Ariane 6 : un prêt de 100 millions d'euros de l'UE

Le par  |  3 commentaire(s)
Ariane-6

Dans le cadre du financement du projet Ariane 6, la Banque européenne d'investissement accorde un prêt de 100 millions d'euros.

Pour le programme de lanceurs Ariane 6, la Commission européenne annonce un partenariat avec la Banque européenne d'investissement qui est l'institution de financement de l'Union européenne. Un accord porte sur un prêt de 100 millions d'euros.

Ce montant de 100 millions d'euros servira à " financer partiellement la participation d'ArianeGroup aux coûts de développement " d'Ariane 6. Il est " conditionné à la réussite commerciale " du nouveau lanceur lourd européen quand il sera opérationnel.

Coentreprise d'Airbus et Safran, ArianeGroup est en charge de la conception et de la production des lanceurs Ariane et Vega. Il a pour filiale filiale Arianespace qui se charge de la commercialisation et de l'exploitation des lanceurs.

Président exécutif d'ArianeGroup, André-Hubert Roussel explique que le prêt de 100 millions d'euros servira pour " des installations industrielles plus compétitives et respectueuses de l'environnement en Allemagne et en France, notamment en Guyane. "

Animation d'une campagne lancement d'Ariane 6

Le développement d'Ariane 6 a été décidé en 2014 pour " un coût initialement estimé à environ 4 milliards d'euros ", peut-on lire dans un rapport d'information de sénateurs sur la politique des lanceurs spatiaux. Il est principalement financé par l'Agence spatiale européenne.

S'inscrivant dans la volonté de garantir à l'Europe son indépendance dans l'accès à l'espace, Ariane 6 doit effectuer son vol inaugural au cours du second semestre de cette année avec le transport de 34 satellites OneWeb.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #2088998
Je leur souhaite le meilleur succès !
Le #2089002
.
Vers un succès égal à celui d'Ariane 5 ?
.
Le #2089074
quand on voit les sommes en jeu 100 millions d'euros ça représente peanuts, c'est clair que c'est sans doute plus dans les cordes de la commission européenne de continuer à subventionner un secteur comme l'agriculture où quotidiennement on est respectueux des bonnes pratiques agricoles et du bien être animal.
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
Anonyme