torrentspyEn 2006, la Motion Picture Association of America dont la vocation est de défendre les intérêts de l’industrie cinématographique sur le territoire américain, se lançait dans une véritable croisade judiciaire à l’encontre du site TorrentSpy où le référencement de liens BitTorrent donnait parfois pour ne pas dire souvent, accès à des fichiers illicites. Les deux parties n’ont eu de cesse de s’accuser mutuellement, TorrentSpy dénonçant notamment les pratiques douteuses de la MPAA qui avait loué les services d’un black hat hacker pour confondre son adversaire.

Aux Etats-Unis, TorrentSpy avait reçu l’ordre de conserver la trace des connexions opérées par ses utilisateurs, d’où la décision du site de bloquer l’accès aux visiteurs de ce pays pour garantir le respect de la vie privée. Une initiative sanctionnée par une amende. Las de ce combat juridique qui n’en finissait pas, TorrentSpy a finalement décidé de plier boutique au mois de mars dernier,  non pas en raison d’une décision de justice à proprement parler, mais en raison d’un " climat juridique aux USA devenu trop hostile en ce qui concerne le respect du droit d’auteur, la confidentialité des recherches et des liens renvoyant vers des fichiers torrent dans les résultats de recherche.  "

Mercredi, la MPAA s’est fendue d’un communiqué pour enfoncer encore un peu plus le clou, et d’annoncer sa victoire presque totale scellée par une nouvelle décision de justice en sa faveur, rendue par un juge fédéral de Los Angeles. TorrentSpy qui en deux ans a déjà dépensé des centaines de milliers de dollars pour se défendre, devra s’acquitter de la coquette somme de 110 millions de dollars à verser par son éditeur Valence Media, aux studios lésés représentés par la MPAA. Motif : l’infraction aux droits d’auteur de milliers de films et shows de télévision.


Une forte  amende pour intimider ?
mpaa logoL’importance de cette amende a sans doute de quoi faire réfléchir plus d’un site à la feu TorrentSpy, et l’on pense bien sûr au chef de file pirate The Pirate Bay voire à Mininova. Le PDG de la MPAA n’hésite d’ailleurs pas adresser un message clair à l’intention de ces sites qui se défendent souvent en soulignant leur unique rôle d’annuaire, en déclarant : " L’importance de l’amende envoie un signal fort au sujet de l’illégalité de ces sites. La disparition de TorrentSpy est une victoire sans équivoque pour les studios et démontre que de tels sites pirates ne sont pas autorisés à poursuivre leur activité sans devoir faire face, sans relâche, à des poursuites de la part des titulaires des droits d’auteur. "

Selon la MPAA, le piratage dans son ensemble est responsable pour le secteur qu'elle défend d’un manque à gagner annuel évalué à 18 milliards de dollars dont 7 milliards pour les distributions illicites via Internet.