Alerte attentat : l'application SAIP sur la sellette

Le par  |  8 commentaire(s) Source : La Tribune
Application-SAIP

Conçue pour alerter rapidement les citoyens en cas d'attentat, l'application mobile SAIP fait l'objet de nombreuses critiques après les dysfonctionnements observés depuis sa mise en place au début de l'été 2016. Des solutions d'alerte alternatives sont à l'étude.

L'idée partait d'une bonne intention, en ces temps d'état d'urgence prolongé de trimestre en trimestre : fournir une application qui alerterait les citoyens en cas d'attaque terroriste ou de situation exceptionnelle, permettant de définir un périmètre de sécurité pour soi et ses proches, de manière à se mettre à l'abri au plus vite.

SAIP application attentatL'application mobile SAIP (Système d'Alerte et d'information des populations) a donc été lancé au début de l'été 2016...mais a très vite révélé ses limites dans le cas des événements du 14 juillet 2016 à Nice, n'informant les citoyens d'un danger que plusieurs heures après l'attentat terroriste.

Par la suite, d'autres incidents ont parfois laissé l'application de marbre, faute de transmission par les pouvoirs publics des informations déclenchant une alerte. Ces dysfonctionnements sont pointés du doigt dans un rapport parlementaire et blâment une application "conçue dans l'urgence" dont le fonctionnement doit être repensé.

Le rapport note également que les pouvoirs publics ne l'utilisent pas spontanément, préférant parfois passer directement par les réseaux sociaux afin de toucher plus de monde. Pour ce type d'application d'alerte aussi, une masse critique d'utilisateurs est nécessaire pour assurer son efficacité.

S'il n'est pas encore question d'abandonner l'application SAIP, le rapport suggère d'étudier plus sérieusement des alternatives, et notamment celle des SMS d'alerte, soit par diffusion massive, mais qui implique des investissements et des coûts qui ont déjà rebuté le gouvernement par le passé, soit par des SMS géolocalisés avertissant uniquement les utilisateurs dans la zone de danger.

Cette seconde solution apparaît pour Jean-Pierre Vogel, auteur du rapport, comme "rapide et facile à mettre en oeuvre", même si la saturation des réseaux mobiles, fréquente dans les zones d'attentat, peut en réduire l'efficacité, tandis que le SMS d'alerte ne se distinguera pas de ceux reçus habituellement par les utilisateurs, au risque d'être ignoré.

Une autre possibilité, note le journal La Tribune, serait de créer une API permettant de diffuser rapidement les messages d'alerte sur les principaux réseaux sociaux et les acteurs susceptibles de relayer le message.

Complément d'information

Vos commentaires

Gagnez chaque mois un abonnement Premium avec GNT : Inscrivez-vous !
Trier par : date / pertinence
Le #1976111
Cette app est useless, vivement un remplacement par un envoi de SMS automatique.
Le #1976115
Le mieux dans tout ca, c'est que cette application remise en cause aujourd'hui qui n'a jamais marché a couté 400 000 euros ... Si on est pas dans le petit coup de pouce financier déguisé à une société je ne sais pas ce que c'est ...
Le #1976119
FFFeu a écrit :

Le mieux dans tout ca, c'est que cette application remise en cause aujourd'hui qui n'a jamais marché a couté 400 000 euros ... Si on est pas dans le petit coup de pouce financier déguisé à une société je ne sais pas ce que c'est ...


Clair, encore de l'argent public jeté en l'air
Le #1976123
Safirion a écrit :

Cette app est useless, vivement un remplacement par un envoi de SMS automatique.


C'est clair. Surtout que je viens de m'apercevoir qu'il existe des diffusions cellulaires (cell broadcast), prévues par la norme GSM et déjà utilisée dans d'autres pays. Cela réponds tout à fait à ce besoin.
Mais bon, je suis sûr que l'application SAIP a été un moyen d'arroser les copains avec de l'argent public.
Le #1976128
yam103 a écrit :

Safirion a écrit :

Cette app est useless, vivement un remplacement par un envoi de SMS automatique.


C'est clair. Surtout que je viens de m'apercevoir qu'il existe des diffusions cellulaires (cell broadcast), prévues par la norme GSM et déjà utilisée dans d'autres pays. Cela réponds tout à fait à ce besoin.
Mais bon, je suis sûr que l'application SAIP a été un moyen d'arroser les copains avec de l'argent public.


Oui, puis même sans utiliser de procédé "complexe", on a tous une adresse lié à notre forfait téléphonique... Suffit d'envoyer une alerte à tout une ville/département et le problème est réglé.
Le #1976144
FFFeu a écrit :

Le mieux dans tout ca, c'est que cette application remise en cause aujourd'hui qui n'a jamais marché a couté 400 000 euros ... Si on est pas dans le petit coup de pouce financier déguisé à une société je ne sais pas ce que c'est ...


Bien vus et bonne analyse.
Le #1976148
"Conçue pour alerter rapidement les citoyens en cas d'attentat"

Le premier réflexe c'est de courir et non pas passer un message
c'est pas un portable qui vous protège d'un attentat,c'est une arme...
Le #1976167
On devrait exiger du développeur qu'il rembourse les sommes qu'il a perçu quand on constate de tel manquements sur les objectifs.... mais sans doute qu'il s’agit d'un bon copain introduit au plus haut des services de l'état (du moment)
Suivre les commentaires
Poster un commentaire
Anonyme
:) ;) :D ^^ 8) :| :lol: :p :-/ :o :w00t: :roll: :( :cry: :facepalm:
:andy: :annoyed: :bandit: :alien: :ninja: :agent: :doh: :@ :sick: :kiss: :love: :sleep: :whistle: =]