Windows Vista CapableEn 2006, pour préparer la venue de Windows Vista et encourager la migration vers ce système d'exploitation, Microsoft mettait en place l'appellation Vista Capable. Les ordinateurs qui se voyaient apposer ce label étaient dès lors aptes à faire tourner correctement Vista malgré leur configuration relativement modeste, à savoir un processeur cadencé à 800 MHz minimum, 512 Mo de RAM et une carte graphique supportant DirectX 9.

Un groupe de consommateurs aux Etats-Unis a estimé cette appellation abusive et vient d'être autorisé à porter l'affaire devant les tribunaux dans le cadre d'une action collective, appelée class action outre-Atlantique.


Campagne marketing trompeuse ?
Cette affaire a été initiée par la plainte l'année dernière, de deux consommateurs qui se sont sentis tout bonnement floués par le logo Vista Capable. Selon eux, les ordinateurs sous OS XP vendus avec ledit logo n'étaient capables d'exécuter uniquement qu'une version basique de Vista, sans la prise en charge de toutes les caractéristiques graphiques de ce dernier et son interface utilisateur Aero. Microsoft n'aurait ainsi pas été suffisamment explicite à ce sujet, même si la société s'est toujours défendue d'avoir mis en place un label mieux adapté dénommé Vista Premium Ready, dédié aux configurations plus haut de gamme, à savoir un processeur d'au moins 1 GHz, 1 Go de RAM et un disque dur de 40 Go avec 15 Go d'espace libre.

Ce qui intéresse la Justice n'est par ailleurs pas tant de statuer sur la déception engendrée par le label Vista Capable chez les consommateurs, mais plutôt de déterminer si avec Vista Capable, Microsoft a provoqué une demande artificielle pour les ordinateurs pendant la période des vacances fin 2006 et une inflation des prix pour des ordinateurs incapables de faire tourner une version " complète " de Vista, a indiqué le juge Marsha Pechman à l'Associated Press.