Test Babel Rising

Le par Nathalie M.  |  1 commentaire(s)
Babel Rising (1)

Titre déjà connu sur iPhone et Android, Babel Rising fait également une incursion sur console de salon. Le gameplay s'adapte et se rend compatible notamment avec Kinect sur Xbox 360. Mais il reste toujours question de vous prendre pour Dier, d'user de pouvoirs et de rendre impossible la construction de la tour de Babel.

Manette plutôt que Kinect

Babel Rising vous propose d'incarner Dieu, en toute simplicité, et d'user de vos pouvoirs pour arrêter et empêcher la construction de la tour de Babel. Le concept est facile à appréhender, tout comme la prise en main du jeu. Sur 360, le titre se propose de vous faire jouer avec Kinect. L'expérience n'a pas été satisfaisante par manque de précision et la manette traditionnelle a rapidement pris le relais. Une fois ce détail technique réglé, il a été possible de se plonger dans ce rôle et de jouer des quatre grands pouvoirs de Dieu.

L'eau, la terre, le feu et l'air sont ainsi vos armes. Vous provoquez la pluie pour ralentir les ouvriers, vous gelez leurs pieds, vous déchaînez les flammes ou les tremblements de terre et les ouragans terminent de déblayer le terrain. Ces quatre pouvoirs se déclinent en deux armes, l'une très puissante, l'autre efficace mais moins exceptionnelle dans la destruction.

Babel Rising (2)  Babel Rising (4) 

Aussi, quand les petits ouvriers partent à l'assaut de la tour, vous pourrez déclencher n'importe quel pouvoir dédié à une touche. Vous en pourrez cependant, avant chaque défi, n'opter que pour deux de ces pouvoirs. A vous donc de choisir quelles seront vos armes, et de les faire tourner pour éviter la lassitude. Chaque pouvoir ne fonctionne que quand l'une des portions de la jauge est pleine. Plus vous attendez que celle-ci se remplisse à 100 %, plus votre coup sera puissant. Attention donc à ne pas vous laisser dépasser par la masse d'ouvriers, et d'avoir toujours un pouvoir capable de les ralentir. Les "petits" pouvoirs permettent ainsi de gagner du temps et de régénérer les plus grands. Ces derniers seront très appréciables surtout s'ils toucheront une grosse vague humaine.



Une très forte redondance

La progression du titre se passe toujours de la même façon, à quelques détails près. Dans les premiers défis, les ouvriers se montreront assez frêles et peu résistants. Le niveau de difficulté grimpera au fur et à mesure, avec l'apparition notamment des prêtres, qui protégeront les ouvriers de leur bouclier magique. Ce dernier ne pourra être détruit que par le pouvoir opposé. Un bouclier de feu par exemple, ne pourra en aucun cas être détruit par des boules de feu, mais plutôt par une chute de pierre.

Rassurez-vous, le pouvoir des prêtres s'adapte à ceux que vous avez choisi avant le lancement de la partie. Vous ne vivrez ainsi aucune mauvaise surprise et serez toujours en mesure de combattre. Mais encore une fois, il faudra veiller à l'état des jauges pour ne pas être pris au dépourvu et voir grimper rapidement des ouvriers protégés. Après les prêtres viendront le pouvoir de certains ouvriers de vous bloquer un ou tous vos pouvoirs. Le poison dissipé après une attaque vous empêchera de renouveler l'action. Vous devrez alors attendre que ce dernier se dissipe pour rattraper l'invasion.

Babel Rising (15) Babel Rising (10) 

Cette version console a apporté avec elle quelques changements. Vous pouvez désormais tourner autour de la tour en construction par des mouvements de caméra et ainsi suivre à la trace tout ouvrier qui aurait pu passer au travers d'une de vos attaques. Une séquence, assez facultive au final, a également été ajoutée au gameplay. Vous devez empêcher des navires d'accoster au port en leur lançant des boules de feu. Plus vous couler de bateau, moins les ouvriers seront nombreux pour construire la tour.

Babel Rising (8) Babel Rising (7) 

Le titre dispose de trois modes de jeu. Le premier, Campagne, vous proposera une succession de défis. Amusants dans un premier temps, la trop grande répétition de ces derniers laissera la lassitude du joueur s'installer. Il sera alors temps de passer dans le Mode Survie, un mode qui devrait plaire aux plus compétiteurs. Même concept ici aussi, même combats, mêmes pouvoirs, mais votre endurance sera sollicitée. Un mode sur lequel il ne sera pas forcément évident de revenir, tant il n'apporte rien de plus dans ses propositions. Un mode multijoueurs est aussi de la partie et proposera à la fois de la coopération et de la compétition. Sans doute l'un des modes les plus plaisant qui permettra au titre de perdurer sur les consoles.



Conclusion

Babel Rising se montre plaisant sur un court laps de temps et n'a pas ce côté addictif que ce type de jeu apporte régulièrement avec lui. La prise en main avec Kinect propose beaucoup d'imprécisions dans le gameplay et la manette sera rapidement sollicitée pour remplacer la caméra. On s'amuse donc un temps, mais on finit rapidement par se lasser. Les niveaux ont beau proposer différents défis, les missions restent sensiblement les mêmes.

Et puis, le prix risque aussi de calmer les joueurs. Gratuit sur les plate-formes nomades, Babel Rising demandera 800 MS Points, soit environ 10 €. C'est sans doute un peu cher pour une application portée en jeu vidéo et dont les nouveautés ne sont pas particulièrement transcendantes. 

Babel Rising (6) Babel Rising (5) 

Babel Rising (14) Babel Rising (12) 

Babel Rising (11) 



+ Les plus
  • Prise en main rapide
  • Utilisation des pouvoirs
  • Amusant les premiers niveaux
- Les moins
  • Vite répétitif
  • Un gameplay imprécis avec Kinect
  • Le prix du titre

Notes

  • Graphisme Le titre n'est pas désagréable à l'oeil mais ses graphismes se révèlent assez simplistes. L'ensemble se veut gai et original, les effets spéciaux sont bien rendus.
    7/10
  • Bande son Les développeurs ont harmonisé leur bande son avec l'univers du titre, ce qui vous permet de vous immerger dans l'ambiance. Les constructeurs essaient de vous narguer par quelques bruitages, mais le plaisir de leur envoyer une boule de pierre pour les faire taire est assez plaisant.
    7/10
  • Jouabilité Le titre est compatible Kinect, mais on lui préfèrera de loin la manette traditionnelle, plus facile à appréhender dans le déchaînement des pouvoirs. Des nouveautés ont été ajoutées au gameplay pour ce passage sur console ce qui n'est pas pour déplaire. En revanche, la redondance des missions estompe rapidement l'enthousiasme.
    5/10
  • Durée de vie Babel Rising se joue par petites touches, de temps en temps, pour pouvoir le terminer. Enchaîner les défis les uns après les autres aura pour effet de vous lasser complètement et vous n'aurez donc plus l'envie de persévérer et d'en faire le tour.
    5/10
  • Note générale Les premiers défis du titre sont un plaisir. La découverte des pouvoirs, malmener les ouvriers et les empêcher de mener à bien leur mission est une réelle jubilation. L'air, le feu, la terre ou encore l'eau sont réellement appréciables à manier. Seulement, la trop grande redondance des défis lassera rapidement le joueur, qui n'éprouvera rapidement plus de plaisir. On ne retrouve pas dans ce jeu console un côté addictif, loin de là. Même en multijoueurs, le plaisir sera de courte durée.
    5/10

  • Partager ce contenu :
Vos commentaires
Trier par : date / pertinence
Meditation Hors ligne Vétéran icone 1679 points
Le #979591
Petite faute de frappe dans le titre : "Mais il reste toujours question de vous prendre pour Dier, d'user de pouvoirs et de rendre impossible la construction de la tour de Babel."

Dier ->Dieu

Sinon moi j'ai eu ce jeu sur iphone gratuit car y a tous les jours des apps payantes qui deviennent gratuites et il est très sympa (Vous pouvez voir ça sur Freegli).
Mais le but de ce jeu c'est justement de tout faire avec ses doigts, je pense que le mettre sur console n'est pas une très bonne idée
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar