BlackBerry : une vente à la découpe pourrait être privilégiée

Le par Christian D.  |  5 commentaire(s) | Source : Reuters
blackberry

A moins que les fonds de pension canadiens ne parviennent à s'unir pour soutenir une offre globale, c'est vers une vente à la découpe de ses activités que s'acheminerait le fabricant BlackBerry.

Le sort du fabricant BlackBerry se joue en ce moment même dans les discussions avec des repreneurs potentiels mais il n'est pas encore dit que la société sera cédée en intégralité. Les quelques candidats prêts à s'intéresser au groupe canadien montreraient un intérêt mesuré et seraient plutôt intéressés par le rachat de certaines activités et non de l'ensemble de la société, affirme l'agence Reuters.

Alicia-keys-blackberry Une cession du groupe entier reste possible si le fonds Fairfax Financial Holdings, principal actionnaire et dont le gestionnaire Prem Watsa a quitté le conseil d'administration de BlackBerry en vue d'essayer de monter une offre, parvient à convaincre d'autres fonds de pension canadiens de le suivre dans la reprise de BlackBerry.

Les autres candidats, fonds d'investissement ou acteurs étrangers, sont peu enclins à racheter le fabricant mais une partie des activités pourrait les intéresser. Les services concernant son système de messagerie mobile sécurisée ou le rachat d'une partie de ses brevets pourraient générer chacun une transaction de plusieurs milliards de dollars.

Bert Nordberg, ancien CEO d'Ericsson et Sony Erisson, membre du conseil d'administration mais aussi du comité spécial chargé d'explorer les options stratégiques, a déjà souligné que BlackBerry avait sans doute besoin de se recentrer sur certaines activités et d'éliminer une partie de ses branches, quitte à ne plus jouer sur le même terrain que les Samsung ou Apple.

Mais il reste les incertitudes liées au processus de rachat qui ferait intervenir le gouvernement canadien, ce dernier pouvant bloquer l'opération ou imposer des conditions selon l'acheteur. Les autorités ont toujours logiquement tenté de préserver le fleuron technologique canadien mais elles avaient aussi indiqué que cette volonté était bornée par l'évolution du marché. Il ne sera sans doute pas possible de sauver coûte que coûte BlackBerry en tant qu'entreprise canadienne.


  • Partager ce contenu :
Complément d'information

Vos commentaires

Trier par : date / pertinence
Anonyme Hors ligne Vétéran avatar 1563 points
Le #1483422
Le terme de "vente à la découpe" est particulièrement mal choisi puisque ce terme s'applique à des biens immobiliers, vous oubliez que la vraie richesse d'une entreprise ce sont les hommes et les femmes qui la composent !
frenchcat Hors ligne Vénéré icone 2640 points
Le #1483462
Nokia, BlackBerry, à qui le tour?
yoadip Hors ligne Vénéré avatar 2756 points
Le #1483492
Tu as oublié Motorola et bien d'autres.
billgatesanonym Hors ligne VIP icone 5058 points
Le #1483652
frenchcat a écrit :

Nokia, BlackBerry, à qui le tour?


Il y a aussi ceux qui vont bien : Samsung, Apple, Sony, Huawei, ZTE, Acer, LG, Wiko, Alcatel, ...

Globalement, le marché des téléphones mobiles se porte bien. Il continue de croître, en quantité et en chiffre d'affaire.

Ceux qui sont en difficulté sont ceux qui prennent de mauvaises décisions, et je ne vais pas pleurer sur eux.
Anonyme
Le #1484592
Comme pour l'alimentaire, vente à la coupe ! combien de tranches ? euh, de BlackBerry ?
Non, je déconne !
icone Suivre les commentaires
Poster un commentaire
avatar
Anonyme
Anonyme avatar