couvrir en 5G au moins une ville dans l'ensemble des pays de l'Union Européenne dès 2020...si les règles de la Neutralité du Net sont assouplies.

Le manifeste, cité par le Financial Times, explique que les recommandations actuelles de la Neutralité du Net créent de fortes incertitudes sur le retour sur investissement de la 5G et risquent de décourager les investissements, recréant une situation de retard par rapport au reste du monde dans le déploiement des réseaux de nouvelle génération, capable d'atteindre des débits de plusieurs dizaines de Gbps avec des temps de latence très réduits compatibles avec la gestion de services critiques...à moins que les régulateurs ne revoient les règles du jeu.

Les opérateurs demandent également que les services de communications fournis par des tierces parties (comme Skype, Whatsapp, etc) soient considérés comme des services de télécommunications et soumis aux mêmes contraintes.

Les opérateurs voient en effet d'un mauvais oeil ces services qui passent par leurs réseaux, concurrencent leurs propres services mais restent dispensés des règles régissant les services de télécommunications. La bataille des lobbies ne fait que commencer.

Source : Financial Times