Apple Card : Apple lance une carte de crédit sans frais

Le par  |  5 commentaire(s)
Apple-Card

Après le paiement sans contact avec Apple Pay, Apple se lance sur le marché de la carte de crédit avec Apple Card et en partenariat avec Goldman Sachs.

Cela a aussi fait partie des annonces d'Apple centrées sur les services lors de son événement " It's show time ". En partenariat avec la banque Goldman Sachs et avec MasterCard, Apple va lancer cet été une carte de crédit Apple Card. Pour Apple, il s'agit de surfer sur le succès de son système Apple Pay.

Néanmoins, contrairement à Apple Pay, Apple Card ne sera disponible (en tout cas dans un premier temps) qu'aux États-Unis et semble particulièrement taillée pour le marché américain. Apple Card, c'est à la fois une carte virtuelle depuis l'application Wallet de l'iPhone et une carte physique pour les achats dans les endroits où Apple Pay n'est pas encore accepté.

Apple-Card-1

L'Apple Card est promise sans frais. Grâce à l'application Wallet, diverses fonctionnalités sont proposées pour la gestion du solde, l'historique et le suivi des dépenses, les détails d'une facturation et autres. En s'appuyant sur du machine learning et même Apple Maps (Plans), Apple Card peut " identifier clairement les transactions avec le nom et la localisation des marchands. "

Les achats sont totalisés de manière automatique et avec un classement basé sur une organisation via des couleurs pour les divers types d'achats. Apple Card propose également des récapitulatifs hebdomadaires et mensuels des dépenses.

Apple-Card-3 Apple-Card-2

Lors de sa présentation, Apple a insisté sur la sécurité et la confidentialité. Notamment, chaque appareil a son propre numéro de carte et il est stocké dans la même puce sécurisée déjà utilisée par Apple Pay. L'authentification des achats se fait par Touch ID ou Face ID.

La carte physique - en titane - n'a pas de numéro de carte, ni de numéro de vérification de carte (CVV), ni même de date d'expiration ou de signature. Juste une puce et l'information accessible dans l'application Wallet.

Apple-Card-carte-physique

Comme pour la plupart des cartes de crédit aux États-Unis, il y a un système de cashback (remise en argent). Des sommes sont ainsi créditées pour chaque achat afin de pouvoir être réutilisées. C'est un système de Daily Cash avec des sommes créditées allant de 1 % à 3 % des achats effectués. Le taux est variable si les achats ont été réalisés directement avec Apple (Apple Stores, App Store, services Apple), en utilisant Apple Card avec Apple Pay ou avec la carte physique.

Le lancement d'Apple Pay avait donné des sueurs froides aux banques. Avec Apple Card, ce sont les néobanques qui vont tiquer face à cette concurrence.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2056740
ma banque full numérique me rétribue pas 1 a 3% sur mes achats, impec ils vont être obligés de se tirer les doigts du fion et vite, la concurrence ça a du bon
Le #2056745
smalldick a écrit :

ma banque full numérique me rétribue pas 1 a 3% sur mes achats, impec ils vont être obligés de se tirer les doigts du fion et vite, la concurrence ça a du bon


J’aimerai connaître le nom de ta banque
Le #2056763
Apple Pay avait donné des sueurs froides pas qu'aux banques. E.Leclerc en a fait les frais, un bug permettait des paiements sur des comptes sans autorisation de découvert.
Mais bon pour en revenir, à la carte, elle coutera surement plus cher que la mienne et de ma femme.
Le #2056767
yam103 a écrit :

Apple Pay avait donné des sueurs froides pas qu'aux banques. E.Leclerc en a fait les frais, un bug permettait des paiements sur des comptes sans autorisation de découvert.
Mais bon pour en revenir, à la carte, elle coutera surement plus cher que la mienne et de ma femme.


C'était pas un bug, il avait configuré leur (leclerc) process pour encaisser les cartes sans verification du solde pour gagner du temps en caisse.
Le #2056820
Carte gratuite. Pour l'utilisateur pour le commerçant ? Pour les deux ?
Il est clair que les organismes qui réalisent des transactions financières en ligne se gavent tellement le coût de l'opération est faible alors que les redevances sont plutôt élevées. Sans jamais qu'il n'y ait de sanctions pour entente monopole. une fois de plus, les pouvoirs publics ne font pas leur boulot en matière de politique de la concurrence. Espérons que les GAFA feront le boulot à leur place. C'est juste dommage que nous n'en ayons pas.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme